share_book
Envoyer cet article par e-mail

Juin 1940 la négociation secrète

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Juin 1940 la négociation secrète

Juin 1940 la négociation secrète

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Juin 1940 la négociation secrète"

Cet ouvrage rend compte de la découverte d'un document d'un exceptionnel intérêt, historique pour l'histoire du communisme en France. Retrouvé sous scellés aux Archives de Paris, un carnet de notes révèle l'argumentaire qui servit de base à la négociation entre Maurice Tréand, représentant du PCF, et Otto Abetz, représentant de l'occupant nazi en France, pour obtenir la reparution de l'Humanité et la légalisation de l'activité communiste en juin 1940. Le texte de ce carnet de notes, reproduit intégralement dans ce livre, éclaire sous un jour nouveau la nature des tractations entre les responsables communistes et les autorités allemandes. L'opposition du Parti communiste français à la guerre" impéraliste ", la défense du Pacte germano-soviétique, la condamnation des " gouvernements bourgeois " où figure " le juif Mandel " et l'implantation ouvrière du Parti sont les arguments présentés aux Allemands par la direction communiste pour conclure une alliance garantissant la paix sociale dans la France occupée. - Dès le 20 juin, une partie des négociateurs communistes est arrêtée par la police française puis libérée sur l'intervention des autorités allemandes. Ces négociations se prolongeront jusqu'à la fin du mois d'août, néanmoins dès la deuxième quinzaine de juillet, les Allemands doutent de la fiabilité d'un accord et les communistes commencent à comprendre le piège. Dans le même temps, la direction communiste publie clandestinement /Humanité et l'" Appel au peuple de France " dit " Appel du 10 juillet 1940 " demandant de ne pas accepter l'ordre vychiste. Comment des responsables de la direction communistes comme Jacques Duclos et Maurice Tréand ont pu, à ce point, abandonner leurs convictions antifascistes pendant que d'autres, tels Gabriel Péri et Charles Tillon, refusaient de se compromettre et jetaient les bases d'un combat futur contre l'occupant ? A partir de 1941, pendant quatre ans, lés communistes massivement engagés dans la Résistance paieront chèrement " l'impôt du sang " ; déportations, fusillades, massacres, tortures... En 1949, un rapport du secrétariat du PCF, resté secret et que ce livre publie, condamnera explicitement les négociations de juin 40...

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 208  pages
  • Dimensions :  1.4cmx13.4cmx21.4cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Editions De L'atelier Paru le
  • Collection : HISTOIRE HC
  • ISBN :  2708238663
  • EAN13 :  9782708238664
  • Classe Dewey :  324.244 07509
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Pierre Besse

Les fusillés : Répression et exécutions pendant l'Occupation (1940-1944)

Combien y a-t-il eu de personnes fusillées par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale en France ? Les chiffres ont souvent varié : on a parlé de 10 000 fusillés, puis de 80 000... en confondant souvent toutes les victimes des forces d'Occupation : morts au combat, otages, exécutés som...

Voir tous les livres de Jean-Pierre Besse

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Cet ouvrage rend compte de la découverte d'un document d'un exceptionnel intérêt, historique pour l'histoire du communisme en France. Retrouvé sous scellés aux Archives de Paris, un carnet de notes révèle l'argumentaire qui servit de base à la négociation entre Maurice Tréand, représentant du PCF, et Otto Abetz, représentant de l'occupant nazi en France, pour obtenir la reparution de l'Humanité et la légalisation de l'activité communiste en juin 1940. Le texte de ce carnet de notes, reproduit intégralement dans ce livre, éclaire sous un jour nouveau la nature des tractations entre les responsables communistes et les autorités allemandes. L'opposition du Parti communiste français à la guerre" impéraliste ", la défense du Pacte germano-soviétique, la condamnation des " gouvernements bourgeois " où figure " le juif Mandel " et l'implantation ouvrière du Parti sont les arguments présentés aux Allemands par la direction communiste pour conclure une alliance garantissant la paix sociale dans la France occupée. - Dès le 20 juin, une partie des négociateurs communistes est arrêtée par la police française puis libérée sur l'intervention des autorités allemandes. Ces négociations se prolongeront jusqu'à la fin du mois d'août, néanmoins dès la deuxième quinzaine de juillet, les Allemands doutent de la fiabilité d'un accord et les communistes commencent à comprendre le piège. Dans le même temps, la direction communiste publie clandestinement /Humanité et l'" Appel au peuple de France " dit " Appel du 10 juillet 1940 " demandant de ne pas accepter l'ordre vychiste. Comment des responsables de la direction communistes comme Jacques Duclos et Maurice Tréand ont pu, à ce point, abandonner leurs convictions antifascistes pendant que d'autres, tels Gabriel Péri et Charles Tillon, refusaient de se compromettre et jetaient les bases d'un combat futur contre l'occupant ? A partir de 1941, pendant quatre ans, lés communistes massivement engagés dans la Résistance paieront chèrement " l'impôt du sang " ; déportations, fusillades, massacres, tortures... En 1949, un rapport du secrétariat du PCF, resté secret et que ce livre publie, condamnera explicitement les négociations de juin 40...