share_book
Envoyer cet article par e-mail

Alexandre Mikhaïlovitch, Grand-Duc de Russie : Le seul cousin et beau-frère de Nicolas II

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Alexandre Mikhaïlovitch, Grand-Duc de Russie : Le seul cousin et beau-frère de Nicolas II

Alexandre Mikhaïlovitch, Grand-Duc de Russie : Le seul cousin et beau-frère de Nicolas II

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Alexandre Mikhaïlovitch, Grand-Duc de Russie : Le seul cousin et beau-frère de Nicolas II"

Doté d'une forte personnalité, le grand-duc Alexandre Mikhaïlovitch de Russie est souvent considéré comme un " trouble-fête " au sein de la famille impériale. Ses idées d'avant-garde, son franc-parler dérangent et bousculent les coutumes ancestrales impériales. Opiniâtre et têtu, il obtient à grand-peine l'autorisation de devenir marin et peut ainsi assouvir son goût de l'aventure, loin de la cour de Saint-Pétersbourg qu'il déteste. Beau-frère de Nicolas II, il devient à sa demande son conseiller lorsque celui-ci monte sur le trône. Dès lors, il mène un combat constant pour sauver le régime qui tremble sur ses bases. Il propose des réformes que personne n'ose mettre en application. Il pressent le désastre qui menace l'Empire, mais ses cris d'alarme se perdent dans le néant. Désabusé, il assiste impuissant à la descente aux enfers de sa patrie, qu'il a servie avec tant de foi auprès du tsar. Le grand-duc Alexandre passe les quatre années de la " Grande Guerre " sur le front, en tant que commandant en chef de l'aviation russe, qu'il a créée au milieu des railleries. Début 1919, ses ultimes démarches entreprises auprès des Alliés, pour sauver la Russie tombée aux mains des bolcheviques, échouent. On lui tourne le dos. Deux mois plus tard, il réussit à faire évacuer de Crimée in extremis sa belle-mère l'impératrice Maria Fedorovna, son épouse la grande-duchesse Xenia Alexandrovna, soeur du tsar et ses enfants. Meurtri par les événements abominables subis par la Russie et la famille impériale, le grand-duc Alexandre termine sa vie en exil dans le sud de la France.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 253  pages
  • Dimensions :  2.2cmx15.0cmx20.8cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Atlantica Paru le
  • Collection : Spectre et Couronne
  • ISBN :  284394726X
  • EAN13 :  9782843947261
  • Classe Dewey :  B
  • Langue : Français

D'autres livres de Marie-Agnès Domin

Anastasia Mikhaïlovna Romanova, grande duchesse de Russie. Une princesse en avance sur son temps

Personnage marquant de la famille impériale russe, la grande-duchesse Anastasia Mikhaïlovna avait la réputation d'une princesse d'avant-garde. Son mode de vie libéral, son aversion pour les règles protocolaires de la cour - et plus particulièrement celle de Schwerin en Allemagne - lui valurent...

Voir tous les livres de Marie-Agnès Domin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Doté d'une forte personnalité, le grand-duc Alexandre Mikhaïlovitch de Russie est souvent considéré comme un " trouble-fête " au sein de la famille impériale. Ses idées d'avant-garde, son franc-parler dérangent et bousculent les coutumes ancestrales impériales. Opiniâtre et têtu, il obtient à grand-peine l'autorisation de devenir marin et peut ainsi assouvir son goût de l'aventure, loin de la cour de Saint-Pétersbourg qu'il déteste. Beau-frère de Nicolas II, il devient à sa demande son conseiller lorsque celui-ci monte sur le trône. Dès lors, il mène un combat constant pour sauver le régime qui tremble sur ses bases. Il propose des réformes que personne n'ose mettre en application. Il pressent le désastre qui menace l'Empire, mais ses cris d'alarme se perdent dans le néant. Désabusé, il assiste impuissant à la descente aux enfers de sa patrie, qu'il a servie avec tant de foi auprès du tsar. Le grand-duc Alexandre passe les quatre années de la " Grande Guerre " sur le front, en tant que commandant en chef de l'aviation russe, qu'il a créée au milieu des railleries. Début 1919, ses ultimes démarches entreprises auprès des Alliés, pour sauver la Russie tombée aux mains des bolcheviques, échouent. On lui tourne le dos. Deux mois plus tard, il réussit à faire évacuer de Crimée in extremis sa belle-mère l'impératrice Maria Fedorovna, son épouse la grande-duchesse Xenia Alexandrovna, soeur du tsar et ses enfants. Meurtri par les événements abominables subis par la Russie et la famille impériale, le grand-duc Alexandre termine sa vie en exil dans le sud de la France.