share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Jardin de Shahrzad

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Jardin de Shahrzad

Le Jardin de Shahrzad

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Jardin de Shahrzad"

(...) J ai débarqué à Chiraz avec une valise bourrée de cadeaux. Il m a fallu une éternité pour les choisir. Chaussures et sacs en cuir pour les femmes, ceintures et chemises pour les hommes. J ai acheté aussi une dizaine de CD pour les plus jeunes. Je craignais qu on me les confisque en arrivant à l aéroport de Téhéran. Cache-les sous tes slips et tes autres sous-vêtements. Tu verras, les douaniers vont refermer tes valises sur-le-champ, choqués par ce spectacle indécent, m avait conseillé une amie à Rome. J ai affiché un sourire innocent, on ne m a rien pris. À Fiumicino, l aéroport de Rome, j ai été obligée de me voiler avant d embarquer sur Iran Air. Dans les toilettes, il y avait une autre Iranienne, plus âgée que moi. Elle s est démaquillée, s est couvert la tête avec un foulard et a mis un imper beige. Cela faisait bizarre, en plein été. Moi j ai mis un fichu étriqué et un « roupouch » que papa et maman m avaient rapporté quand ils étaient venus me voir en Italie. Les autres femmes nous regardaient avec curiosité, souriantes, solidaires ou compatissantes. (...) (...) Roya cherche les mots pour le dire. Moi je parle avec un ton de supériorité, je joue à la femme expérimentée. Je m amuse à la provoquer, mais les mots « gay » et « lesbienne » la font sursauter. Elle ne nomme pas son homosexualité. Moi, il m a fallu des années pour nommer la mienne, en Italie. Et longtemps j ai cru que les lesbiennes n avaient pas leurs règles ! Nos parents disent que nous sommes de grandes filles, qu il est temps que nous trouvions un mari. Nous sommes obligées de nous cacher de notre famille, de la société, de tout le monde. Ça fait bientôt trois ans que ça dure et j en ai marre de faire semblant, Shahrzad, mais j ai peur. (...) (...) Tu ne m écrivais jamais, tu ne me disais rien... Mes parents étaient terrorisés à l idée que je perde ma virginité avant le mariage. Ils ne pouvaient pas imaginer que d une certaine manière je l avais déjà perdue. Avec toi... Mais qu est-ce que tu racontes, Parvin ? Ta mère nous a surprises, une nuit, tu ne te souviens pas ? Je dormais chez toi, dans ta chambre. Guity khanoum, tout à a coup, a ouvert la porte et moi j ai sauté dans mon lit, à moitié nue. Tu crois qu elle n a pas compris ? Elle a sûrement cru que c était un jeu. Tu sais bien qu elle n est pas aussi maligne que ta maman... Moi je ne lui ai jamais dit la vérité. Et tu crois que moi, je dis la vérité à mes parents ? Où est-ce qu on t a appris qu il faut toujours dire la vérité, en Amérique ? La vérité made in USA, parlons-en ! (...) --Extraits

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 200  pages
  • Dimensions :  1.8cmx12.6cmx19.0cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Ktm éditions Paru le
  • ISBN :  2913066410
  • EAN13 :  9782913066410
  • Classe Dewey :  850

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

(...) J ai débarqué à Chiraz avec une valise bourrée de cadeaux. Il m a fallu une éternité pour les choisir. Chaussures et sacs en cuir pour les femmes, ceintures et chemises pour les hommes. J ai acheté aussi une dizaine de CD pour les plus jeunes. Je craignais qu on me les confisque en arrivant à l aéroport de Téhéran. Cache-les sous tes slips et tes autres sous-vêtements. Tu verras, les douaniers vont refermer tes valises sur-le-champ, choqués par ce spectacle indécent, m avait conseillé une amie à Rome. J ai affiché un sourire innocent, on ne m a rien pris. À Fiumicino, l aéroport de Rome, j ai été obligée de me voiler avant d embarquer sur Iran Air. Dans les toilettes, il y avait une autre Iranienne, plus âgée que moi. Elle s est démaquillée, s est couvert la tête avec un foulard et a mis un imper beige. Cela faisait bizarre, en plein été. Moi j ai mis un fichu étriqué et un « roupouch » que papa et maman m avaient rapporté quand ils étaient venus me voir en Italie. Les autres femmes nous regardaient avec curiosité, souriantes, solidaires ou compatissantes. (...) (...) Roya cherche les mots pour le dire. Moi je parle avec un ton de supériorité, je joue à la femme expérimentée. Je m amuse à la provoquer, mais les mots « gay » et « lesbienne » la font sursauter. Elle ne nomme pas son homosexualité. Moi, il m a fallu des années pour nommer la mienne, en Italie. Et longtemps j ai cru que les lesbiennes n avaient pas leurs règles ! Nos parents disent que nous sommes de grandes filles, qu il est temps que nous trouvions un mari. Nous sommes obligées de nous cacher de notre famille, de la société, de tout le monde. Ça fait bientôt trois ans que ça dure et j en ai marre de faire semblant, Shahrzad, mais j ai peur. (...) (...) Tu ne m écrivais jamais, tu ne me disais rien... Mes parents étaient terrorisés à l idée que je perde ma virginité avant le mariage. Ils ne pouvaient pas imaginer que d une certaine manière je l avais déjà perdue. Avec toi... Mais qu est-ce que tu racontes, Parvin ? Ta mère nous a surprises, une nuit, tu ne te souviens pas ? Je dormais chez toi, dans ta chambre. Guity khanoum, tout à a coup, a ouvert la porte et moi j ai sauté dans mon lit, à moitié nue. Tu crois qu elle n a pas compris ? Elle a sûrement cru que c était un jeu. Tu sais bien qu elle n est pas aussi maligne que ta maman... Moi je ne lui ai jamais dit la vérité. Et tu crois que moi, je dis la vérité à mes parents ? Où est-ce qu on t a appris qu il faut toujours dire la vérité, en Amérique ? La vérité made in USA, parlons-en ! (...) --Extraits