share_book
Envoyer cet article par e-mail

Compostelle et cultes de saint Jacques au Moyen Age

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Compostelle et cultes de saint Jacques au Moyen Age

Compostelle et cultes de saint Jacques au Moyen Age

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Compostelle et cultes de saint Jacques au Moyen Age"

    Comment évoquer saint Jacques sans lier ce nom à celui de Compostelle ? C'est justement au retour d'un pèlerinage, en 1982, que Denise Péricard-Méa entreprit une thèse d'histoire sur le culte de saint Jacques et ses pèlerins en France au Moyen Age. Les résultats de cette recherche historique bousculent les idées généralement admises sur le culte de Jacques le Majeur reposant en Galice. Compostelle a bien sûr sa place dans la légende construite au XIIe siècle à partir d'un rêve de Charlemagne, de même que dans les relations politiques, en particulier avec la Bourgogne, et dans l'imaginaire de la Chevalerie. Nul doute que cet imaginaire n'ait imprégné aussi l'esprit des pèlerins rendant un culte à un saint Jacques à la fois un et multiple dans l'un des nombreux sanctuaires locaux qui lui étaient dédiés. Car saint Jacques est incontestablement vénéré dans la France médiévale. Mais les pèlerins allant jusqu'en Galice n'étaient pas les plus nombreux. Denise Péricard-Méa s'est attachée à les identifier et à nous les faire mieux connaître, sans trouver traces des foules immenses dont on parle à satiété. Ce n'est qu'au XVIe siècle, après la Contre-Réforme et la disparition de la plupart des sanctuaires locaux, que Compostelle finit par s'imposer comme lieu unique de culte, marquant la victoire définitive du Majeur.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 385  pages
    • Dimensions :  2.4cmx15.0cmx21.6cm
    • Poids : 521.6g
    • Editeur :   Presses Universitaires De France (Puf) Paru le
    • Collection : Le noeud gordien
    • ISBN :  2130510825
    • EAN13 :  9782130510826
    • Classe Dewey :  263.042 46110902
    • Langue : Français

    D'autres livres de Denise Péricard-Méa

    Les pèlerinages au Moyen Âge

    Deux fois pèlerine de Compostelle, Denise Péricard-Méa est médiéviste, spécialiste de saint Jacques. Tout naturellement, elle s'est intéressée aux autres grands pèlerinages à des apôtres et aussi à ces mystérieuses Vierges Noires présentes un peu partout en Europe, témoins de vieilles...

    Saint Jacques de Compostelle

    Saint Jacques adjoignent systématiquement une coquille, qui sur la besace, qui sur le chapeau. Puis, au XVIe siècle, dans les premières classifications des espèces animales, le coquillage en question reçoit le nom de coquille Saint-Jacques, ce qui détermine la systématisation de l'alliance de...

    Les routes de Compostelle

    Sur le chemin de Compostelle, le marcheur solitaire cherche la trace ou le souvenir de ceux qui l'ont précédé. La fatigue aidant, il les sent parfois autour de lui. Mais que sait-il de leurs rêves, de leur imaginaire, de leur foi ? Pèlerine en 1982, Denise Péricard-Méa a soutenu en 1996 une t...

    Voir tous les livres de Denise Péricard-Méa

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Comment évoquer saint Jacques sans lier ce nom à celui de Compostelle ? C'est justement au retour d'un pèlerinage, en 1982, que Denise Péricard-Méa entreprit une thèse d'histoire sur le culte de saint Jacques et ses pèlerins en France au Moyen Age. Les résultats de cette recherche historique bousculent les idées généralement admises sur le culte de Jacques le Majeur reposant en Galice. Compostelle a bien sûr sa place dans la légende construite au XIIe siècle à partir d'un rêve de Charlemagne, de même que dans les relations politiques, en particulier avec la Bourgogne, et dans l'imaginaire de la Chevalerie. Nul doute que cet imaginaire n'ait imprégné aussi l'esprit des pèlerins rendant un culte à un saint Jacques à la fois un et multiple dans l'un des nombreux sanctuaires locaux qui lui étaient dédiés. Car saint Jacques est incontestablement vénéré dans la France médiévale. Mais les pèlerins allant jusqu'en Galice n'étaient pas les plus nombreux. Denise Péricard-Méa s'est attachée à les identifier et à nous les faire mieux connaître, sans trouver traces des foules immenses dont on parle à satiété. Ce n'est qu'au XVIe siècle, après la Contre-Réforme et la disparition de la plupart des sanctuaires locaux, que Compostelle finit par s'imposer comme lieu unique de culte, marquant la victoire définitive du Majeur.