share_book
Envoyer cet article par e-mail

Frédéric II de Hohenstaufen

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Frédéric II de Hohenstaufen

Frédéric II de Hohenstaufen

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Frédéric II de Hohenstaufen"

    Frédéric II de Hohenstaufen est le plus déconcertant, le plus paradoxal, de tous les souverains du Moyen Age. Voilà un homme du XIIIe siècle, siècle de la chrétienté, fasciné par l'Antiquité païenne, sa culture et ses institutions. Voilà un roi élevé par les soins du pape le plus théocratique, Innocent III, qui se dresse avec une rigueur jamais atteinte contre les prétentions politiques du pouvoir spirituel. Voilà un empereur germanique invinciblement attiré par les coupoles, les palmiers et les minarets de Sicile et d'Orient. Voilà, enfin, un souverain excommunié, partant pour la croisade, négociant avec le Sultan pour se faire remettre les Lieux saints et se couronner lui-même roi de Jérusalem, aucun prélat n'acceptant de le faire. En plein XIIIe siècle, au moment où l'Occident élève ses cathédrales et où Saint-Louis règne en France, son comportement le fait accuser d'athéisme, on l'appelle même l'Antéchrist. D'une culture au-dessus de la moyenne, il parlait au moins six langues, accueillait des savants du monde entier à sa cour, portait un grand intérêt aux mathématiques, à la poésie, et aux beaux-arts, édifiait des châteaux dont il traçait lui-même les plans, et fit ainsi preuve, tout au long de son règne, d'un avant-gardisme indiscutable. Dernier empereur de la dynastie des Hohenstaufen, il devint une légende. De ses contemporains, il reçut le surnom de Stupor mundi (la « Stupeur du monde »), au point qu'on attendit son retour après sa mort.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • Dimensions :  1.6cmx11.8cmx17.8cm
    • Poids : 222.3g
    • Editeur :   Tallandier Paru le
    • Collection : Texto
    • ISBN :  2847347992
    • EAN13 :  9782847347999
    • Classe Dewey :  943.0250924
    • Langue : Français

    D'autres livres de Marcel Brion

    Les Borgia : Le Pape et le Prince

    La critique a eu beau, depuis des décennies, faire la part du mélodrame de la vérité historique, le seul nom des Borgia évoque encore l'inceste, l'orgie, le trafic d'indulgences, le poignard et le poison et tout ce qu'ils ont pu posséder de qualités (la hauteur de vues et l'habileté politiqu...

    Les Borgia : Le Pape et le Prince

    La critique a eu beau, depuis des décennies, faire la part du mélodrame de la vérité historique, le seul nom des Borgia évoque encore l'inceste, l'orgie, le trafic d'indulgences, le poignard et le poison et tout ce qu'ils ont pu posséder de qualités (la hauteur de vues et l'habileté politiqu...

    Voir tous les livres de Marcel Brion

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Frédéric II de Hohenstaufen est le plus déconcertant, le plus paradoxal, de tous les souverains du Moyen Age. Voilà un homme du XIIIe siècle, siècle de la chrétienté, fasciné par l'Antiquité païenne, sa culture et ses institutions. Voilà un roi élevé par les soins du pape le plus théocratique, Innocent III, qui se dresse avec une rigueur jamais atteinte contre les prétentions politiques du pouvoir spirituel. Voilà un empereur germanique invinciblement attiré par les coupoles, les palmiers et les minarets de Sicile et d'Orient. Voilà, enfin, un souverain excommunié, partant pour la croisade, négociant avec le Sultan pour se faire remettre les Lieux saints et se couronner lui-même roi de Jérusalem, aucun prélat n'acceptant de le faire. En plein XIIIe siècle, au moment où l'Occident élève ses cathédrales et où Saint-Louis règne en France, son comportement le fait accuser d'athéisme, on l'appelle même l'Antéchrist. D'une culture au-dessus de la moyenne, il parlait au moins six langues, accueillait des savants du monde entier à sa cour, portait un grand intérêt aux mathématiques, à la poésie, et aux beaux-arts, édifiait des châteaux dont il traçait lui-même les plans, et fit ainsi preuve, tout au long de son règne, d'un avant-gardisme indiscutable. Dernier empereur de la dynastie des Hohenstaufen, il devint une légende. De ses contemporains, il reçut le surnom de Stupor mundi (la « Stupeur du monde »), au point qu'on attendit son retour après sa mort.