share_book
Envoyer cet article par e-mail

Partage-toi, nuit : Précédé de Toute poussière abolie ; La mort célèbre contre la vie ; Enigmes ardentes ;

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Partage-toi, nuit : Précédé de Toute poussière abolie ; La mort célèbre contre la vie ; Enigmes ardentes ;

Partage-toi, nuit : Précédé de Toute poussière abolie ; La mort célèbre contre la vie ; Enigmes ardentes ;

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Partage-toi, nuit : Précédé de Toute poussière abolie ; La mort..."

Les dix dernières années de la vie de Nelly Sachs, de 1960 à 1970, auraient pu être simplement celles de la consécration. L'attribution du prix Nobel de littérature en 1966, la multiplication des traductions en langues étrangères, la parution des premières études importantes sur son oeuvre, sont alors autant de signes d'une large reconnaissance. Pourtant, les poèmes de cette période marquée par de nombreux séjours en hôpital psychiatrique comptent parmi les plus anxieux qu'elle ait écrits. Tendue à l'extrême, l'écriture y est plus que jamais le lieu d'un combat spirituel. La douleur de celle qui " cherche son bien-aimé et ne le trouve pas " (il s'agit toujours du " fiancé mort " disparu dans les camps de concentration, qui figurait au coeur de Dans les demeures de la mort) ne saurait connaître d'apaisement en ce monde : seule, sans doute, la poésie peut pressentir le " nouveau chemin " d'une " guérison " hors du temps, par-delà " l'inguérissable blessure de la vie ". Après deux livres brefs (Toute poussière abolie et La mort célèbre encore la vie), les Enigmes ardentes, composées de 1962 à 1966, sont le dernier recueil de grande ampleur achevé par Nelly Sachs. Après sa mort, ses amis suédois réuniront sous le titre Partage-toi, nuit les poèmes des quatre dernières années, les plus douloureux, les plus émouvants aussi. S'adressant à ses morts bien-aimés, Nelly Sachs y réaffirme, par-delà la souffrance, le sens de sa quête : chercher " la langue du pays natal/au commencement des paroles ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 251  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.0cmx21.8cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Editions Verdier Paru le
  • Collection : Der Doppelgänger
  • ISBN :  2864324512
  • EAN13 :  9782864324515
  • Classe Dewey :  830

D'autres livres de Nelly Sachs

Lettres en provenance de la nuit

Grand nom de la poésie allemande contemporaine, Nelly Sachs (1891-1970) est issue de la bourgeoisie juive berlinoise. En 1933, sa famille commence à subir la "terreur hitlérienne". Nelly Sachs et sa mère se réfugient in extremis en Suède. Lectrice avide, de Martin Buber et Gerschom Scholem, Ne...

Exode et métamorphose

Les deux recueils rassemblés dans ce volume font suite, dans l'oeuvre de Nelly Sachs, à ceux que nous avons publiés dans le volume Éclipse d'étoile en 1999, qui couvraient la période de 1943-1948. Ce nouveau volume rassemble l'oeuvre poétique écrite entre 1952 et 1959. Durant cette période,...

Correspondance

Les lettres échangées entre Nelly Sachs et Paul Celan sont le vrai lieu de leur rencontre. Cette correspondance dura 16 ans - de 1954 à 1969 - jusqu'aux mois ultimes avant la mort : les silences de la maladie, l'implicite des tourments et drames personnels n'en ont rendu que plus dépouillé. plu...

Voir tous les livres de Nelly Sachs

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les dix dernières années de la vie de Nelly Sachs, de 1960 à 1970, auraient pu être simplement celles de la consécration. L'attribution du prix Nobel de littérature en 1966, la multiplication des traductions en langues étrangères, la parution des premières études importantes sur son oeuvre, sont alors autant de signes d'une large reconnaissance. Pourtant, les poèmes de cette période marquée par de nombreux séjours en hôpital psychiatrique comptent parmi les plus anxieux qu'elle ait écrits. Tendue à l'extrême, l'écriture y est plus que jamais le lieu d'un combat spirituel. La douleur de celle qui " cherche son bien-aimé et ne le trouve pas " (il s'agit toujours du " fiancé mort " disparu dans les camps de concentration, qui figurait au coeur de Dans les demeures de la mort) ne saurait connaître d'apaisement en ce monde : seule, sans doute, la poésie peut pressentir le " nouveau chemin " d'une " guérison " hors du temps, par-delà " l'inguérissable blessure de la vie ". Après deux livres brefs (Toute poussière abolie et La mort célèbre encore la vie), les Enigmes ardentes, composées de 1962 à 1966, sont le dernier recueil de grande ampleur achevé par Nelly Sachs. Après sa mort, ses amis suédois réuniront sous le titre Partage-toi, nuit les poèmes des quatre dernières années, les plus douloureux, les plus émouvants aussi. S'adressant à ses morts bien-aimés, Nelly Sachs y réaffirme, par-delà la souffrance, le sens de sa quête : chercher " la langue du pays natal/au commencement des paroles ".