share_book
Envoyer cet article par e-mail

50 dessins pour assassiner la magie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
50 dessins pour assassiner la magie

50 dessins pour assassiner la magie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "50 dessins pour assassiner la magie"

" C'est en 1938, à l'asile de Ville-Évrard, écrit Artaud, que j'ai construit mes premiers " gris-gris. Sur de petites feuilles quadrillées de papier perdu d'écolier je composai de passives figures, comme des têtes ravagées d'asthmes, d'affres et de hoquets " (Suppôts et Suppliciations). Un an plus tôt déjà, avant son départ pour l'Irlande, il avait commencé à adresser à ses correspondants des " Sorts ", missives conjuratoires ou agressives mêlant textes et dessins sur des feuilles volontairement trouées et brûlées. Dans une note de février 1947, il indiquera : " Le but de toutes ces figures dessinées et coloriées était un exorcisme de malédiction, une vitupération corporelle contre les obligations de la forme spatiale, de la perspective, de la mesure, de l'équilibre, de la dimension [...]. Et les figures donc que je faisais étaient des sorts - que je brûlais avec une allumette après les avoir aussi méticuleusement dessinées. " Dessiner, on le voit, a plus d'une fois rimé pour Artaud avec assassiner. De quoi s'agit-il pourtant, en janvier 1948, lorsque, répondant à la demande de Pierre Loeb, il rédige ce texte : " 50 dessins pour assassiner la magie " ? À sa sortie de l'asile psychiatrique de Rodez, Artaud avait exposé ses " portraits et dessins " dans la galerie parisienne de Pierre Loeb. " Peu de temps avant sa mort, écrit Pierre Loeb, je lui avais suggéré un ouvrage sur les curieux dessins que l'on voit souvent en marge ou dans le texte même de ses derniers cahiers. Nous les avions choisis ensemble pour accompagner son texte : "50 dessins pour assassiner la magie". Sa brusque fin interrompit ce projet et il n'a pas dépendu de moi que sa volonté n'ait été " faite "... "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 54  pages
  • Dimensions :  1.0cmx22.0cmx27.8cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • ISBN :  2070772373
  • EAN13 :  9782070772377
  • Classe Dewey :  848.912
  • Langue : Français

D'autres livres de Antonin Artaud

Le théâtre et son double

Celui qui ne verrait dans Le Théâtre et son double qu'un traité inspiré montrant comment rénover le théâtre - bien qu'il y ait sans nul doute contribué -, celui-là se méprendrait étrangement. C'est qu'Antonin Artaud, quand il nous parle du théâtre, nous parle surtout de la vie, nous ...

Prix : 61 DH
Héliogabale, ou, L'anarchiste couronné

Voici le livre le plus violent de la littérature contemporaine, je veux dire d'une violence belle et régénératrice. Héliogabale, né sur un berceau de sperme, mort sur un oreiller de sang, est un noir héros de notre monde. Sa légende est faite de perversité et d'exécration. El Gabal, « ...

Le moine

On le nomme "Monk" Lewis, tant cet écrivain a été marqué par sa créature scandaleuse. Le livre fut d'abord interdit par la censure et Lewis obligé d'en réviser l'édition. Il n'a que vingt ans lorsqu'il écrit Le Moine et confronte le lecteur avec l'Invisible d'une manière directe et [......

Voir tous les livres de Antonin Artaud

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" C'est en 1938, à l'asile de Ville-Évrard, écrit Artaud, que j'ai construit mes premiers " gris-gris. Sur de petites feuilles quadrillées de papier perdu d'écolier je composai de passives figures, comme des têtes ravagées d'asthmes, d'affres et de hoquets " (Suppôts et Suppliciations). Un an plus tôt déjà, avant son départ pour l'Irlande, il avait commencé à adresser à ses correspondants des " Sorts ", missives conjuratoires ou agressives mêlant textes et dessins sur des feuilles volontairement trouées et brûlées. Dans une note de février 1947, il indiquera : " Le but de toutes ces figures dessinées et coloriées était un exorcisme de malédiction, une vitupération corporelle contre les obligations de la forme spatiale, de la perspective, de la mesure, de l'équilibre, de la dimension [...]. Et les figures donc que je faisais étaient des sorts - que je brûlais avec une allumette après les avoir aussi méticuleusement dessinées. " Dessiner, on le voit, a plus d'une fois rimé pour Artaud avec assassiner. De quoi s'agit-il pourtant, en janvier 1948, lorsque, répondant à la demande de Pierre Loeb, il rédige ce texte : " 50 dessins pour assassiner la magie " ? À sa sortie de l'asile psychiatrique de Rodez, Artaud avait exposé ses " portraits et dessins " dans la galerie parisienne de Pierre Loeb. " Peu de temps avant sa mort, écrit Pierre Loeb, je lui avais suggéré un ouvrage sur les curieux dessins que l'on voit souvent en marge ou dans le texte même de ses derniers cahiers. Nous les avions choisis ensemble pour accompagner son texte : "50 dessins pour assassiner la magie". Sa brusque fin interrompit ce projet et il n'a pas dépendu de moi que sa volonté n'ait été " faite "... "