share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'homme perdu dans le brouillard

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'homme perdu dans le brouillard

L'homme perdu dans le brouillard

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'homme perdu dans le brouillard"

    Bloqué depuis quelques jours dans le chalet familial, lors d'un hiver particulièrement rigoureux, Matthieu Berthod est à la recherche de nouvelles lectures dans la bibliothèque du feu grand-père ; il y a là une partie de l'intégrale des oeuvres de C F Ramuz dans une reliure en moleskine jaune pâle, qui attend depuis des lustres d'être retirée de son rayon. Il choisit le volume « Nouvelles et Morceau » et le voilà plongé avec émerveillement dans une lecture ininterrompue. De ce recueil d'histoires courtes, proches du conte, traitant de thèmes universels, au style inimitable et extrêmement visuel, naît petit à petit un projet de mise en image. Matthieu Berthod choisit d'adapter quatre nouvelles. Quatre nouvelles inscrites dans un microcosme montagnard et campagnard suisse romand, dans un monde rural vivant en quasi-autarcie, disparu un siècle plus tôt, mais qu'il connaît bien pour avoir entendu les vieux de sa région le raconter en long et en large. Ici, un vieillard se souvient et raconte : jeune adulte, il se perd en montagne, et, sentant sa fin imminente, ne doit son salut qu'à l'amour qu'il porte à ses proches (« L'homme perdu dans le brouillard »). Là, la parole est donnée à « La grande Alice », la « putain de village » (ainsi Ramuz la nomme-t-il dans une de ses lettres) se gardant bien de juger selon les normes de la morale courante. « Le tout-vieux » emprunte au fantastique et relate les dernières heures d'un paysan qui se croit possédé. Enfin,  on passe le seuil du merveilleux dans la rêverie du paradis possible que dessine « La paix du ciel ». Les émotions qui traversent ces récits, les points de vue qu'ils développent, les atmosphères qu'ils dégagent tendent au lecteur du début du XXIe siècle un miroir inattendu, dans lequel il se reconnaît. Cette sensation de ressemblance a guidé le travail de Matthieu Berthod. Il a cherché à la capter par le dessin, se réappropriant ces textes, faisant fi des codes classiques de la bande dessinée en se mettant entièrement au service de la littérature

    Détails sur le produit

    • Reliure : Relié
    • 78  pages
    • Dimensions :  1.4cmx17.2cmx24.2cm
    • Poids : 421.8g
    • Editeur :   Les Impressions Nouvelles Paru le
    • Collection : Traverses
    • ISBN :  287449111X
    • EAN13 :  9782874491115
    • Classe Dewey :  806
    • Langue : Français

    D'autres livres de Charles-Ferdinand Ramuz

    La beauté sur la terre

    "Laisse-lui la liberté, disait-on dans la salle à boire. Qu'est-ce que tu veux la faire travailler ? elle n'est pas faite pour ça. Laisse-lui la liberté, sans quoi tu risques de l'éteindre... C'est comme les ailes des papillons : si tu les touches, elles deviennent grises... Laisse-la [....]...

    La Grande Peur dans la montagne

    Sasseneire est un pâturage de haute montagne que les gens du village délaissent depuis vingt ans à cause d?une histoire pas très claire qui fait encore trembler les vieux. Mais faut-il perdre tant de bonne herbe par crainte d?un prétendu mauvais sort, alors que la commune est pauvre ? Le [.....

    La grande peur dans la montagne

    " C'est que tu as voulu, Président, t'attaquer à plus fort que toi... Et elle est méchante, quand elle s'en mêle. Parlant sans doute de la montagne : Il y a des places qu'elle se réserve, il y a des places où elle ne permet pas que l'on vienne... " A l'alpage se succèdent des faits étranges ...

    La grande peur dans la montagne

    Le pâturage abandonné de Sasseneire est-il vraiment maudit comme le croient les anciens ? Quelques bergers incrédules, pour s'en assurer, décident d'y conduire le troupeau. La montagne leur réserve sa terrible réponse. Dans ce roman qui tient de l'étude de mœurs et de l'épopée tragique, Ra...

    Voir tous les livres de Charles-Ferdinand Ramuz

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Bloqué depuis quelques jours dans le chalet familial, lors d'un hiver particulièrement rigoureux, Matthieu Berthod est à la recherche de nouvelles lectures dans la bibliothèque du feu grand-père ; il y a là une partie de l'intégrale des oeuvres de C F Ramuz dans une reliure en moleskine jaune pâle, qui attend depuis des lustres d'être retirée de son rayon. Il choisit le volume « Nouvelles et Morceau » et le voilà plongé avec émerveillement dans une lecture ininterrompue. De ce recueil d'histoires courtes, proches du conte, traitant de thèmes universels, au style inimitable et extrêmement visuel, naît petit à petit un projet de mise en image. Matthieu Berthod choisit d'adapter quatre nouvelles. Quatre nouvelles inscrites dans un microcosme montagnard et campagnard suisse romand, dans un monde rural vivant en quasi-autarcie, disparu un siècle plus tôt, mais qu'il connaît bien pour avoir entendu les vieux de sa région le raconter en long et en large. Ici, un vieillard se souvient et raconte : jeune adulte, il se perd en montagne, et, sentant sa fin imminente, ne doit son salut qu'à l'amour qu'il porte à ses proches (« L'homme perdu dans le brouillard »). Là, la parole est donnée à « La grande Alice », la « putain de village » (ainsi Ramuz la nomme-t-il dans une de ses lettres) se gardant bien de juger selon les normes de la morale courante. « Le tout-vieux » emprunte au fantastique et relate les dernières heures d'un paysan qui se croit possédé. Enfin,  on passe le seuil du merveilleux dans la rêverie du paradis possible que dessine « La paix du ciel ». Les émotions qui traversent ces récits, les points de vue qu'ils développent, les atmosphères qu'ils dégagent tendent au lecteur du début du XXIe siècle un miroir inattendu, dans lequel il se reconnaît. Cette sensation de ressemblance a guidé le travail de Matthieu Berthod. Il a cherché à la capter par le dessin, se réappropriant ces textes, faisant fi des codes classiques de la bande dessinée en se mettant entièrement au service de la littérature