share_book
Envoyer cet article par e-mail

Divagations sur la fin des temps

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Divagations sur la fin des temps

Divagations sur la fin des temps

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Divagations sur la fin des temps"

« Les astres, à commencer par la Terre, qui règlent en dernier ressort notre destin, sont depuis peu sujets à de bizarres tremblements. Venus des profondeurs de l’espace, météores et comètes se rapprochent dangereusement de notre planète. Des vagues scélérates, hautes comme des tours et qui tuent, parcourent les océans. D’un noir d’encre, des nuages prédateurs traversent nos cieux. Des puits sans fond se forment dans la croûte terrestre : on y entend la rumeur des abîmes. Partout, la foudre se déchaîne. Les éléments s’affolent. La flore évolue vers le pire, libérant autour de nous des poisons fatidiques. Certains animaux, par de curieuses métamorphoses, prennent la voie du gigantisme : où s’arrêteront-ils ? L’homme à son tour est touché par cet inexplicable dérèglement de la nature. Ses sens le trahissent. Sa vision est altérée par les corps flottants, encore appelés mouches volantes ; son ouïe subit l’assaut des acouphènes, bruits imaginaires à rendre fou. La peau la plus douce paraît hérissée d’aiguilles à qui perd le toucher. Le goût et l’odorat se dépravent sous l’effet d’un mal inconnu : ils font humer l’ordure où ne sont que des roses. On pressent une hystérie collective. Les savants nous rassurent à bon compte. La foule, elle, voit venir la fin des temps. » J. D.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 180  pages
  • Dimensions :  2.0cmx11.8cmx18.6cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Grasset Paru le
  • Collection : Essais Français
  • ISBN :  2246775515
  • EAN13 :  9782246775515
  • Classe Dewey :  843.914

D'autres livres de Jérôme Dumoulin

Faux profil

Sur la mer ensoleillée de Facebook, où l'on se salue d'un pouce de pédalo à pédalo, Cyril Molotov fait figure de Kite surfer. Il virevolte, il éblouit. Son pouvoir de séduction, ses mots cruels, son érudition bizarre, font de lui le prince d'une petite cour d'"amis" qui ne jurent que par lui...

Voir tous les livres de Jérôme Dumoulin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Les astres, à commencer par la Terre, qui règlent en dernier ressort notre destin, sont depuis peu sujets à de bizarres tremblements. Venus des profondeurs de l’espace, météores et comètes se rapprochent dangereusement de notre planète. Des vagues scélérates, hautes comme des tours et qui tuent, parcourent les océans. D’un noir d’encre, des nuages prédateurs traversent nos cieux. Des puits sans fond se forment dans la croûte terrestre : on y entend la rumeur des abîmes. Partout, la foudre se déchaîne. Les éléments s’affolent. La flore évolue vers le pire, libérant autour de nous des poisons fatidiques. Certains animaux, par de curieuses métamorphoses, prennent la voie du gigantisme : où s’arrêteront-ils ? L’homme à son tour est touché par cet inexplicable dérèglement de la nature. Ses sens le trahissent. Sa vision est altérée par les corps flottants, encore appelés mouches volantes ; son ouïe subit l’assaut des acouphènes, bruits imaginaires à rendre fou. La peau la plus douce paraît hérissée d’aiguilles à qui perd le toucher. Le goût et l’odorat se dépravent sous l’effet d’un mal inconnu : ils font humer l’ordure où ne sont que des roses. On pressent une hystérie collective. Les savants nous rassurent à bon compte. La foule, elle, voit venir la fin des temps. » J. D.