share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'image à la fin du Moyen Age

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'image à la fin du Moyen Age

L'image à la fin du Moyen Age

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'image à la fin du Moyen Age"

Le présent volume termine la grande synthèse de Jean Wirth sur l'image médiévale, commencée en 1999 avec L'Image à l'époque romane, suivie en 2008 par L'Image à l'époque gothique. Il couvre l'évolution de l'image depuis la fin du XIIIe siècle jusqu'à l'iconoclasme de la Réforme. Le point de départ en est donné par la révolution giottesque de la construction picturale : un intérêt croissant pour la représentation des apparences sensibles débouche en effet, chez Giotto et ses contemporains, sur l'invention d'une perspective non mesurée qui se diffuse dans toute l'Europe occidentale et bouleverse les structures narratives, tandis que se met en place le portrait au sens moderne du mot, c'est-à-dire la représentation des traits physiques particuliers d'un personnage. Bien que les gains d'expressivité de l'image se traduisent par un "réalisme", au sens vulgaire du mot, ils visent à rendre le surnaturel palpable et sont mis au service d'une dévotion bigarrée, mêlant les apparitions au quotidien, l'exhibition des richesses aux prouesses d'ascétisme, le puritanisme à l'érotisation des saints. Le système iconographique pousse à l'extrême les polarités préexistantes. La Vierge, reine des cieux et symbole de l'Eglise, est devenue une quasi-déesse, éternellement jeune, et le Christ, sanglant et asexué, un étrange objet de désir et de compassion. Les images se diversifient en faisant une place croissante aux saints, protecteurs des communautés et des individus, tandis que l'iconographie des pouvoirs séculiers commence à prendre ses distances avec le symbolisme religieux. Mais l'illusionnisme croissant des images est devenu source de méfiance, l'extravagance et la vénalité de leur culte inquiétant toujours davantage. Face aux critiques, les peintres flamands et florentins du XVe siècle promeuvent un art sévère et digne, en harmonie avec une dévotion disciplinée. En Allemagne, où ces efforts n'ont pas abouti, les oeuvres d'art qui remplissent les églises sont perçues comme les idoles et le faire-valoir d'un clergé détesté, de sorte que leur destruction accompagne son abolition par la Réforme. Ce n'est pas la fin du règne des images, bien au contraire, mais, à partir de ce moment, l'image cesse d'être en soi un phénomène artistique et son étude relève de moins en moins de l'histoire de l'art.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • Dimensions :  3.0cmx16.6cmx23.6cm
  • Poids : 1501.4g
  • Editeur :   Cerf Paru le
  • Collection : Histoire
  • ISBN :  2204096601
  • EAN13 :  9782204096607
  • Classe Dewey :  700

D'autres livres de Jean Wirth

L'image à l'époque gothique : (1140-1280)

Après L'Image à l'époque romane (1999), Jean Wirth poursuit son étude d'ensemble de l'image au Moyen Âge en abordant l'époque des grandes cathédrales. L'image acquiert alors un prestige qu'elle n'avait jamais eu auparavant dans le monde occidental et qu'elle ne retrouvera plus. Cela tient à ...

La datation de la sculpture médiévale

A-t-il existé une statuaire carolingienne ? Les chefs-d'œuvre de la sculpture romane auvergnate datent-ils bien du XIIe siècle ? La sculpture saxonne du XIIIe siècle dérive-t-elle vraiment de modèles français ? Quand a-t-on construit le porche de Moissac, le tympan de Conques, la façade de l...

Voir tous les livres de Jean Wirth

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le présent volume termine la grande synthèse de Jean Wirth sur l'image médiévale, commencée en 1999 avec L'Image à l'époque romane, suivie en 2008 par L'Image à l'époque gothique. Il couvre l'évolution de l'image depuis la fin du XIIIe siècle jusqu'à l'iconoclasme de la Réforme. Le point de départ en est donné par la révolution giottesque de la construction picturale : un intérêt croissant pour la représentation des apparences sensibles débouche en effet, chez Giotto et ses contemporains, sur l'invention d'une perspective non mesurée qui se diffuse dans toute l'Europe occidentale et bouleverse les structures narratives, tandis que se met en place le portrait au sens moderne du mot, c'est-à-dire la représentation des traits physiques particuliers d'un personnage. Bien que les gains d'expressivité de l'image se traduisent par un "réalisme", au sens vulgaire du mot, ils visent à rendre le surnaturel palpable et sont mis au service d'une dévotion bigarrée, mêlant les apparitions au quotidien, l'exhibition des richesses aux prouesses d'ascétisme, le puritanisme à l'érotisation des saints. Le système iconographique pousse à l'extrême les polarités préexistantes. La Vierge, reine des cieux et symbole de l'Eglise, est devenue une quasi-déesse, éternellement jeune, et le Christ, sanglant et asexué, un étrange objet de désir et de compassion. Les images se diversifient en faisant une place croissante aux saints, protecteurs des communautés et des individus, tandis que l'iconographie des pouvoirs séculiers commence à prendre ses distances avec le symbolisme religieux. Mais l'illusionnisme croissant des images est devenu source de méfiance, l'extravagance et la vénalité de leur culte inquiétant toujours davantage. Face aux critiques, les peintres flamands et florentins du XVe siècle promeuvent un art sévère et digne, en harmonie avec une dévotion disciplinée. En Allemagne, où ces efforts n'ont pas abouti, les oeuvres d'art qui remplissent les églises sont perçues comme les idoles et le faire-valoir d'un clergé détesté, de sorte que leur destruction accompagne son abolition par la Réforme. Ce n'est pas la fin du règne des images, bien au contraire, mais, à partir de ce moment, l'image cesse d'être en soi un phénomène artistique et son étude relève de moins en moins de l'histoire de l'art.