share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Fin du chant

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Fin du chant

La Fin du chant

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Fin du chant"

Sous le ciel de cristal du Haut Altaï, quelque part dans les lointaines steppes d'Asie centrale... La Fin du chant déroule des images d'une beauté et d'une cruauté insensées : des plaines infinies et silencieuses; une jument prostrée devant son poulain mort-né ; des peuples nomades - Touvas et Kazakhs - qui se massacrent pour un bout de vallée où dresser les yourtes : des hommes ténébreux, un peu bandits ; des femmes fières, solides comme des pierres sans âge ; et cette gamine hardie, qui défie l'hostilité des lieux, commande bêtes et gens pour la survie de tous... C'est un hymne à la fugacité du temps, à la fragilité d'une culture, un livre-frontière entre un monde qui se meurt et un autre qui s'en vient. (Martine Laval, Télérama.) Tout est beau, d'une beauté sauvage, dans ce livre âpre venu de Mongolie et porté par le grand vent de la steppe... On a l'impression de lire un conte, d'écouter une complainte. Une prose orale. jaillie de la nuit des temps... On n'en dira pas davantage. Chez les Touvas, en effet, on prétend qu'il ne faut raconter à personne les rêves heureux qu'on a faits, et La Fin du chant est l'un des plus beaux rêves que la littérature d'aujourd'hui nous offre de vivre. (Jérôme Garcin. Le Nouvel Observateur.)

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 217  pages
  • Dimensions :  1.8cmx10.8cmx16.8cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Editions Philippe Picquier Paru le
  • Collection : Picquier poche
  • ISBN :  2877309428
  • EAN13 :  9782877309424
  • Classe Dewey :  833.914

D'autres livres de Galsan Tschinag

Belek, une chasse dans le Haut-Altaï suivi de Une histoire touva

Le vieux Dshakiwek vit seul à l'orée du village, les uns racontent qu'il fut un homme important qui abattit un déserteur, d'autres qu'il ne fut rien de plus qu'un chasseur maladroit. Pourtant c'est lui que choisit notre jeune narrateur pour l'accompagner à la chasse au loup. Surpris par un orage...

Belek, une chasse dans le Haut-Altaï

Le vieux Dshakiwek vit seul à l'orée du village, les uns racontent qu'il fut un homme important qui abattit un déserteur, d'autres qu'il ne fut rien de plus qu'un chasseur maladroit. Pourtant c'est lui que choisit notre jeune narrateur pour l'accompagner à la chasse au loup. Surpris par un orage...

Le Monde gris

Dans une yourte du pays touva, un petit garçon rêve de devenir chaman ; il sait que ce sera difficile, mais il sait aussi que c'est là sa voie. Son frère aîné, instituteur et marxiste convaincu, décide de mettre fin à ce rêve en emmenant l'enfant apprendre à lire et à écrire en mongol da...

Voir tous les livres de Galsan Tschinag

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Sous le ciel de cristal du Haut Altaï, quelque part dans les lointaines steppes d'Asie centrale... La Fin du chant déroule des images d'une beauté et d'une cruauté insensées : des plaines infinies et silencieuses; une jument prostrée devant son poulain mort-né ; des peuples nomades - Touvas et Kazakhs - qui se massacrent pour un bout de vallée où dresser les yourtes : des hommes ténébreux, un peu bandits ; des femmes fières, solides comme des pierres sans âge ; et cette gamine hardie, qui défie l'hostilité des lieux, commande bêtes et gens pour la survie de tous... C'est un hymne à la fugacité du temps, à la fragilité d'une culture, un livre-frontière entre un monde qui se meurt et un autre qui s'en vient. (Martine Laval, Télérama.) Tout est beau, d'une beauté sauvage, dans ce livre âpre venu de Mongolie et porté par le grand vent de la steppe... On a l'impression de lire un conte, d'écouter une complainte. Une prose orale. jaillie de la nuit des temps... On n'en dira pas davantage. Chez les Touvas, en effet, on prétend qu'il ne faut raconter à personne les rêves heureux qu'on a faits, et La Fin du chant est l'un des plus beaux rêves que la littérature d'aujourd'hui nous offre de vivre. (Jérôme Garcin. Le Nouvel Observateur.)