share_book
Envoyer cet article par e-mail

La fin des cacahouètes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La fin des cacahouètes

La fin des cacahouètes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La fin des cacahouètes"

" Dans les milieux généralement bien informés de la capitale sénégalaise ". C'est par cette formule très classique qu'ont démarré, pendant une trentaine d'années, tous les papiers que Pierre Biarnès destinait aux lecteurs du Monde qui ne les ont jamais lus, tout simplement parce que le correspondant à Dakar du " grand quotidien du soir ", comme on disait alors, ne les envoyait finalement pas rue des Italiens. C'étaient des sortes de " brèves de comptoir " qu'il recueillait chaque jour, midi et soir, à l'apéritif, au bar de La Croix du Sud, l'hôtel de Dakar le plus en vogue à l'époque. De là, pour l'essentiel, il a suivi la vie des Français du Sénégal pendant toutes ces années, presque jusqu'à aujourd'hui, évoquant même des temps bien plus anciens, à partir des récits des plus vieux habitués. De ces petits textes restés dans ses tiroirs, Pierre Biarnès tire une histoire assez décalée mais exacte jusque dans les moindres détails de ces Français du Sénégal dont il moque avec pas mal de cruauté, mais non sans tendresse, les comportements. Des comportements inconsciemment racistes de petites gens qui se désintéressaient en fait des évolutions politiques en cours, travaillaient dur et, pour le reste, ne pensaient qu'à s'amuser (le cul, la picole et les canulars), pour oublier le temps qui passe. Pas de quoi faire de grands papiers dans Le Monde. Et cependant...

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 132  pages
  • Dimensions :  1.4cmx13.6cmx20.6cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Editions L'harmattan Paru le
  • ISBN :  2747592669
  • EAN13 :  9782747592666
  • Classe Dewey :  843

D'autres livres de Pierre Biarnès

La route de la Soie : Une histoire géopolitique

Comment ne pas rêver de la route de la Soie ? Depuis les pays du Levant méditerranéen, ou depuis Moscou, jusqu'à la mer de Chine, durant une cinquantaine d'années, Pierre Biarnès n'a eu de cesse de la parcourir. Kokand, Samarkand, Boukhara, Khiva, les cités les plus fabuleuses de la vallée d...

Voir tous les livres de Pierre Biarnès

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Dans les milieux généralement bien informés de la capitale sénégalaise ". C'est par cette formule très classique qu'ont démarré, pendant une trentaine d'années, tous les papiers que Pierre Biarnès destinait aux lecteurs du Monde qui ne les ont jamais lus, tout simplement parce que le correspondant à Dakar du " grand quotidien du soir ", comme on disait alors, ne les envoyait finalement pas rue des Italiens. C'étaient des sortes de " brèves de comptoir " qu'il recueillait chaque jour, midi et soir, à l'apéritif, au bar de La Croix du Sud, l'hôtel de Dakar le plus en vogue à l'époque. De là, pour l'essentiel, il a suivi la vie des Français du Sénégal pendant toutes ces années, presque jusqu'à aujourd'hui, évoquant même des temps bien plus anciens, à partir des récits des plus vieux habitués. De ces petits textes restés dans ses tiroirs, Pierre Biarnès tire une histoire assez décalée mais exacte jusque dans les moindres détails de ces Français du Sénégal dont il moque avec pas mal de cruauté, mais non sans tendresse, les comportements. Des comportements inconsciemment racistes de petites gens qui se désintéressaient en fait des évolutions politiques en cours, travaillaient dur et, pour le reste, ne pensaient qu'à s'amuser (le cul, la picole et les canulars), pour oublier le temps qui passe. Pas de quoi faire de grands papiers dans Le Monde. Et cependant...