share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les mobilités de la grande ville: Lyon fin XIXe - début XXe

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les mobilités de la grande ville:  Lyon fin XIXe - début XXe

Les mobilités de la grande ville: Lyon fin XIXe - début XXe

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les mobilités de la grande ville: Lyon fin XIXe - début XXe"

Trois explorations de la grande ville sont ici conjuguées : des biographies d'immeubles, une approche transversale des structures sociales et un suivi longitudinal de deux générations de Lyonnais. De ces explorations croisées naît une image contrastée de la grande ville. Si l'étude des structures sociales suggère une image où la viscosité l'emporte sur les fluidités, où les immobilismes de la société urbaine ne seraient que la manifestation des blocages de la société française, la reconstitution des carrières individuelles de deux générations de Lyonnais démontre que les mobilités, tant au plan résidentiel que professionnel, tant du point de vue intragénérationnel qu'intergénérationnel, ne sont pas absentes de leur univers. Les enfants de la République - la génération née au début des années 1870 - améliorent leur situation par rapport à celles de leurs pères. De belles perspectives de carrière s'ouvrent pour les enfants des classes moyennes ou du monde du travail manuel. Au contraire, les fils du siècle, nés en 1899-1900, n'ont pas les mêmes chances. Quitter le groupe social d'origine devient plus difficile. Cette histoire sociale des individus est au coeur de ce livre, une histoire sociale qui n'ignore pas l'évolution des structures sociales mais qui ne néglige pas pour autant les carrières individuelles.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 431  pages
  • Dimensions :  3.2cmx13.0cmx21.6cm
  • Poids : 521.6g
  • Editeur :   Presses De Sciences Po Paru le
  • Collection : Académique
  • ISBN :  2724605977
  • EAN13 :  9782724605976
  • Classe Dewey :  944.582 308

D'autres livres de Jean Luc Pinol

Le Monde des villes au XIXe siècle

En Angleterre, en Allemagne, en France, aux Etats-Unis, la ville a connu, au XIXè siècle, une formidable croissance. A l'époque, les contemporains ont été frappés par ces agglomérations " tentaculaires ", monstrueuses pour certains, symboles du progrès pour d'autres. La nécessité de [....

Voir tous les livres de Jean Luc Pinol

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Trois explorations de la grande ville sont ici conjuguées : des biographies d'immeubles, une approche transversale des structures sociales et un suivi longitudinal de deux générations de Lyonnais. De ces explorations croisées naît une image contrastée de la grande ville. Si l'étude des structures sociales suggère une image où la viscosité l'emporte sur les fluidités, où les immobilismes de la société urbaine ne seraient que la manifestation des blocages de la société française, la reconstitution des carrières individuelles de deux générations de Lyonnais démontre que les mobilités, tant au plan résidentiel que professionnel, tant du point de vue intragénérationnel qu'intergénérationnel, ne sont pas absentes de leur univers. Les enfants de la République - la génération née au début des années 1870 - améliorent leur situation par rapport à celles de leurs pères. De belles perspectives de carrière s'ouvrent pour les enfants des classes moyennes ou du monde du travail manuel. Au contraire, les fils du siècle, nés en 1899-1900, n'ont pas les mêmes chances. Quitter le groupe social d'origine devient plus difficile. Cette histoire sociale des individus est au coeur de ce livre, une histoire sociale qui n'ignore pas l'évolution des structures sociales mais qui ne néglige pas pour autant les carrières individuelles.