share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mémoires bourgeoises : Memoria et identité urbaine à Ratisbonne à la fin du Moyen Age

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mémoires bourgeoises : Memoria et identité urbaine à Ratisbonne à la fin du Moyen Age

Mémoires bourgeoises : Memoria et identité urbaine à Ratisbonne à la fin du Moyen Age

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Mémoires bourgeoises : Memoria et identité urbaine à Ratisbonne à la fin du Moyen Age"

Sans mémoire, pas de salut. Pour accéder à la vie éternelle, les fidèles de la fin du Moyen Âge s'appliquaient à multiplier les intercesseurs qui prieraient pour leur âme. Commémoraisons diverses, messes anniversaires ou fondations de chapelles, toutes ces pratiques de memoria sont des éléments essentiels de la religion médiévale. Mais la memoria ne relève pas seulement de la piété: parce qu'elle crée des liens entre tous ses acteurs-fondateurs, clercs, héritiers, exécuteurs testamentaires, spectateurs-, elle est un véritable "phénomène social total", avec des dimensions religieuse, mais aussi culturelle, sociale et politique. Aussi cet ouvrage aborde-t-il la question des rapports entre l'appartenance à une communauté urbaine et ces pratiques, en articulant les notions d'intercession, distinction sociale et religion civique. À Ratisbonne, ville libre, important centre de commerce, mais en crise au XVe siècle, dirigée par un patriciat composé surtout de grands négociants, la memoria est inséparable de l'identité urbaine. La cité est la scène principale où se déploie la mémoire de ses bourgeois, et les fondations pieuses unifient et marquent l'espace urbain. C'est bien pourquoi les autorités municipales se sentent concernées par la memoria bourgeoise, et qu'un groupe dominant, à travers la politique du Conseil, cherche à l'orienter et à la façonner.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 364  pages
  • Dimensions :  2.8cmx15.4cmx23.4cm
  • Poids : 639.6g
  • Editeur :   Pu Rennes Paru le
  • Collection : Histoire
  • ISBN :  2753507554
  • EAN13 :  9782753507555
  • Classe Dewey :  943.027

D'autres livres de Olivier Richard

Les chroniques de Player One

Il y a 20 ans naissait Player One, le premier magazine européen dédié aux consoles de jeux vidéo. A cette époque héroïque, les jeux vidéo étaient considérés comme - au mieux - des jouets douteux ou - au pire - des outils dangereux pour décérébrer les enfants. En ces années obscures, l...

LA SOURIS DEGLINGUEE Histoire d'un groupe de rock'n'roll

Formée en 1976, La Souris Déglinguée est l'un des plus anciens groupes de rock français encore en activité. Bizarrement, son histoire n'avait jamais été racontée jusqu'à ce jour. Ce livre retrace donc pour la première fois les trente-cinq ans de rock'n'roll de LSD : des premières répéti...

Mangathèque idéale - Les 120 mangas à lire absolument (la)

Né en 1965 à Paris, Olivier Richard découvre Vampirella au collège. Traumatisé, il crée un fanzine consacré au cinéma fantastique avec un copain. Il passe son temps libre à écouter Motörhead, les Ramones et les Cramps ou à lire les comics de Jack Kirby, Gil Kane et John Buscema ainsi qu'...

Voir tous les livres de Olivier Richard

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Sans mémoire, pas de salut. Pour accéder à la vie éternelle, les fidèles de la fin du Moyen Âge s'appliquaient à multiplier les intercesseurs qui prieraient pour leur âme. Commémoraisons diverses, messes anniversaires ou fondations de chapelles, toutes ces pratiques de memoria sont des éléments essentiels de la religion médiévale. Mais la memoria ne relève pas seulement de la piété: parce qu'elle crée des liens entre tous ses acteurs-fondateurs, clercs, héritiers, exécuteurs testamentaires, spectateurs-, elle est un véritable "phénomène social total", avec des dimensions religieuse, mais aussi culturelle, sociale et politique. Aussi cet ouvrage aborde-t-il la question des rapports entre l'appartenance à une communauté urbaine et ces pratiques, en articulant les notions d'intercession, distinction sociale et religion civique. À Ratisbonne, ville libre, important centre de commerce, mais en crise au XVe siècle, dirigée par un patriciat composé surtout de grands négociants, la memoria est inséparable de l'identité urbaine. La cité est la scène principale où se déploie la mémoire de ses bourgeois, et les fondations pieuses unifient et marquent l'espace urbain. C'est bien pourquoi les autorités municipales se sentent concernées par la memoria bourgeoise, et qu'un groupe dominant, à travers la politique du Conseil, cherche à l'orienter et à la façonner.