share_book
Envoyer cet article par e-mail

Conversations avec Luis Buñuel : Il est dangereux de se pencher au-dedans

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Conversations avec Luis Buñuel : Il est dangereux de se pencher au-dedans

Conversations avec Luis Buñuel : Il est dangereux de se pencher au-dedans

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Conversations avec Luis Buñuel : Il est dangereux de se pencher au-dedans"

Ce livre d'entretiens réalisés par José de la Colina et Tomàs Pérez Turrent - qui porte, film par film, sur toute l'oeuvre de Bunuel, du Chien andalou à Cet obscur objet du désir - dément la réputation du cinéaste qui n'aimait guère être interrogé sur le pourquoi et le comment de ses films. Il est vrai qu'il ne faut pas compter sur Bunuel pour expliquer et commenter son oeuvre, l'homme ayant toujours refusé d'alimenter le discours critique en lui offrant des clés, des grilles de lecture. Ses films, comme il le dit dans cet ouvrage, sont parsemés de " bons symboles de rien ". D'où le danger à vouloir se pencher au-dedans car, à ce petit jeu, on risque de tomber de haut. Dans cet univers à clés, on oublie trop souvent de voir que les portes sont toujours ouvertes. Inutile par conséquent d'enfoncer le clou de l'interprétation, il suffit de se donner la peine d'entrer. En revanche, on découvre un Bunuel qui parle comme il n'a jamais parlé : de lui, de ses films, de ses personnages, moins pour les justifier que pour mettre à jour la relation qu'il entretient avec eux. C'est sous cet angle-là, à partir de ce fil rouge (mesurer la distance complexe entre l'auteur et ses personnages), que les propos de Bunuel se révèlent passionnants, et enrichissent la connaissance de l'oeuvre. El, est-ce bien lui (le personnage) ou un autre (l'auteur) ? C'est aussi de ce secret dont cet ouvrage, à sa manière, nous entretient.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 399  pages
  • Dimensions :  2.8cmx11.6cmx17.2cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Cahiers Du Cinéma Paru le
  • Collection : Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma
  • ISBN :  2866425006
  • EAN13 :  9782866425005
  • Classe Dewey :  791.430 233092

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ce livre d'entretiens réalisés par José de la Colina et Tomàs Pérez Turrent - qui porte, film par film, sur toute l'oeuvre de Bunuel, du Chien andalou à Cet obscur objet du désir - dément la réputation du cinéaste qui n'aimait guère être interrogé sur le pourquoi et le comment de ses films. Il est vrai qu'il ne faut pas compter sur Bunuel pour expliquer et commenter son oeuvre, l'homme ayant toujours refusé d'alimenter le discours critique en lui offrant des clés, des grilles de lecture. Ses films, comme il le dit dans cet ouvrage, sont parsemés de " bons symboles de rien ". D'où le danger à vouloir se pencher au-dedans car, à ce petit jeu, on risque de tomber de haut. Dans cet univers à clés, on oublie trop souvent de voir que les portes sont toujours ouvertes. Inutile par conséquent d'enfoncer le clou de l'interprétation, il suffit de se donner la peine d'entrer. En revanche, on découvre un Bunuel qui parle comme il n'a jamais parlé : de lui, de ses films, de ses personnages, moins pour les justifier que pour mettre à jour la relation qu'il entretient avec eux. C'est sous cet angle-là, à partir de ce fil rouge (mesurer la distance complexe entre l'auteur et ses personnages), que les propos de Bunuel se révèlent passionnants, et enrichissent la connaissance de l'oeuvre. El, est-ce bien lui (le personnage) ou un autre (l'auteur) ? C'est aussi de ce secret dont cet ouvrage, à sa manière, nous entretient.