share_book
Envoyer cet article par e-mail

Passions sans nom

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Passions sans nom

Passions sans nom

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Passions sans nom"

L'image de la sémiotique française s'est figée, à partir des années 1960, comme celle d'une discipline formelle travaillant par principe sur des artefacts séparés de la vie. Textes extraits de leur contexte, sujets exclus de leur histoire, objets vidés de leur substance, effets de sens sans présence... Pourtant, cinquante ans ont passé et la discipline offre aujourd'hui un autre visage. C'est ce dont voudrait témoigner ce livre. Loin de pratiquer l'exclusion par principe, il s'agit désormais de retrouver les dimensions perdues du sens, celles qui dépendent de la présence même - immédiate, éprouvée - de l'autre, des textes, des oeuvres, de la matière sensible. Et par là, de tirer de l'ineffable mille petites " passions " vécues dans l'instant, au contact des choses, mais souvent si ténues que la langue les a laissées sans nom. Est-il donc possible de rendre compte de l'expérience, comprise comme moment de l'émergence du sens, tout en restant dans le cadre d'une quête d'intelligibilité raisonnée et communicable Parier pour une réponse affirmative, c'est revenir aux origines phénoménologiques de la sémiotique. Cette visée prend appui sur le dernier livre de A.J. Greimas, De l'Imperfection, autour du concept clef d'esthésie, sans toutefois en retenir l'idée de " fusion " entre sujet et objet. Qu'il s'agisse de nos rapports à l'autre en tant que corps-sujet, à la temporalité ou aux objets du " goût ", une socio-sémiotique du sensible appelle bien plutôt une conceptualisation de type interactif. D'où un ensemble de propositions théoriques nouvelles destinées à compléter l'appareil conceptuel déjà en place, et une série d'analyses concrètes montrant (par exemple sur la scène politique, ou dans la publicité) comment le sens éprouvé naît d'ajustements réciproques et dynamiques, par " contagion " entre partenaires engagés dans l'expérience vécue.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 336  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.8cmx20.8cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : Formes sémiotiques
  • ISBN :  2130534953
  • EAN13 :  9782130534952
  • Classe Dewey :  302.2
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

L'image de la sémiotique française s'est figée, à partir des années 1960, comme celle d'une discipline formelle travaillant par principe sur des artefacts séparés de la vie. Textes extraits de leur contexte, sujets exclus de leur histoire, objets vidés de leur substance, effets de sens sans présence... Pourtant, cinquante ans ont passé et la discipline offre aujourd'hui un autre visage. C'est ce dont voudrait témoigner ce livre. Loin de pratiquer l'exclusion par principe, il s'agit désormais de retrouver les dimensions perdues du sens, celles qui dépendent de la présence même - immédiate, éprouvée - de l'autre, des textes, des oeuvres, de la matière sensible. Et par là, de tirer de l'ineffable mille petites " passions " vécues dans l'instant, au contact des choses, mais souvent si ténues que la langue les a laissées sans nom. Est-il donc possible de rendre compte de l'expérience, comprise comme moment de l'émergence du sens, tout en restant dans le cadre d'une quête d'intelligibilité raisonnée et communicable Parier pour une réponse affirmative, c'est revenir aux origines phénoménologiques de la sémiotique. Cette visée prend appui sur le dernier livre de A.J. Greimas, De l'Imperfection, autour du concept clef d'esthésie, sans toutefois en retenir l'idée de " fusion " entre sujet et objet. Qu'il s'agisse de nos rapports à l'autre en tant que corps-sujet, à la temporalité ou aux objets du " goût ", une socio-sémiotique du sensible appelle bien plutôt une conceptualisation de type interactif. D'où un ensemble de propositions théoriques nouvelles destinées à compléter l'appareil conceptuel déjà en place, et une série d'analyses concrètes montrant (par exemple sur la scène politique, ou dans la publicité) comment le sens éprouvé naît d'ajustements réciproques et dynamiques, par " contagion " entre partenaires engagés dans l'expérience vécue.