share_book
Envoyer cet article par e-mail

Philip Pettit - le républicanisme

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Philip Pettit - le républicanisme

Philip Pettit - le républicanisme

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Philip Pettit - le républicanisme"

La pensée politique de Philip Pettit incarne aujourd'hui une école "républicaine", qui tente de trouver une troisième voie entre le libéralisme de John Rawls et ses critiques communautariens comme Charles Taylor. Mais le républicanisme de Pettit ne peut se comprendre sans prendre en compte l'autre versant de ses travaux, qui portent sur les fondements de l'économie et des sciences sociales. Sans paradoxe, il se qualifie lui-même d' individualiste holiste . Le c ur de sa pensée tient dans cette articulation originale, dont les conséquences politiques forment une théorie républicaine de la liberté et de la démocratie. Les hommes ne peuvent penser que les uns avec les autres, en commun. Il faut donc briser le tabou moderne selon lequel toutes les valeurs politiques doivent pouvoir être traduites en termes individualistes. Si l'homme n'est homme que parce qu'il pense et échange avec ses semblables, les valeurs politiques doivent être représentées comme des valeurs sociales. À l'opposé de tout atomisme, Pettit développe ainsi une métaphysique sociale "holiste". Mais ces valeurs ne peuvent pour autant s'imposer aux individus. Quoique nous fassions ensemble, il faut que chacun puisse y donner son consentement, car chaque personne doit être considéré comme un être moral indépendant et d'égale valeur.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 128  pages
  • Dimensions :  1.2cmx11.4cmx18.4cm
  • Poids : 557.9g
  • Editeur :   Michalon Paru le
  • Collection : Le bien commun
  • ISBN :  284186541X
  • EAN13 :  9782841865413
  • Classe Dewey :  194
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Fabien Spitz

Pourquoi lutter contre les inégalités ?

Vivons-nous la fin de la justice sociale ? Est-il devenu contre-productif de demander à ceux qui ont accumulé des richesses de payer pour ceux qui n'en ont pas assez pour subsister ? Comment refonder la nécessité de la redistribution des richesses dans un monde où certains ont réussi par leurs...

La liberté politique : esai de généalogie conceptuelle

Le concept de liberté possède aujourd'hui une ascendance bien établie qui, passant par les voies de la loi et du droit, montre comment s'est composée, au cours de l'âge moderne, une représentation de l'homme comme porteur naturel de droits dont la politique doit assurer le respect et la sûret...

John Locke et les fondements de la liberté moderne

L'individualisme radical a souvent été considéré comme le signe distinctif de la philosophie politique moderne : chacun étant à lui-même la mesure de son propre bien, les règles communes de justice et de droit ne peuvent naître que du consentement, du contrat ou de l'artifice. Le présent o...

Voir tous les livres de Jean-Fabien Spitz

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La pensée politique de Philip Pettit incarne aujourd'hui une école "républicaine", qui tente de trouver une troisième voie entre le libéralisme de John Rawls et ses critiques communautariens comme Charles Taylor. Mais le républicanisme de Pettit ne peut se comprendre sans prendre en compte l'autre versant de ses travaux, qui portent sur les fondements de l'économie et des sciences sociales. Sans paradoxe, il se qualifie lui-même d' individualiste holiste . Le c ur de sa pensée tient dans cette articulation originale, dont les conséquences politiques forment une théorie républicaine de la liberté et de la démocratie. Les hommes ne peuvent penser que les uns avec les autres, en commun. Il faut donc briser le tabou moderne selon lequel toutes les valeurs politiques doivent pouvoir être traduites en termes individualistes. Si l'homme n'est homme que parce qu'il pense et échange avec ses semblables, les valeurs politiques doivent être représentées comme des valeurs sociales. À l'opposé de tout atomisme, Pettit développe ainsi une métaphysique sociale "holiste". Mais ces valeurs ne peuvent pour autant s'imposer aux individus. Quoique nous fassions ensemble, il faut que chacun puisse y donner son consentement, car chaque personne doit être considéré comme un être moral indépendant et d'égale valeur.