share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Bien-Aimée

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Bien-Aimée

La Bien-Aimée

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Bien-Aimée"

" Le ridicule probable qui résulterait pour lui des événements du jour importait peu. Mais il eût bien voulu dissiper le malentendu qui ne manquerait pas d'en être la cause. C'était malheureusement impossible. Nul ne saurait jamais la vérité : cette quête d'une vie entière, cet idéal qui ne l'avait tenté que pour mieux lui échapper, lui faisant courir un galop effréné avant de se révéler enfin, du moins le croyait-il à présent qu'il l'avait perdu, dans la jeune fille qui venait de l'abandonner. Ce n'était pas un amour charnel ; Jocelyn ne s'était jamais abaissé à cela. Il n'avait déshonoré aucune femme, bien qu'il en eût aimé beaucoup, avec passion. Nul ne devinerait le sentiment d'affectueuse tendresse derrière ce qu'il avait cru être l'accomplissement d'un heureux destin ajourné pendant quarante ans. Son attirance pour la Troisième Avice serait interprétée comme le projet d'un vieillard égoïste. Sa vie ne ressemblait plus à une expérience d'artiste, mais à un cauchemar éveillé ; il eût bien voulu, lui aussi, fuir ces lieux, s'endormir et briser enfin son lien de servitude à l'Idéale Beauté. "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 252  pages
  • Dimensions :  2.6cmx12.2cmx19.4cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Circé Paru le
  • ISBN :  2842421957
  • EAN13 :  9782842421953
  • Classe Dewey :  823.8
  • Langue : Français

D'autres livres de Thomas Hardy

Tess d'Urberville

Jeune paysanne innocente placée dans une famille, Tess est séduite puis abandonnée par Alec d'Urberville, un de ses jeunes maîtres. L'enfant qu'elle met au monde meurt en naissant. Dans la puritaine société anglaise de la fin du XIXe siècle, c'est là une faute irrémissible, que la jeune ...

Prix : 89 DH

Loin de la foule dechainee

Première traduction française intégrale de Loin de la foule déchaînée. Publié en 1874, Loin de la foule déchaînée est le premier des grands romans de Thomas Hardy (1840-1928), à qui il apporte la notoriété. Il marque l apparition dans son uvre de la région imaginaire du Wessex, [...

Prix : 318 DH
Les Forestiers

Lorsque Grace Melbury revient dans le petit hameau boisé de Little Hintock, après ses études, son avenir est depuis longtemps tracé, déterminé par une promesse intérieure faite entre son père et celui de Giles Winterbone, décédé. Grace et Giles sont promis l'un à l'autre, ils se [.......

Prix : 158 DH

Voir tous les livres de Thomas Hardy

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Le ridicule probable qui résulterait pour lui des événements du jour importait peu. Mais il eût bien voulu dissiper le malentendu qui ne manquerait pas d'en être la cause. C'était malheureusement impossible. Nul ne saurait jamais la vérité : cette quête d'une vie entière, cet idéal qui ne l'avait tenté que pour mieux lui échapper, lui faisant courir un galop effréné avant de se révéler enfin, du moins le croyait-il à présent qu'il l'avait perdu, dans la jeune fille qui venait de l'abandonner. Ce n'était pas un amour charnel ; Jocelyn ne s'était jamais abaissé à cela. Il n'avait déshonoré aucune femme, bien qu'il en eût aimé beaucoup, avec passion. Nul ne devinerait le sentiment d'affectueuse tendresse derrière ce qu'il avait cru être l'accomplissement d'un heureux destin ajourné pendant quarante ans. Son attirance pour la Troisième Avice serait interprétée comme le projet d'un vieillard égoïste. Sa vie ne ressemblait plus à une expérience d'artiste, mais à un cauchemar éveillé ; il eût bien voulu, lui aussi, fuir ces lieux, s'endormir et briser enfin son lien de servitude à l'Idéale Beauté. "