share_book
Envoyer cet article par e-mail

Divertissements touristiques - L'Entre-deux - Rose, la nuit australienne - 8

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Divertissements touristiques - L'Entre-deux - Rose, la nuit australienne - 8

Divertissements touristiques - L'Entre-deux - Rose, la nuit australienne - 8

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Divertissements touristiques - L'Entre-deux - Rose, la nuit australienne - 8"

Tout est prétexte au jeu dans l'écriture de Noëlle Renaude. De ses premiers textes, Divertissements touristiques, L'Entre-deux et Rose, la nuit australienne, jusqu'à 8, son dernier, les mots et les formes s'enchaînent dans une horreur joyeuse. Une écriture des contrastes entre gaieté apparente et gravité certaine. Puis, au détour d'une phrase, anodine, discrète, l'auteur nous cueille, nous saisit, nous embarque dans une course folle. On saute du salon à la courette, de la banquette arrière sordide à la grange du pendu, du monologue fluide au dialogue éclaté. La vie est là : médiocre et sublime, mais toujours exposée, sans fard ni retenue. On ose, chez elle, tout haut ce que le lecteur pense tout bas. Peu à peu, sans avoir l'air d'y toucher, chacun invente, avec Renaude, un théâtre du mouvement perpétuel.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 103  pages
  • Dimensions :  1.0cmx14.6cmx20.2cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Editions Théâtrales Paru le
  • Collection : Répertoire contemporain
  • ISBN :  2842601319
  • EAN13 :  9782842601317
  • Classe Dewey :  842.914

D'autres livres de Noëlle Renaude

A tous ceux qui - La Comédie de Saint-Etienne - Le Renard du nord

Maxime a hérité de son père, le Renard du Nord, l'habitude de cavaler sous les étoiles, harcelé par sa mère, tandis que se rejouent les intrigues de famille entre mari, femme et amant. La pièce interroge le statut de la parole ; une parole triomphante qui séduit et qui tue. À tous ceux ...

Ma Solange, comment t'écrire mon désastre, Alex Roux (texte intégral)

Cette nouvelle édition de Ma Solange, comment t'écrire mon désastre, Alex Roux rassemble aujourd'hui en un livre unique la somme d'une œuvre qui, en s'inventant au fil de quatre années de " livraisons ", a fait naître une forme littéraire atypique : le feuilleton théâtral. Au cours des page...

Promenades

" Mag, je dis, notre vie tombe en poudre Regarder encore vos croquis les photos de vos trois fils la vue qu'on a nos vieilleries Je pars, Mag, et j'ai ouvert la porte ", dit Bob à Pat. " Marchons jusqu'au canal voir les lumières sur l'ea la nuit c'est joli ", dit un peu plus tard Pat à Bob En rev...

Voir tous les livres de Noëlle Renaude

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Tout est prétexte au jeu dans l'écriture de Noëlle Renaude. De ses premiers textes, Divertissements touristiques, L'Entre-deux et Rose, la nuit australienne, jusqu'à 8, son dernier, les mots et les formes s'enchaînent dans une horreur joyeuse. Une écriture des contrastes entre gaieté apparente et gravité certaine. Puis, au détour d'une phrase, anodine, discrète, l'auteur nous cueille, nous saisit, nous embarque dans une course folle. On saute du salon à la courette, de la banquette arrière sordide à la grange du pendu, du monologue fluide au dialogue éclaté. La vie est là : médiocre et sublime, mais toujours exposée, sans fard ni retenue. On ose, chez elle, tout haut ce que le lecteur pense tout bas. Peu à peu, sans avoir l'air d'y toucher, chacun invente, avec Renaude, un théâtre du mouvement perpétuel.