share_book
Envoyer cet article par e-mail

Jazz et vin de palme

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Jazz et vin de palme

Jazz et vin de palme

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Jazz et vin de palme"

Jazz et vin de palme est un recueil de nouvelles grinçant, à l'humour caustique et à la tendresse amusée, merveilleusement bien écrit. Où comment l'Afrique compose avec ses anciens et ses nouveaux démons. Né en Centrafrique en 1941, Emmanuel Dongala dresse un portrait de l'Afrique cynique et désenchanté, et nous emmène à New-York au coeur du jazz américain. Son premier cheval de bataille : le communisme et ses ravages au temps de la Révolution rouge de Brazzaville, qu'il écorche vif dans trois nouvelles : " L'étonnante et dialectique déchéance du camarade Kali Tchikaki ", " Le procès du père Libiki " et " La cérémonie ". A travers trois histoires passionnantes, l'écrivain montre les ravages de la propagande idéologique de Moscou à l'heure du communisme le plus farouche, dans un pays - en l'occurrence le Congo - où le féticheur n'est jamais très loin et où les jeteurs de sorts sont légion. A chacun ses démons semble nous dire Emmanuel Dongala, à chacun ses sorciers et ses gourous. Dans Une journée dans la vie d'Augustine Amaya, Dongala met en lumière l'absurdité de l'administration africaine, l'incompréhension et le surréalisme total auxquels sont confrontés les Africains dans leur vie quotidienne. Avec une définition douce-amère de la condition féminine en Afrique : " Mais ces femmes ne trouvaient rien d'anormal à ces bastonnades, à ces injures et outrages que les douaniers leur faisaient subir, car, depuis leur naissance, toutes les autorités, coloniales ou post-coloniales, rénovatrices ou rédemptrices, réactionnaires ou révolutionnaires, adeptes du socialisme bantou ou du socialisme scientifique marxiste-léniniste, toutes les avaient toujours traitées avec le même mépris ". Pour sa période " américaine ", l'écrivain fait évoluer ses héros dans un New-York difficile et hostile (" Mon métro fantôme "), mâtiné de racisme ordinaire. Dans la dernière tentation de Dongala, " A love supreme ", J.C. est le Dieu du saxo-alto. J.C. c'est John Coltrane bien sûr, icône de Jazz et musicien super-star. Et enfin dans " Jazz et vin de palme " c'est encore Coltrane qui sauve la planète des Martiens - Tim Burton avait-il lu cette nouvelle avant d'écrire Mars Attacks ? La relation entre les deux est étonnante. -- Olivia Marsaud --

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 205  pages
  • Dimensions :  1.2cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Serpent à Plumes Paru le
  • Collection : Motifs
  • ISBN :  2842610032
  • EAN13 :  9782842610036
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

D'autres livres de Emmanuel Dongala

Johnny Chien Méchant

Dans le chaos d'une guerre civile avec déplacements massifs de populations, colonnes de réfugiés sur les routes et le lot habituel d'accompagnateurs plus ou moins bienveillants (organisations humanitaires, journalistes, coopérants qu'il faut évacuer, etc.), deux adolescents racontent ce [......

Photo de groupe au bord du fleuve

Ce matin, quand Méréana se réveille, elle sait que la journée qui l'attend ne sera pas comme les autres. Elles sont une quinzaine à casser des blocs de pierre dans une carrière au bord d'un fleuve africain. Elles viennent d'apprendre que la construction d'un aéroport a fait [....]...

Le Feu des origines

Mankunku dont le nom signifie "Celui qui détruit" est aussi bon guerrier qu'il est forgeron. A l'arrivée du colon blanc, Mankunku est esclave sur les terribles chantiers ferroviaires du Congo, chair à canon pour les guerres que se livrent les colons. Et pourtant Mankunku poursuit sa quête du feu...

Un fusil dans la main, un poème dans la poche

Premier roman d'Emmanuel Dongala Premier roman d'Emmanuel Dongala, Un fusil dans la main, un poème dans la poche est le récit des Indépendances de l'Afrique, à travers le personnage de Mayéla dia Mayéla. De la lutte intellectuelle puis armée dans les maquis d'Afrique australe, jusqu'au sommet...

Voir tous les livres de Emmanuel Dongala

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Jazz et vin de palme est un recueil de nouvelles grinçant, à l'humour caustique et à la tendresse amusée, merveilleusement bien écrit. Où comment l'Afrique compose avec ses anciens et ses nouveaux démons. Né en Centrafrique en 1941, Emmanuel Dongala dresse un portrait de l'Afrique cynique et désenchanté, et nous emmène à New-York au coeur du jazz américain. Son premier cheval de bataille : le communisme et ses ravages au temps de la Révolution rouge de Brazzaville, qu'il écorche vif dans trois nouvelles : " L'étonnante et dialectique déchéance du camarade Kali Tchikaki ", " Le procès du père Libiki " et " La cérémonie ". A travers trois histoires passionnantes, l'écrivain montre les ravages de la propagande idéologique de Moscou à l'heure du communisme le plus farouche, dans un pays - en l'occurrence le Congo - où le féticheur n'est jamais très loin et où les jeteurs de sorts sont légion. A chacun ses démons semble nous dire Emmanuel Dongala, à chacun ses sorciers et ses gourous. Dans Une journée dans la vie d'Augustine Amaya, Dongala met en lumière l'absurdité de l'administration africaine, l'incompréhension et le surréalisme total auxquels sont confrontés les Africains dans leur vie quotidienne. Avec une définition douce-amère de la condition féminine en Afrique : " Mais ces femmes ne trouvaient rien d'anormal à ces bastonnades, à ces injures et outrages que les douaniers leur faisaient subir, car, depuis leur naissance, toutes les autorités, coloniales ou post-coloniales, rénovatrices ou rédemptrices, réactionnaires ou révolutionnaires, adeptes du socialisme bantou ou du socialisme scientifique marxiste-léniniste, toutes les avaient toujours traitées avec le même mépris ". Pour sa période " américaine ", l'écrivain fait évoluer ses héros dans un New-York difficile et hostile (" Mon métro fantôme "), mâtiné de racisme ordinaire. Dans la dernière tentation de Dongala, " A love supreme ", J.C. est le Dieu du saxo-alto. J.C. c'est John Coltrane bien sûr, icône de Jazz et musicien super-star. Et enfin dans " Jazz et vin de palme " c'est encore Coltrane qui sauve la planète des Martiens - Tim Burton avait-il lu cette nouvelle avant d'écrire Mars Attacks ? La relation entre les deux est étonnante. -- Olivia Marsaud --