share_book
Envoyer cet article par e-mail

La modernité mode d'emploi

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La modernité mode d'emploi

La modernité mode d'emploi

Collectif,   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La modernité mode d'emploi"

" Nous, qui sommes si modernes, serons anciens dans quelques siècles ", écrivait La Bruyère, dans cette inflation de mots dérivés de " modernes " qui dénotent autant de crises de croissance que de mouvements esthétiques datés ou indatables, la " modernité " n'a rien à envier à La Vie de Georges Perec : elle nécessite un mode d'emploi. Où en est-on et comment en est-on arrivé là ? Le discours critique prolifère, butant sur cette aporie : l'oeuvre moderne fournit son propre mode d'emploi. Aristote est-il un moderne, lui qui dépasse le dualisme de l'éternel et du temporel pour considérer, le monde des êtres en devenir ? Ou bien la modernité commence-t-elle avec Baudelaire, Rimbaud, avec ce mot d'ordre : " Il faut être absolument moderne " ? Le concept de " modernité " est la face émergée de l'iceberg positions et principes esthétiques autant que philosophiques et épistémologiques en font le maître-mot de querelles répétées ; textes et oeuvres d'art l'illustrent, ou le jettent, après emploi. On est moderne ou on n'est pas ; le mot labellise toute une constellation de normes normalité/déviance, socialité/marginalité, beauté/décadence. La fortune du mot est en tout cas assurée : toujours de mode, en proportion de son mystère !

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 198  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.4cmx20.6cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   Editions Kimé Paru le
  • Collection : Détours littéraires
  • ISBN :  284174390X
  • EAN13 :  9782841743902
  • Classe Dewey :  100

D'autres livres de Francis Claudon

Les grands mouvements littéraires européens

Il existe des langues européennes : celles qui procèdent d'une origine commune, l'indo-européen, et se diversifient ensuite en de multiples langues nationales. Il existe une géographie européenne, à l'échelle de notre continent, transcendant les flexibles frontières étatiques. Il existe ...

Précis de littérature comparée

Cet ouvrage définit la spécificité de la littérature comparée et offre les outils méthodologiques propres à la dissertation et au commentaire comparatistes. Il permet de distinguer les notions de comparaison et de comparatisme et insiste sur l'importance du texte original par rapport à la tr...

Prix : 127 DH

Goethe : Essai de biographie

Il n'y a plus, depuis longtemps, de biographie de Goethe actuellement disponible en français. Or plus qu'un autre peut-être celui que les Allemands persistent à tenir comme leur plus grand auteur, un peu à la manière suivant laquelle les Français révèrent Hugo, ce " Monsieur Goethe ", comme ...

Voir tous les livres de Francis Claudon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Nous, qui sommes si modernes, serons anciens dans quelques siècles ", écrivait La Bruyère, dans cette inflation de mots dérivés de " modernes " qui dénotent autant de crises de croissance que de mouvements esthétiques datés ou indatables, la " modernité " n'a rien à envier à La Vie de Georges Perec : elle nécessite un mode d'emploi. Où en est-on et comment en est-on arrivé là ? Le discours critique prolifère, butant sur cette aporie : l'oeuvre moderne fournit son propre mode d'emploi. Aristote est-il un moderne, lui qui dépasse le dualisme de l'éternel et du temporel pour considérer, le monde des êtres en devenir ? Ou bien la modernité commence-t-elle avec Baudelaire, Rimbaud, avec ce mot d'ordre : " Il faut être absolument moderne " ? Le concept de " modernité " est la face émergée de l'iceberg positions et principes esthétiques autant que philosophiques et épistémologiques en font le maître-mot de querelles répétées ; textes et oeuvres d'art l'illustrent, ou le jettent, après emploi. On est moderne ou on n'est pas ; le mot labellise toute une constellation de normes normalité/déviance, socialité/marginalité, beauté/décadence. La fortune du mot est en tout cas assurée : toujours de mode, en proportion de son mystère !