share_book
Envoyer cet article par e-mail

Fumiers et cie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Fumiers et cie

Fumiers et cie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Fumiers et cie"

Estomaquant de bêtise. Voici les premiers mots qui surgissent à l'esprit quand il faut évoquer Fumiers et Cie. Et encore, c'est bien parce que la décence nous y oblige que d'autres qualitatifs plus explicites ne viennent pas décrire le dernier opus de Tom Sharpe traduit aux éditions 10/18. Jamais en reste, la quatrième de couverture ose vanter les mérites de ce " mélange des Marx Brothers et d'humour anglais... " En fait, le drame, c'est qu'il s'agirait plutôt d'un mauvais amalgame de sketches ineptes et mal menés, noyés dans une sauce qui tente laborieusement de plagier l'ironie british. L'entourloupe est un peu grosse, un peu comme quand on vous vend des babouches Louis Vuitton aux puces de Barbes en vous jurant qu'elles sont authentiques. Vague réminiscence du loufoque hollywoodien des années trente - clin d'oeil à l'intemporel Helzapopin - le roman suinte l'humour fastidieux des mauvais scénari américains. On imagine d'ici un petit scénariste partant d'un rire crispé en lisant les dialogues à son producteur consterné. Si vous croyez cette critique excessive, un bref résumé du roman devrait vous prouver combien nous savons rester calme dans l'adversité. Sur 320 pages: un yuppie se fait virer de la city, part avec 1 million dans sa valise, gobe du jus de crapaud australien, manque de mourir d'overdose, finit nu dans le lit de la femme d'un inspecteur de police; tandis que de fil en aiguille un escadron de la BIR ( brigade d'intervention rapide) meurt exterminé par un chasseur à la retraite lors de l'attaque d'un vieux château. Par clémence pour l'auteur nous passerons sous silence le Rottweiler qui meurt émasculé, la fille d'un Duc et Pair qui part avec sa copine lesbienne, le commissaire de police qui se suicide à la pâte dentifrice ... On aura beau se réclamer d'un hypothétique humour au troisième degré, le résultat laisse songeur.--A.M.F.--

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • Dimensions :  2.4cmx13.4cmx22.4cm
  • Poids : 385.6g
  • Editeur :   Belfond Paru le
  • Collection : Hors
  • ISBN :  2714433545
  • EAN13 :  9782714433541
  • Classe Dewey :  823.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Tom Sharpe

Le gang des mégères inapprivoisées

Dans le Northumberland, depuis des générations, les dames Grope font régner la terreur autour d'elles. Signes distinctifs : un physique ingrat, une nature antipathique et des pulsions castratrices inversement proportionnelles à leur volonté de se reproduire. Qu'à cela ne tienne ! Chez les [...

Outrage public à la pudeur

Des policiers blancs livrés à la paranoïa ou à leurs obsessions sexuelles, des colons anglais qui rêvent d'un passé révolu, des beautés locales qui ne doivent un salut relatif qu'à la vitesse de leurs jolies jambes, tout ce beau monde exécute, grâce à Tom Sharpe, une gigue endiablée....

Wilt, Tome 1

C'est en sortant son chien que Wilt réfléchit à la méthode la plus efficace pour se débarrasser de sa femme, devenue bien trop encombrante à son goût. Wilt est à la croisée des chemins : professeur de culture générale dans un lycée technique pour étudiants demeurés, sa carrière [....

Prix : 94 DH
Wilt, Tome 2

Wilt n'aime pas les femmes, ni son boulot, ni d'ailleurs tout ce qui se met entre lui, sa bière et son pub. Mais voilà, il n'a pas encore réussi à se débarrasser d'Eva, sa chère épouse. Le destin lui a même joué un sacré tour. Il est désormais père de quadriplettes. Cinq à la maison....

Voir tous les livres de Tom Sharpe

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Estomaquant de bêtise. Voici les premiers mots qui surgissent à l'esprit quand il faut évoquer Fumiers et Cie. Et encore, c'est bien parce que la décence nous y oblige que d'autres qualitatifs plus explicites ne viennent pas décrire le dernier opus de Tom Sharpe traduit aux éditions 10/18. Jamais en reste, la quatrième de couverture ose vanter les mérites de ce " mélange des Marx Brothers et d'humour anglais... " En fait, le drame, c'est qu'il s'agirait plutôt d'un mauvais amalgame de sketches ineptes et mal menés, noyés dans une sauce qui tente laborieusement de plagier l'ironie british. L'entourloupe est un peu grosse, un peu comme quand on vous vend des babouches Louis Vuitton aux puces de Barbes en vous jurant qu'elles sont authentiques. Vague réminiscence du loufoque hollywoodien des années trente - clin d'oeil à l'intemporel Helzapopin - le roman suinte l'humour fastidieux des mauvais scénari américains. On imagine d'ici un petit scénariste partant d'un rire crispé en lisant les dialogues à son producteur consterné. Si vous croyez cette critique excessive, un bref résumé du roman devrait vous prouver combien nous savons rester calme dans l'adversité. Sur 320 pages: un yuppie se fait virer de la city, part avec 1 million dans sa valise, gobe du jus de crapaud australien, manque de mourir d'overdose, finit nu dans le lit de la femme d'un inspecteur de police; tandis que de fil en aiguille un escadron de la BIR ( brigade d'intervention rapide) meurt exterminé par un chasseur à la retraite lors de l'attaque d'un vieux château. Par clémence pour l'auteur nous passerons sous silence le Rottweiler qui meurt émasculé, la fille d'un Duc et Pair qui part avec sa copine lesbienne, le commissaire de police qui se suicide à la pâte dentifrice ... On aura beau se réclamer d'un hypothétique humour au troisième degré, le résultat laisse songeur.--A.M.F.--