share_book
Envoyer cet article par e-mail

Contributions à la philosophie de la Renaissance

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Contributions à la philosophie de la Renaissance

Contributions à la philosophie de la Renaissance

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Contributions à la philosophie de la Renaissance"

    Mircea Eliade avait vingt et un ans. Ne fût-ce que par son sujet, sa thèse de maîtrise annonçait déjà son devenir : l'étude de l'universalité humaine - unité dans la diversité. Il se lançait à corps perdu dans la culture, avec une fougue juvénile qui sacrifiait parfois le jugement à la passion. Il alla faire sa quête de la Renaissance dans l'Italie des années vingt de notre vingtième siècle. Et il nous donna des " croquis de voyage " où, qu'il s'agisse de Venise ou de Florence, de Naples ou de Rome, on est frappé par la modernité de la relation. Moeurs des habitants ou des touristes, état des maisons ou des monuments, il n'y a guère eu de changements. Plus de soixante ans après, le " Guide Eliade " garde sa validité. Sur l'Italie, le temps s'use les dents. Le ton d'Eliade est souvent mordant, malicieux, par exemple quand il croque l'éternel touriste bruyant ou le non moins éternel mâle italien plastronnant. Mais il y a d'abord toutes ces pages qui sont autant de déclarations d'amour aux beautés de l'Italie, dues à la nature pour une bonne part, mais surtout au génie de l'homme, d'hier comme d'aujourd'hui, à sa pensée créatrice.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 148  pages
    • Dimensions :  1.0cmx12.8cmx18.6cm
    • Poids : 158.8g
    • Editeur :   Gallimard Paru le
    • Collection : Arcades
    • ISBN :  207072753X
    • EAN13 :  9782070727537
    • Classe Dewey :  859.43
    • Langue : Français

    D'autres livres de Mircea Eliade

    La nuit bengali

    Allan, jeune ingénieur européen, travaille aux Indes. Son chef, un Bengali, l'admet dans sa famille et veut l'adopter. Mais un violent amour naît entre Allan et la fille de la maison, Maitreyi. Amour contrarié par la religion, les mœurs, le mystère de l'âme de la jeune fille. Mais amour que ...

    Prix : 69 DH
    Aspects du mythe

    Prix : 74 DH

    Voir tous les livres de Mircea Eliade

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Mircea Eliade avait vingt et un ans. Ne fût-ce que par son sujet, sa thèse de maîtrise annonçait déjà son devenir : l'étude de l'universalité humaine - unité dans la diversité. Il se lançait à corps perdu dans la culture, avec une fougue juvénile qui sacrifiait parfois le jugement à la passion. Il alla faire sa quête de la Renaissance dans l'Italie des années vingt de notre vingtième siècle. Et il nous donna des " croquis de voyage " où, qu'il s'agisse de Venise ou de Florence, de Naples ou de Rome, on est frappé par la modernité de la relation. Moeurs des habitants ou des touristes, état des maisons ou des monuments, il n'y a guère eu de changements. Plus de soixante ans après, le " Guide Eliade " garde sa validité. Sur l'Italie, le temps s'use les dents. Le ton d'Eliade est souvent mordant, malicieux, par exemple quand il croque l'éternel touriste bruyant ou le non moins éternel mâle italien plastronnant. Mais il y a d'abord toutes ces pages qui sont autant de déclarations d'amour aux beautés de l'Italie, dues à la nature pour une bonne part, mais surtout au génie de l'homme, d'hier comme d'aujourd'hui, à sa pensée créatrice.