share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mon individualisme, suivi de "Quelques lettres aux amis"

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mon individualisme, suivi de "Quelques lettres aux amis"

Mon individualisme, suivi de "Quelques lettres aux amis"

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Mon individualisme, suivi de "Quelques lettres aux amis""

    En 1914, le romancier Sôseki (1867-1916), alors très célèbre, est invité à donner une conférence à l'École des Pairs, où il a failli enseigner dans sa jeunesse. Avec humour et profondeur, il explique aux étudiants, qui constituent une élite intellectuelle, sa conception de l'individualisme. Partant de son expérience personnelle d'étudiant et de jeune enseignant, il raconte son cheminement, rappelant certains de ses livres (Botchan) où il s'est tourné lui-même en dérision et, peu à peu, d'anecdotes en fables, il parvient à un véritable petit traité de morale, qui définit l'autonomie, la tolérance, les limites de l'individualisme en collectivité et la nécessité de recourir à une éducation intériorisée et non pas seulement conformiste. Tout en prenant modèle sur l'Angleterre, il met en évidence la singularité de la situation du Japon moderne et tente de mettre en garde les étudiants contre les automatismes de l'apprentissage intellectuel et social et de les convaincre de faire usage de leur liberté. Ce texte, qui compte parmi les plus originaux de l'auteur d'Oreiller d'herbes (Rivages/Poche n° 2) manifeste l'extraordinaire talent pédagogique du romancier qui fut également un enseignant. Avec simplicité et savoir-faire, il oriente ses auditeurs sur le chemin de la réflexion politique et éthique, à partir de situations très simples et en recourant à son habituelle ironie. On reconnaîtra le ton poétique et l'esprit de dérision qui caractérisent tous les romans de Sôseki, habile à masquer son projet pédagogique, sous forme de confidences autobiographiques, de fables et de protestations de modestie. Il définit, sans insister, sa propre conception de la littérature et du rôle de l'artiste et de l'intellectuel dans la cité. Nous avons joint quelques lettres que Sôseki écrivit à ses amis intellectuels (en 1906, pour la plupart) concernant la création littéraire et la formation de la pensée.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 112  pages
    • Dimensions :  1.0cmx10.6cmx16.8cm
    • Poids : 99.8g
    • Editeur :   Rivages Paru le
    • Collection : Rivages poches
    • ISBN :  2743612010
    • EAN13 :  9782743612016
    • Classe Dewey :  895.644 2

    D'autres livres de Natsume Soseki

    Les Herbes du chemin

    Dans l'intimité du couple que forment Kenzô et sa femme, le quotidien scelle une entente faite de méprises et de malentendus ; et l'habitude ne devient rien d'autre que le témoin indifférent d'un être aux prises avec le monde. Mais sur Kenzô, pèse aussi la présence d'un père adoptif, [....

    A travers la vitre

    Durant deux mois de l'année 1915, Sôseki raconte au jour le jour sa vie d'écrivain, avec les troublantes réminiscences et obsessions qui ont hanté son oeuvre. Plus qu'un journal intime, ce récit autobiographique, écrit entre deux crises d'ulcère, dont la dernière devait l'emporter un an ...

    Botchan

    "Soseki's lightest and funniest work." --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre....

    Le Mineur

    "Si je devais considérer ma fugue comme la première station dans la trajectoire de mon autodestruction, la contrée floue où je me trouvais à présent était certainement peu éloignée du terminus, même si je ne savais pas combien d'arrêts il y aurait encore." Un étrange jeune homme, sans vi...

    Voir tous les livres de Natsume Soseki

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    En 1914, le romancier Sôseki (1867-1916), alors très célèbre, est invité à donner une conférence à l'École des Pairs, où il a failli enseigner dans sa jeunesse. Avec humour et profondeur, il explique aux étudiants, qui constituent une élite intellectuelle, sa conception de l'individualisme. Partant de son expérience personnelle d'étudiant et de jeune enseignant, il raconte son cheminement, rappelant certains de ses livres (Botchan) où il s'est tourné lui-même en dérision et, peu à peu, d'anecdotes en fables, il parvient à un véritable petit traité de morale, qui définit l'autonomie, la tolérance, les limites de l'individualisme en collectivité et la nécessité de recourir à une éducation intériorisée et non pas seulement conformiste. Tout en prenant modèle sur l'Angleterre, il met en évidence la singularité de la situation du Japon moderne et tente de mettre en garde les étudiants contre les automatismes de l'apprentissage intellectuel et social et de les convaincre de faire usage de leur liberté. Ce texte, qui compte parmi les plus originaux de l'auteur d'Oreiller d'herbes (Rivages/Poche n° 2) manifeste l'extraordinaire talent pédagogique du romancier qui fut également un enseignant. Avec simplicité et savoir-faire, il oriente ses auditeurs sur le chemin de la réflexion politique et éthique, à partir de situations très simples et en recourant à son habituelle ironie. On reconnaîtra le ton poétique et l'esprit de dérision qui caractérisent tous les romans de Sôseki, habile à masquer son projet pédagogique, sous forme de confidences autobiographiques, de fables et de protestations de modestie. Il définit, sans insister, sa propre conception de la littérature et du rôle de l'artiste et de l'intellectuel dans la cité. Nous avons joint quelques lettres que Sôseki écrivit à ses amis intellectuels (en 1906, pour la plupart) concernant la création littéraire et la formation de la pensée.