share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Peur de guérir : Les résistances à la psychanalyse

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Peur de guérir : Les résistances à la psychanalyse

La Peur de guérir : Les résistances à la psychanalyse

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La Peur de guérir : Les résistances à la psychanalyse"

    Sur le plan psychique, c'est comme sur le plan physique : la souffrance s'exprime par des symptômes. Cependant ceux-ci n'ont pas que des inconvénients car la maladie permet de susciter l'attention de l'autre, elle offre un statut. Guérir fait perdre ce bénéfice. Il en va de même pour les symptômes psychiques. L'interdiction intérieure de vivre, d'être heureux, de jouir, rend certes malheureux, mais permet de se plaindre. Et la plainte est une des choses à laquelle il est le plus difficile de renoncer. C'est pourquoi d'abord il est si difficile de se décider à faire le premier pas, à aller chercher du côté de la psychanalyse le moyen de sortir de cet état, et ensuite, une fois la démarche engagée, il est tout aussi difficile d'avancer. Les bénéfices des symptômes pour lesquels on est venu sont suffisants pour qu'on « résiste », qu'on s'accroche à ce qui nous entrave. C'est ce qu'explique Patrick Delaroche, psychanalyste, qui reprenant le propos de Freud sur la résistance et s'appuyant sur des cas très éclairants, montre comment on résiste et comment finalement le but de la cure est d'arriver à lever ces résistances. Un essai qui devrait intéresser les professionnels et les étudiants, mais aussi un public relativement éclairé consommateur de littérature psy au même titre que les livres de Jean-David Nasio (Payot) avec qui on peut le comparer pour la lisibilité.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 260  pages
    • Dimensions :  2.6cmx14.6cmx22.4cm
    • Poids : 399.2g
    • Editeur :   Albin Michel Paru le
    • ISBN :  2226134123
    • EAN13 :  9782226134127
    • Classe Dewey :  150.195

    D'autres livres de Patrick Delaroche

    Parents, osez dire non !

    Les enfants ont besoin de limites pour se construire, tout le monde s?accorde sur ce point. Mais comment les fixer et les faire respecter avec fermeté mais sans excès de sévérité? L?attitude des parents qui n?osent pas dire non et affirmer leur autorité entraîne chez l?enfant (puis chez l?ado...

    Prix : 74 DH

    Jouer pour de vrai : Du psychodrame individuel à la psychanalyse

    Le psychodrame psychanalytique individuel (PPI) permet à un patient (enfant, adolescent, adulte) de mettre en scène de façon improvisée et ludique les fantasmes qu'il ne pourrait ni dire ni même se représenter en relation duelle. Cette technique, créée dans les années 1950 par Serge Lebovic...

    Voir tous les livres de Patrick Delaroche

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Sur le plan psychique, c'est comme sur le plan physique : la souffrance s'exprime par des symptômes. Cependant ceux-ci n'ont pas que des inconvénients car la maladie permet de susciter l'attention de l'autre, elle offre un statut. Guérir fait perdre ce bénéfice. Il en va de même pour les symptômes psychiques. L'interdiction intérieure de vivre, d'être heureux, de jouir, rend certes malheureux, mais permet de se plaindre. Et la plainte est une des choses à laquelle il est le plus difficile de renoncer. C'est pourquoi d'abord il est si difficile de se décider à faire le premier pas, à aller chercher du côté de la psychanalyse le moyen de sortir de cet état, et ensuite, une fois la démarche engagée, il est tout aussi difficile d'avancer. Les bénéfices des symptômes pour lesquels on est venu sont suffisants pour qu'on « résiste », qu'on s'accroche à ce qui nous entrave. C'est ce qu'explique Patrick Delaroche, psychanalyste, qui reprenant le propos de Freud sur la résistance et s'appuyant sur des cas très éclairants, montre comment on résiste et comment finalement le but de la cure est d'arriver à lever ces résistances. Un essai qui devrait intéresser les professionnels et les étudiants, mais aussi un public relativement éclairé consommateur de littérature psy au même titre que les livres de Jean-David Nasio (Payot) avec qui on peut le comparer pour la lisibilité.