share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le tamaris et l'olivier de Bohème

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le tamaris et l'olivier de Bohème

Le tamaris et l'olivier de Bohème

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le tamaris et l'olivier de Bohème"

    Les tamaris vêtus de rose secouent leurs longs rameaux flexibles dans les bourrasques d'avril. Lumineux entre les averses, le ciel d'ardoise fait ressortir le vieux rose de leur exubérante floraison. Les sobres tamaris, jamais plus somptueux que lorsqu'ils poussent aux confins du désert où les dunes incultes qui bordent les océans, savent aussi jouer les dandys dans un jardin de banlieue ou sur un parking d'autoroute. Ils sont beaux, rustiques, faciles à cultiver. On les utilise pour fixer les dunes de sable ou reboiser les sols salins où, rien ne peut pousser. L'olivier de Bohême aux petites feuilles grises lui tient souvent compagnie. Lui aussi aime les terres salines, les vents secs et chauds de la Méditerranée. Ses petits fruits semblables à ceux de l'olivier, ne sont pas particulièrement savoureux mais méritent qu'on les goûte, par curiosité botanique.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 96  pages
    • Dimensions :  1.8cmx9.8cmx18.8cm
    • Poids : 99.8g
    • Editeur :   Actes Sud Paru le
    • Collection : Nature
    • ISBN :  2742746625
    • EAN13 :  9782742746620
    • Classe Dewey :  582.16
    • Langue : Français

    D'autres livres de Alain Pontoppidan

    Fruitiers au jardin bio : Arbres et arbustes

    Votre jardin est superbe et votre potager prolifique, mais où sont les fruits succulents du jardin de votre enfance ? Et pourquoi vos fruitiers sont-ils parfois décevants ? Suivez les conseils d'Alain Pontoppidan et vous réaliserez le "jardin de fruits" dont vous rêvez.Dans cet ouvrage, très...

    Le Mélèze

    Il n'y a de mélèzes que dans l'hémisphère nord, sur les' hautes montagnes et dans les étendues glacées. Cet arbre compte unie quinzaine d'espèces, toutes rustiques, qui ne craignent ni l'air glacial de Sibérie ni les blizzards de l'Alaska. Cultiver le mélèze n'est pas facile, car il, refus...

    Voir tous les livres de Alain Pontoppidan

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Les tamaris vêtus de rose secouent leurs longs rameaux flexibles dans les bourrasques d'avril. Lumineux entre les averses, le ciel d'ardoise fait ressortir le vieux rose de leur exubérante floraison. Les sobres tamaris, jamais plus somptueux que lorsqu'ils poussent aux confins du désert où les dunes incultes qui bordent les océans, savent aussi jouer les dandys dans un jardin de banlieue ou sur un parking d'autoroute. Ils sont beaux, rustiques, faciles à cultiver. On les utilise pour fixer les dunes de sable ou reboiser les sols salins où, rien ne peut pousser. L'olivier de Bohême aux petites feuilles grises lui tient souvent compagnie. Lui aussi aime les terres salines, les vents secs et chauds de la Méditerranée. Ses petits fruits semblables à ceux de l'olivier, ne sont pas particulièrement savoureux mais méritent qu'on les goûte, par curiosité botanique.