share_book
Envoyer cet article par e-mail

Décors italiens de la Renaissance

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Décors italiens de la Renaissance

Décors italiens de la Renaissance

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Décors italiens de la Renaissance"

Le présent ouvrage réunit six articles que Daniel Arasse a consacrés à certains des décors ou cycles de fresques parmi les plus importants de la Renaissance italienne. Publiés entre 1985 et 1996 dans des revues spécialisées d'histoire de l'art ou des volumes collectifs très difficilement accessibles à un public élargi, ces essais choisis et présentés par Philippe Morel traitent de questions aussi diverses que le cycle de la Croix par Piero della Francesca, les Hommes illustres au château de la Manta, l'exaltation dynastique des Gonzaga propre à la camera picta de Mantegna, la sphère simultanément privée et politique du prince avec le studiolo de Frédéric de Montefeltro, l'hommage amoureux à l'épouse traduit par le pinceau de Parmigianino à Fontanellato et la valeur emblématique du parcours de lecture labyrinthique inscrit au plafond de la salle de Psyché au Palazzo Te à Mantoue décoré par Giulio Romano. A chacune de ces étapes se met en jeu une herméneutique du détail et de l'écart à l'affût des paradoxes ou des apories qui lais-sent transparaître les ressorts intimes ou décisifs des peintures. On observe une égale attention aux configurations figuratives et aux structures ou dispositifs qui organisent les décors en mettant en oeuvre et en manipulant les sources textuelles et les traditions iconographiques pour faire émerger l'enjeu particulier de chacun, par exemple la dialectique de la sphère familiale et de la théorie poli-tique dans le cas de Mantegna. Ce regard aiguisé et attentif passé au filtre d'une grande érudition historique témoigne une fois encore de sa très grande efficacité, Daniel Masse produisant sur tous ces décors, aussi célèbres et bien étudiés soient-ils, une approche différente et stimulante ainsi qu'un éclairage nouveau et fondamental.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 268  pages
  • Dimensions :  3.6cmx20.2cmx25.2cm
  • Poids : 1301.8g
  • Editeur :   Hazan Paru le
  • Collection : Beaux Arts
  • ISBN :  2754104003
  • EAN13 :  9782754104005
  • Classe Dewey :  750
  • Langue : Français

D'autres livres de Daniel Arasse

Le Sujet dans le tableau

La question de l'intimité du rapport entre les œuvres et leurs auteurs ou commanditaires se pose, à la Renaissance, de manière cruciale : l'expression individuelle de l'artiste devient en effet à cette époque un facteur reconnu - et apprécié - dans la genèse et la forme des œuvres [.......

Léonard de Vinci

Avec ce Léonard de Vinci initialement publié en 1997, Daniel Arasse s'était affirmé comme l'un des très grands historiens de l'art français. Ce directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales réussissait dans ce volumineux ouvrage à analyser avec minutie la [......

Le Détail

Cet ouvrage ouvre un champ nouveau de l'histoire de la peinture: le détail, vu inopinément ou peu à peu découvert, identifié, isolé, découpé de son ensemble, met en question les catégories de l'histoire de l'art qui semblent avoir été établies "de loin". En étudiant les différents [...

On n'y voit rien

Que fait-on quand on regarde une peinture ? A quoi pense-t-on ? Qu'imagine-t-on ? Comment dire, comment se dire à soi-même ce que l'on voit ou devine ? Et comment l'historien d'art peut-il interpréter sérieusement ce qu'il voit un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout ? En six courtes ...

Voir tous les livres de Daniel Arasse

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le présent ouvrage réunit six articles que Daniel Arasse a consacrés à certains des décors ou cycles de fresques parmi les plus importants de la Renaissance italienne. Publiés entre 1985 et 1996 dans des revues spécialisées d'histoire de l'art ou des volumes collectifs très difficilement accessibles à un public élargi, ces essais choisis et présentés par Philippe Morel traitent de questions aussi diverses que le cycle de la Croix par Piero della Francesca, les Hommes illustres au château de la Manta, l'exaltation dynastique des Gonzaga propre à la camera picta de Mantegna, la sphère simultanément privée et politique du prince avec le studiolo de Frédéric de Montefeltro, l'hommage amoureux à l'épouse traduit par le pinceau de Parmigianino à Fontanellato et la valeur emblématique du parcours de lecture labyrinthique inscrit au plafond de la salle de Psyché au Palazzo Te à Mantoue décoré par Giulio Romano. A chacune de ces étapes se met en jeu une herméneutique du détail et de l'écart à l'affût des paradoxes ou des apories qui lais-sent transparaître les ressorts intimes ou décisifs des peintures. On observe une égale attention aux configurations figuratives et aux structures ou dispositifs qui organisent les décors en mettant en oeuvre et en manipulant les sources textuelles et les traditions iconographiques pour faire émerger l'enjeu particulier de chacun, par exemple la dialectique de la sphère familiale et de la théorie poli-tique dans le cas de Mantegna. Ce regard aiguisé et attentif passé au filtre d'une grande érudition historique témoigne une fois encore de sa très grande efficacité, Daniel Masse produisant sur tous ces décors, aussi célèbres et bien étudiés soient-ils, une approche différente et stimulante ainsi qu'un éclairage nouveau et fondamental.