share_book
Envoyer cet article par e-mail

Tati

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Tati

Tati

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Tati"

    "Il sera toute sa vie celui qui rêve à contretemps et inverse les règles du jeu, au fond de la classe ; celui qui mène, au fil de son intuition, la plaisanterie jusqu'au bout." De 1949, date de sortie de Jour de fête, jusqu'à sa mort, Jacques Tatischeff, dit Jacques Tati, le grand dégingandé, le poète décalé, aura marqué de sa patte inimitable le cinéma français. De ses débuts de mime au sein de l'équipe de rugby du Racing à ses plus grandes réussites cinématographiques, en passant par les années de music-hall et les moments de doute, Marc Doutey a tout consigné. Dans cet ouvrage, ce livre d'art devrait-on dire, il a laissé une grande place à l'Artiste Tati. Les grands chapitres concernent ses débuts (avec son équipe de rugby…) et ses quatre grands films, nommés selon les lieux de tournage et les surnoms de décor. Ainsi, nous entrons dans l'univers de Jour de fête par l'entrée dans le village de Sainte-Sévère, lieu de tournage où Tati, cinq ans plus tôt, avait passé les dernières années de guerre. Ensuite, nous nous arrêtons à L'Hôtel de la plage pour assister aux Vacances de monsieur Hulot. Puis, c'est la Villa Arpel recréée aux Studios de la Victorine pour Mon Oncle en 1958 (qu'il aurait préféré presque muet). Le dernier arrêt important est celui de Tativille, pour les besoins de Playtime où hall d'aéroport, building furent reconstitués pour une œuvre considérée par certains comme "la plus ambitieuse et la plus complexe". Les trois autres films de Tati, Trafic – influencé par le réalisateur de documentaire Bert Haanstra –, Parade – une commande de la télé suédoise – et Confusion – une "volonté de réflexion sur le phénomène de la perception" – sont rassemblés en un chapitre unique… Durant plus de 270 pages, Dondey fait revivre les tournages et leurs difficultés, l'accueil du public et celui des autres artistes, comme cette lettre envoyée par François Truffaut à Tati lors du semi-échec de Playtime, ou le témoignage de Maurice Pialat au moment de Parade. L'auteur, avec l'aide de la fille du réalisateur, Sophie Tatischeff (décédée depuis), rend ainsi un magnifique hommage à cet artiste hors norme, à part dans l'histoire du cinéma français. Les nombreuses photos (sublimes) ajoutent à ce beau travail poésie et intimité. Cela ne gâche rien. --Marine Segalen --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 270  pages
    • Dimensions :  2.0cmx24.8cmx28.2cm
    • Poids : 1338.1g
    • Editeur :   Editions Ramsay Paru le
    • Collection : Ramsay cinema
    • ISBN :  2841149757
    • EAN13 :  9782841149759
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    "Il sera toute sa vie celui qui rêve à contretemps et inverse les règles du jeu, au fond de la classe ; celui qui mène, au fil de son intuition, la plaisanterie jusqu'au bout." De 1949, date de sortie de Jour de fête, jusqu'à sa mort, Jacques Tatischeff, dit Jacques Tati, le grand dégingandé, le poète décalé, aura marqué de sa patte inimitable le cinéma français. De ses débuts de mime au sein de l'équipe de rugby du Racing à ses plus grandes réussites cinématographiques, en passant par les années de music-hall et les moments de doute, Marc Doutey a tout consigné. Dans cet ouvrage, ce livre d'art devrait-on dire, il a laissé une grande place à l'Artiste Tati. Les grands chapitres concernent ses débuts (avec son équipe de rugby…) et ses quatre grands films, nommés selon les lieux de tournage et les surnoms de décor. Ainsi, nous entrons dans l'univers de Jour de fête par l'entrée dans le village de Sainte-Sévère, lieu de tournage où Tati, cinq ans plus tôt, avait passé les dernières années de guerre. Ensuite, nous nous arrêtons à L'Hôtel de la plage pour assister aux Vacances de monsieur Hulot. Puis, c'est la Villa Arpel recréée aux Studios de la Victorine pour Mon Oncle en 1958 (qu'il aurait préféré presque muet). Le dernier arrêt important est celui de Tativille, pour les besoins de Playtime où hall d'aéroport, building furent reconstitués pour une œuvre considérée par certains comme "la plus ambitieuse et la plus complexe". Les trois autres films de Tati, Trafic – influencé par le réalisateur de documentaire Bert Haanstra –, Parade – une commande de la télé suédoise – et Confusion – une "volonté de réflexion sur le phénomène de la perception" – sont rassemblés en un chapitre unique… Durant plus de 270 pages, Dondey fait revivre les tournages et leurs difficultés, l'accueil du public et celui des autres artistes, comme cette lettre envoyée par François Truffaut à Tati lors du semi-échec de Playtime, ou le témoignage de Maurice Pialat au moment de Parade. L'auteur, avec l'aide de la fille du réalisateur, Sophie Tatischeff (décédée depuis), rend ainsi un magnifique hommage à cet artiste hors norme, à part dans l'histoire du cinéma français. Les nombreuses photos (sublimes) ajoutent à ce beau travail poésie et intimité. Cela ne gâche rien. --Marine Segalen --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.