share_book
Envoyer cet article par e-mail

Peter Brook : Vers un théâtre premier

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Peter Brook : Vers un théâtre premier

Peter Brook : Vers un théâtre premier

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Peter Brook : Vers un théâtre premier"

A partir de l'" espace vide " et avec son groupe international, Peter Brook s'est lancé, depuis plus de trente ans, dans la quête des " formes simples ". Il a poussé le théâtre vers sa concentration extrême sans jamais sacrifier la présence de la matière ou le bonheur du jeu. Et cela afin de s'adresser toujours à la communauté tout entière. Il s'est appuyé sur le modèle shakespearien et a fréquenté le territoire africain. De Shakespeare, ce qui lui semble essentiel à capter, c'est la fluidité. Il l'érige en vertu essentielle de son travail qui s'accomplit à Paris dans ce théâtre unique que sont les Bouffes-du-Nord. Abattre les cloisons et ne jamais interrompre le mouvement, véritable règle de conduite, théâtrale et personnelle. L'Afrique, continent de la magie préservée et de la famine chronique, où Brook retrouve, réunis, le brut et le sacré, le visible et l'invisible, a fini par se constituer en véritable construction mentale. Elle acquiert chez lui les mêmes valeurs que les villages mythiques de Chagall ou Kantor, Vitebsk et Wielopole. C'est son Afrique. Témoin toujours présent, alternant le récit, l'aveu et la réflexion, Georges Banu retrace ici cette spécificité brookienne qui s'est dégagée à travers des spectacles mémorables tels Timon d'Athènes, La Conférence des oiseaux, Carmen, La Cerisaie, Le Mahabharata, La Tempête, L'Homme qui, Tierno Bohar..., stations de la voie conduisant vers un théâtre premier.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 356  pages
  • Dimensions :  1.6cmx10.8cmx17.2cm
  • Poids : 81.6g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : Points essais
  • ISBN :  202081711X
  • EAN13 :  9782020817110
  • Classe Dewey :  790
  • Langue : Français

D'autres livres de Georges Banu

Notre théâtre, la Cerisaie

La Cerisaie ou la crise sans réponse. Ici la solution est fausse et la victoire trompeuse. Les maîtres perdent sans trahir et Lopakhine gagne en décapitant ce qu'il aime le plus au monde, la cerisaie. Au coeur de l'affrontement entre le symbolique et l'économique, la parabole du verger [....]...

Miniatures théoriques : Repères pour un paysage théâtral

Georges Banu dégage dans cet ensemble de "miniatures théoriques" certains "nœuds poétiques" autour desquels s'organise le paysage théâtral d'une époque. Il se fie à sa "bibliothèque intérieure" que constituent les spectacles vus au fil du temps et dont sa mémoire a gardé la trace ainsi q...

L'Enfant qui meurt : Motif avec variations

A l'origine, une intuition : " l'enfant qui meurt " comme motif récurrent dans le théâtre du monde, d'Occident en Orient. Par-delà tout ce qu'un tel décès procure comme désarroi et deuils personnels, le motif cristallise un rapport au monde, révèle des stratégies de pouvoir, concentre les ...

Voir tous les livres de Georges Banu

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

A partir de l'" espace vide " et avec son groupe international, Peter Brook s'est lancé, depuis plus de trente ans, dans la quête des " formes simples ". Il a poussé le théâtre vers sa concentration extrême sans jamais sacrifier la présence de la matière ou le bonheur du jeu. Et cela afin de s'adresser toujours à la communauté tout entière. Il s'est appuyé sur le modèle shakespearien et a fréquenté le territoire africain. De Shakespeare, ce qui lui semble essentiel à capter, c'est la fluidité. Il l'érige en vertu essentielle de son travail qui s'accomplit à Paris dans ce théâtre unique que sont les Bouffes-du-Nord. Abattre les cloisons et ne jamais interrompre le mouvement, véritable règle de conduite, théâtrale et personnelle. L'Afrique, continent de la magie préservée et de la famine chronique, où Brook retrouve, réunis, le brut et le sacré, le visible et l'invisible, a fini par se constituer en véritable construction mentale. Elle acquiert chez lui les mêmes valeurs que les villages mythiques de Chagall ou Kantor, Vitebsk et Wielopole. C'est son Afrique. Témoin toujours présent, alternant le récit, l'aveu et la réflexion, Georges Banu retrace ici cette spécificité brookienne qui s'est dégagée à travers des spectacles mémorables tels Timon d'Athènes, La Conférence des oiseaux, Carmen, La Cerisaie, Le Mahabharata, La Tempête, L'Homme qui, Tierno Bohar..., stations de la voie conduisant vers un théâtre premier.