share_book
Envoyer cet article par e-mail

Eaux-fortes de Buenos Aires

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Eaux-fortes de Buenos Aires

Eaux-fortes de Buenos Aires

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Eaux-fortes de Buenos Aires"

Ecrites entre 1928 et 1933 et parues au jour le jour dans le journal El Mundo, les Eaux-fortes de Buenos Aires sont autant d'instantanés, de tableaux courts de la capitale argentine, de ses habitants, de ses coutumes et de son rythme. Car il y a bien une faune et une flore particulières à l'endroit : ses jeunes oisifs plantés devant leur maison, ses chantiers de construction pillés de leurs briques, ses maisons de tôle ondulée aux couleurs passées... Chaque curiosité typique de Buenos Aires fait l'objet d'une eau-forte, petit bijou littéraire savamment rythmé par un auteur qui n'a peur ni des écarts de langage ni des mélanges peu orthodoxes : s'y côtoient langue des faubourgs et argot des bas quartiers. Il en ressort un tableau mouvant de la ville, au charme suranné trempé dans l'acide, une oeuvre urbaine et décalée.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 258  pages
  • Dimensions :  2.4cmx12.4cmx17.8cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Asphalte Editions Paru le
  • Collection : FICTIONS
  • ISBN :  2918767069
  • EAN13 :  9782918767060
  • Langue : Français

D'autres livres de Roberto Arlt

Les sept fous

La redécouverte d'une figure hautement polémique des Lettres argentines. Dans le Buenos Aires des années 1930, le destin d'un homme qui, confronté à l'humiliation, la violence et la misère, cherche une échappatoire dans le rêve et la folie. Portée par une écriture en uppercut, une oeuvre-c...

Les Sept fous

La redécouverte d'une figure hautement polémique des Lettres argentines. Dans le Buenos Aires des années 1930, le destin d'un homme qui, confronté à l'humiliation, la violence et la misère, cherche une échappatoire dans le rêve et la folie. Portée par une écriture en uppercut, une oeuvre-c...

Les lance-flammes

Fils d'un émigrant prussien et d'une mère italienne, Roberto Arlt est né à Buenos Aires en 1901) et mort prématurément d'une crise cardiaque en 1942. Ouvrier, inventeur raté, journaliste, écrivain hanté par sa jeunesse malheureuse, souffrant toute sa vie du manque d'argent, il ne cessera de...

Voir tous les livres de Roberto Arlt

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ecrites entre 1928 et 1933 et parues au jour le jour dans le journal El Mundo, les Eaux-fortes de Buenos Aires sont autant d'instantanés, de tableaux courts de la capitale argentine, de ses habitants, de ses coutumes et de son rythme. Car il y a bien une faune et une flore particulières à l'endroit : ses jeunes oisifs plantés devant leur maison, ses chantiers de construction pillés de leurs briques, ses maisons de tôle ondulée aux couleurs passées... Chaque curiosité typique de Buenos Aires fait l'objet d'une eau-forte, petit bijou littéraire savamment rythmé par un auteur qui n'a peur ni des écarts de langage ni des mélanges peu orthodoxes : s'y côtoient langue des faubourgs et argot des bas quartiers. Il en ressort un tableau mouvant de la ville, au charme suranné trempé dans l'acide, une oeuvre urbaine et décalée.