share_book
Envoyer cet article par e-mail

Paolo Roversi

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Paolo Roversi

Paolo Roversi

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Paolo Roversi"

“La nostalgie de l'enfance est le premier moteur de mon travail”, confesse Paolo Roversi, grand photographe de mode, qui n'a jamais oublié les rivages et les mosaïques byzantines de Ravenne, sa ville natale italienne. S'il est devenu, avec son installation en France, en 1973, un véritable Italien de Paris et que son nom fut longtemps associé à la prestigieuse maison Dior, son style particulier et immédiatement identifiable l'a rapidement et durablement imposé sur la scène internationale. Pudique et réservé, Paolo Roversi développe depuis plus de quarante ans une oeuvre qui semble hantée par la fragilité de toute forme de beauté et par la délicatesse que requiert sa conception de l'élégance. Il tire d'une solide culture picturale et d'une connaissance très fine de l'histoire de la photographie un rendu subtil des couleurs, une stylisation du dépouillement graphique et une recherche constante de formes nouvelles qui signent l'originalité de son talent. Ses modèles et mannequins aux silhouettes souvent androgynes semblent inspirés par les mythes angéliques d'un préraphaélisme revisité par une lumière diaphane, presque irréelle, qui leur confère une présence et une vitalité étonnantes. En 1980, Paolo Roversi, qui se définit comme un photographe peu attiré par l'innovation technologique, découvre le film Polaroïd associé à une chambre grand format ; cette rencontre, qu'il assimile à un “véritable coup de foudre” (il va même jusqu'à noter que l'invention du Polaroïd, en 1947, coïncide avec sa propre année de naissance...), lui ouvre de nouveaux champs de recherches esthétiques et renouvelle sa relation avec le modèle photographié. Certaines de ses créations au Polaroïd, notamment ses nus, appartiennent aujourd'hui à l'histoire de la photographie. Dans la brève autobiographie qu'il a rédigée pour ce Photo Poche, Paolo Roversi précise : “Quand je regarde en arrière, je ne vois qu'un journal intime écrit jour après jour, photo après photo, avec beaucoup d'amour et de passion.”

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 64  pages
  • Dimensions :  1.2cmx12.4cmx19.0cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Actes Sud Paru le
  • Collection : Photo poche
  • ISBN :  274279784X
  • EAN13 :  9782742797844
  • Langue : Français

D'autres livres de Paolo Roversi

La ville rouge

Le 27 février 1958, via Osoppo à Milan, des malfaiteurs dévalisent les fourgons de la Banque d'Italie. Parmi les témoins, deux jeunes garçons : Antonio, 13 ans, décide qu'il entrera dans la police ; Roberto, 8 ans, choisit de devenir gangster. Dès lors, leur destin est tout tracé et leur con...

Voir tous les livres de Paolo Roversi

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

“La nostalgie de l'enfance est le premier moteur de mon travail”, confesse Paolo Roversi, grand photographe de mode, qui n'a jamais oublié les rivages et les mosaïques byzantines de Ravenne, sa ville natale italienne. S'il est devenu, avec son installation en France, en 1973, un véritable Italien de Paris et que son nom fut longtemps associé à la prestigieuse maison Dior, son style particulier et immédiatement identifiable l'a rapidement et durablement imposé sur la scène internationale. Pudique et réservé, Paolo Roversi développe depuis plus de quarante ans une oeuvre qui semble hantée par la fragilité de toute forme de beauté et par la délicatesse que requiert sa conception de l'élégance. Il tire d'une solide culture picturale et d'une connaissance très fine de l'histoire de la photographie un rendu subtil des couleurs, une stylisation du dépouillement graphique et une recherche constante de formes nouvelles qui signent l'originalité de son talent. Ses modèles et mannequins aux silhouettes souvent androgynes semblent inspirés par les mythes angéliques d'un préraphaélisme revisité par une lumière diaphane, presque irréelle, qui leur confère une présence et une vitalité étonnantes. En 1980, Paolo Roversi, qui se définit comme un photographe peu attiré par l'innovation technologique, découvre le film Polaroïd associé à une chambre grand format ; cette rencontre, qu'il assimile à un “véritable coup de foudre” (il va même jusqu'à noter que l'invention du Polaroïd, en 1947, coïncide avec sa propre année de naissance...), lui ouvre de nouveaux champs de recherches esthétiques et renouvelle sa relation avec le modèle photographié. Certaines de ses créations au Polaroïd, notamment ses nus, appartiennent aujourd'hui à l'histoire de la photographie. Dans la brève autobiographie qu'il a rédigée pour ce Photo Poche, Paolo Roversi précise : “Quand je regarde en arrière, je ne vois qu'un journal intime écrit jour après jour, photo après photo, avec beaucoup d'amour et de passion.”