share_book
Envoyer cet article par e-mail

A cheval sur une tombe

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
A cheval sur une tombe

A cheval sur une tombe

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "A cheval sur une tombe"

Le gang responsable du braquage partiellement raté de la banque à Exeter (voir Club, Rivages/Noir nº 708) fait à nouveau parler de lui. Il se murmure en effet que le cerveau de l’opération, Oliver Leach dit « Le Diplomate » se serait réfugié sur le continent, emportant avec lui une partie non négligeable du butin. Les anciens complices des braqueurs ont en revanche dû s’enfuir les mains vides et veulent à tout prix récupérer leur part. Ils n’hésitent donc pas à enlever la fille d’Oliver, Lynette, pour obtenir une rançon conséquente. Alors que l’inspecteur Colin Harpur et ses collègues se relaient pour aider Patsy, la mère de la jeune fille, à traverser cette épreuve, Ralph Ember alias « La Panique », le vieil acolyte d’Oliver, sait pertinemment que le kidnapping ne pourra jamais aboutir : il a lui-même enterré Le Diplomate au fond d’un bois, avant de « réconforter » sa veuve lors d’ébats bucoliques, à quelques mètres de sa tombe. Il éprouve pourtant un sentiment grandissant de responsabilité envers la jeune Lynette, qui va l’amener à devoir faire face à toutes sortes de luttes intestines et le confronter à des policiers aux agissements condamnables, pour retrouver la jeune fille et se racheter ainsi du crime qu’il a commis. Flics et voyous, Bill James nous livre sa vision à la fois sombre et drôle de leurs mondes opposés et pourtant si proches. Il possède un art à nul autre pareil de disséquer leurs rapports et leurs états d’âme d’une plume acerbe, à l’ironie très grinçante. Mais, au milieu de ce jeu de massacre, il sait aussi ménager des moments de sincérité touchante pour rappeler l’humanité des personnages qui ne sont, après tout, que des prolétaires ou des petits bourgeois aspirant à un monde hors de leur portée.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 318  pages
  • Dimensions :  2.2cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages/Noir
  • ISBN :  2743621591
  • EAN13 :  9782743621599

D'autres livres de Bill James

En son absence

que signifie envoyer un flic en infiltration ? apparemment, c'est simple : il s'agit d'espionner de l'intérieur une organisation criminelle que la police n'arrive pas à démanteler. le flic infiltré devra donc s'y faire admettre, gagner la confiance des responsables, comprendre tous les [....]...

Question d'éthique

L'inspecteur Colin Harpur est amoureux. L'élue s'appelle Denise, elle est belle, intelligente et très jeune. Elle suit un cours de danse où elle fait la connaissance de la compagne de Jack Lamb, l'indispensable indic de Harpur. Dans le milieu des truands, on commence à se poser des questions qua...

Mal à la tête

L'inspectrice Sally Bithron et sa supérieure, la commissaire principale adjointe Esther Davidson, sont envoyées en mission dans une brigade éloignée de leur propre secteur. Elles ont été chargées par le ministère de l'intérieur d'enquêter sur de possibles malversations. La demande d'enquê...

Sans états d'âme

Ron Preston, dit " le stratège ", projette de braquer un fourgon transportant la paie des salariés de l'usine brand. Plus de 70 000 livres en liquide et seulement deux convoyeurs. Un coup sans risques. Mais Wilf, l'informateur de Preston, lui apprend que les effectifs de sécurité vont être renf...

Voir tous les livres de Bill James

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le gang responsable du braquage partiellement raté de la banque à Exeter (voir Club, Rivages/Noir nº 708) fait à nouveau parler de lui. Il se murmure en effet que le cerveau de l’opération, Oliver Leach dit « Le Diplomate » se serait réfugié sur le continent, emportant avec lui une partie non négligeable du butin. Les anciens complices des braqueurs ont en revanche dû s’enfuir les mains vides et veulent à tout prix récupérer leur part. Ils n’hésitent donc pas à enlever la fille d’Oliver, Lynette, pour obtenir une rançon conséquente. Alors que l’inspecteur Colin Harpur et ses collègues se relaient pour aider Patsy, la mère de la jeune fille, à traverser cette épreuve, Ralph Ember alias « La Panique », le vieil acolyte d’Oliver, sait pertinemment que le kidnapping ne pourra jamais aboutir : il a lui-même enterré Le Diplomate au fond d’un bois, avant de « réconforter » sa veuve lors d’ébats bucoliques, à quelques mètres de sa tombe. Il éprouve pourtant un sentiment grandissant de responsabilité envers la jeune Lynette, qui va l’amener à devoir faire face à toutes sortes de luttes intestines et le confronter à des policiers aux agissements condamnables, pour retrouver la jeune fille et se racheter ainsi du crime qu’il a commis. Flics et voyous, Bill James nous livre sa vision à la fois sombre et drôle de leurs mondes opposés et pourtant si proches. Il possède un art à nul autre pareil de disséquer leurs rapports et leurs états d’âme d’une plume acerbe, à l’ironie très grinçante. Mais, au milieu de ce jeu de massacre, il sait aussi ménager des moments de sincérité touchante pour rappeler l’humanité des personnages qui ne sont, après tout, que des prolétaires ou des petits bourgeois aspirant à un monde hors de leur portée.