share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'artillerie, le militaire et le cheval

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'artillerie, le militaire et le cheval

L'artillerie, le militaire et le cheval

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'artillerie, le militaire et le cheval"

Le 8 octobre 2008, une quinzaine d'historiens et de spécialistes venant du monde militaire et de l'université, français et étrangers, se sont réunis au musée de l'Artillerie à Draguignan dans le var, afin de croiser lerus regards et leurs études sur les liens entre les chavaux et l'artillerie. Le cheval a été jusqu'au milieu du XXe soècle quasi consubstanciel au soldat en général, à l'artillerie en particulier. Le cheval était une forte motrice et l'artilleur un homme de cheval. Avec la première Guerre mondiale, le chaval-vapeur commence à détrôner l'animal, mais il faut attendre le second conflit mondial pour totalement franchir le pas. les actes de cette journée d'études embrassent le sujet de manière alrge, depuis les diverses tentatives de faire mouvoir des chars de guerre uniquement par la force équine jusquà la première armée qui n'a plus de chevaux, celle des Etats-unis durant la Seconde Guerre mondiale. Néanmoins, la motorisation de l'artillerie ne s'est pas faite avec facilité tant les avantages du cheval paraissaient alors si importants. L'armée française dans les années trente hésite entre l'avoine et l'essence tout comme l'armée suisse. L'armée allemande, entre 1939 et 1945 et contrairement à l'image que l'historiographie habituelle retient, n'était pas uniquement mécanisée. Le lecteur trouvera aussi dans ces pages d'autres animaux souvent oubliés de l'histoire, les mulets. Enfin, le cheval est toujours dans l'artillerie française un moyen de formation physique - tout autant que la piste du risque - et un sport de loisir. Le cheval est aussi un patrimoine: les collections de harnachement du musée de l'Empéri à Salon de Provence ou l'image du cheval et du mulet sur les insignes militaires en sont une preuve.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 224  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.6cmx21.2cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Lavauzelle Paru le
  • ISBN :  2702515010
  • EAN13 :  9782702515013

D'autres livres de Gilles Aubagnac

Réflexions sur la présentation de collections de textiles, de costumes et d'uniformes

Le textile, et particulièrement le textile ancien, est sensible à la lumière qui le détruit inexorablement, tout comme il est sensible aux problèmes de mise en forme et d'exposition qui accélèrent et quantifient sa dégradation. Dans ce cas, faut-il encore continuer à exposer des textiles da...

Voir tous les livres de Gilles Aubagnac

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le 8 octobre 2008, une quinzaine d'historiens et de spécialistes venant du monde militaire et de l'université, français et étrangers, se sont réunis au musée de l'Artillerie à Draguignan dans le var, afin de croiser lerus regards et leurs études sur les liens entre les chavaux et l'artillerie. Le cheval a été jusqu'au milieu du XXe soècle quasi consubstanciel au soldat en général, à l'artillerie en particulier. Le cheval était une forte motrice et l'artilleur un homme de cheval. Avec la première Guerre mondiale, le chaval-vapeur commence à détrôner l'animal, mais il faut attendre le second conflit mondial pour totalement franchir le pas. les actes de cette journée d'études embrassent le sujet de manière alrge, depuis les diverses tentatives de faire mouvoir des chars de guerre uniquement par la force équine jusquà la première armée qui n'a plus de chevaux, celle des Etats-unis durant la Seconde Guerre mondiale. Néanmoins, la motorisation de l'artillerie ne s'est pas faite avec facilité tant les avantages du cheval paraissaient alors si importants. L'armée française dans les années trente hésite entre l'avoine et l'essence tout comme l'armée suisse. L'armée allemande, entre 1939 et 1945 et contrairement à l'image que l'historiographie habituelle retient, n'était pas uniquement mécanisée. Le lecteur trouvera aussi dans ces pages d'autres animaux souvent oubliés de l'histoire, les mulets. Enfin, le cheval est toujours dans l'artillerie française un moyen de formation physique - tout autant que la piste du risque - et un sport de loisir. Le cheval est aussi un patrimoine: les collections de harnachement du musée de l'Empéri à Salon de Provence ou l'image du cheval et du mulet sur les insignes militaires en sont une preuve.