share_book
Envoyer cet article par e-mail

Correspondance 1915-1941

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Correspondance 1915-1941

Correspondance 1915-1941

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Correspondance 1915-1941"

La correspondance entre Max Jacob et jean Paulhan a commencé en 1915, lorsque Paulhan était jeune soldat ; Jacob n'avait pas encore publié son fameux Cornet à dés. Leur amitié s'est vite approfondie, nourrie d'un respect mutuel alimenté par la lecture de leurs oeuvres. Paulhan affirme que le Cornet à dés est " très beau ; une oeuvre d'art [...] unique. ", alors que Jacob déclare, à propos des Fleurs de Tarbes : " Tu écris comme on aurait voulu penser toute sa vie. " Les années qui suivent sont en quelque sorte un petit historique de la NRF. On voit que Paulhan fait tout pour favoriser la carrière de Jacob, mais Jacob joue aussi un rôle capital bien que peu reconnu pour la revue : il recommande tous les nouveaux poètes qu'il croit prometteurs, et peu après leurs noms apparaissent presque tous dans la revue. Au début de la Seconde Guerre mondiale, Paulhan tient à publier le poème de Jacob, " Reportage juin 1940 " dans Confluences. En 1941 cependant, sans doute par crainte d'attirer l'attention des Allemands l'un sur l'autre (Paulhan étant résistant et Jacob obligé de porter l'étoile jaune), les deux amis arrêtent de s'écrire. Ainsi se termine une très belle et longue correspondance qui aurait sûrement repris si Jacob n'avait pas trouvé une mort de martyr à Drancy.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 294  pages
  • Dimensions :  2.6cmx15.4cmx23.8cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Paris-Méditerranée Paru le
  • Collection : Cachet volant
  • ISBN :  2842722442
  • EAN13 :  9782842722449
  • Classe Dewey :  846.912

D'autres livres de  Jean Paulhan

Les Erotomanes

L'érotomane n'a pas toujours été l'obsédé des choses érotiques qu'il est devenu dans le langage contemporain. Au XIXe siècle, différemment inquiet, il est la proie non de la chose mais de l'idée : l'illusion délirante d'être aimé. Comme l'un d'eux le disait, il a " bien des alphabets à ...

Correspondance 1919-1968

Les lettres échangées entre le fondateur des Éditions Gallimard et son principal conseiller littéraire, rédacteur en chef puis directeur de La Nouvelle Revue française, placent le lecteur au coeur d'un demi-siècle d'édition et de littérature. Jean Paulhan estimait que sa « vie véritable ...

Correspondance 1919-1961

" Je comprends pourquoi Paulhan ne goûte pas ma peinture. Elle est trop vraie. Il se meut dans un univers abstrait et ne voit rien autour de lui, que des idées. C'est un autre Zénon d'Elée. Pas la peine de lui prouver le mouvement en marchant, il ne vous voit pas marcher." Ces lignes trouvées d...

Voir tous les livres de  Jean Paulhan

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La correspondance entre Max Jacob et jean Paulhan a commencé en 1915, lorsque Paulhan était jeune soldat ; Jacob n'avait pas encore publié son fameux Cornet à dés. Leur amitié s'est vite approfondie, nourrie d'un respect mutuel alimenté par la lecture de leurs oeuvres. Paulhan affirme que le Cornet à dés est " très beau ; une oeuvre d'art [...] unique. ", alors que Jacob déclare, à propos des Fleurs de Tarbes : " Tu écris comme on aurait voulu penser toute sa vie. " Les années qui suivent sont en quelque sorte un petit historique de la NRF. On voit que Paulhan fait tout pour favoriser la carrière de Jacob, mais Jacob joue aussi un rôle capital bien que peu reconnu pour la revue : il recommande tous les nouveaux poètes qu'il croit prometteurs, et peu après leurs noms apparaissent presque tous dans la revue. Au début de la Seconde Guerre mondiale, Paulhan tient à publier le poème de Jacob, " Reportage juin 1940 " dans Confluences. En 1941 cependant, sans doute par crainte d'attirer l'attention des Allemands l'un sur l'autre (Paulhan étant résistant et Jacob obligé de porter l'étoile jaune), les deux amis arrêtent de s'écrire. Ainsi se termine une très belle et longue correspondance qui aurait sûrement repris si Jacob n'avait pas trouvé une mort de martyr à Drancy.