share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Indochine face au Japon : 1940-1945 Decoux-de Gaulle, un malentendu fatal

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Indochine face au Japon : 1940-1945 Decoux-de Gaulle, un malentendu fatal

L'Indochine face au Japon : 1940-1945 Decoux-de Gaulle, un malentendu fatal

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Indochine face au Japon : 1940-1945 Decoux-de Gaulle, un malentendu fatal"

On a beaucoup écrit sur la deuxième Guerre mondiale et sur la guerre d'Indochine (1946-1954). Mais très peu sur l'étonnante aventure de l'Indochine dans la deuxième Guerre mondiale (1940-1945). Isolée, soudain, d'une Métropole écrasée en juin 1940, l'Indochine française de l'amiral Decoux est restée, après 1942, le seul îlot " blanc " dans le raz-de-marée nippon d'après Pearl Harbor. Contrainte d'accepter un stationnement et un transit de troupes japonaises, elle a, au contraire de la France occupée, maintenu une souveraineté française entière et une armée libre de ses mouvements. Le tout au prix d'une allégeance appuyée au lointain Maréchal et d'une forte autorité, parfois marquée de bavures, mais toutes deux vitales, face aux Nippons, pour la survie de cette France du bout du monde. Inventive par, nécessité, elle a sauvé l'économie. Plus étonnant, elle a lancé un véritable " aggiornamento " du statut colonial, multiplié les écoles et les stades, réhabilité les patries et relancé leurs cultures. Cet " incroyable pari ", suivant le mot de L. Bodard, a tenu cinq ans. Pourquoi, le 9 mars 1945, moins de cinq mois avant Hiroshima, Tokyo a-t-il été conduit à balayer l'imperium français ? L'auteur décrit le fatal enchaînement né du malentendu entre la France libérée et une Indochine qui allait bientôt lui revenir intacte, avec les conséquences tragiques qui en ont découlé. Le 9 mars 1945 a engendré la guerre d'Indochine.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 300  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.5cmx21.5cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Editions L'harmattan Paru le
  • Collection : Recherches asiatiques
  • ISBN :  2747568571
  • EAN13 :  9782747568579
  • Classe Dewey :  959

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

On a beaucoup écrit sur la deuxième Guerre mondiale et sur la guerre d'Indochine (1946-1954). Mais très peu sur l'étonnante aventure de l'Indochine dans la deuxième Guerre mondiale (1940-1945). Isolée, soudain, d'une Métropole écrasée en juin 1940, l'Indochine française de l'amiral Decoux est restée, après 1942, le seul îlot " blanc " dans le raz-de-marée nippon d'après Pearl Harbor. Contrainte d'accepter un stationnement et un transit de troupes japonaises, elle a, au contraire de la France occupée, maintenu une souveraineté française entière et une armée libre de ses mouvements. Le tout au prix d'une allégeance appuyée au lointain Maréchal et d'une forte autorité, parfois marquée de bavures, mais toutes deux vitales, face aux Nippons, pour la survie de cette France du bout du monde. Inventive par, nécessité, elle a sauvé l'économie. Plus étonnant, elle a lancé un véritable " aggiornamento " du statut colonial, multiplié les écoles et les stades, réhabilité les patries et relancé leurs cultures. Cet " incroyable pari ", suivant le mot de L. Bodard, a tenu cinq ans. Pourquoi, le 9 mars 1945, moins de cinq mois avant Hiroshima, Tokyo a-t-il été conduit à balayer l'imperium français ? L'auteur décrit le fatal enchaînement né du malentendu entre la France libérée et une Indochine qui allait bientôt lui revenir intacte, avec les conséquences tragiques qui en ont découlé. Le 9 mars 1945 a engendré la guerre d'Indochine.