share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Camera obscura : Philosophie d'un appareil

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Camera obscura : Philosophie d'un appareil

La Camera obscura : Philosophie d'un appareil

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Camera obscura : Philosophie d'un appareil"

Cette thèse porte sur la camera obscura en tant qu'appareil, un appareil se différenciant d'un simple dispositif par le caractère à la fois technique et poiétique. Dans cette optique, il nous importe moins de nous pencher sur la camera obscura en tant qu'outil pour savants ou artistes, que de réfléchir à la façon dont elle dépasse largement ce rôle, en structurant la pensée et la pratique. On pourra alors la considérer comme un appareil à part entière, au même titre que la perspective, le musée, la photographie ou le cinéma... Nous avons essayé de le démontrer en insistant plus particulièrement sur le rapport perspective / camera obscura, cette dernière semblant en effet paradigmatique d'une vision différente, non réductible à la perspective linéaire, qui transparaît dans l'art hollandais du XVIIe siècle puis dans la peinture romantique allemande du XIXe. Si la camera obscura a été utilisée dès le Moyen-Age par les astronomes arabes, elle ne devient un appareil qu'au XVIIe, car elle génère alors de l'art, des significations, de la pensée... en particulier avec Kepler et Vermeer. Mais l'art hollandais a été longtemps ignoré ou étudié selon les critères de l'art italien, qui privilégie le dessin. C'est pourquoi il nous a paru nécessaire de faire sortir de l'ombre cette " oubliée de l'histoire " qu'est la camera obscura et avec elle, la couleur, la lumière, l'imaginaire... Quel est le monde de la camera obscurci, comment pose-t-elle le problème de l'articulation entre réel et représentation ? Quelle pensée et quel sujet génère-t-elle, quels concepts implique-t-elle ? Nous avons tenté ici de déterminer la spatialité et la temporalité de cette entité technique et poiétique, et plus généralement de comprendre sa philosophie.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 494  pages
  • Dimensions :  3.2cmx15.6cmx23.8cm
  • Poids : 880.0g
  • Editeur :   L'harmattan Paru le
  • Collection : Esthétiques
  • ISBN :  2296130917
  • EAN13 :  9782296130913
  • Classe Dewey :  194

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Cette thèse porte sur la camera obscura en tant qu'appareil, un appareil se différenciant d'un simple dispositif par le caractère à la fois technique et poiétique. Dans cette optique, il nous importe moins de nous pencher sur la camera obscura en tant qu'outil pour savants ou artistes, que de réfléchir à la façon dont elle dépasse largement ce rôle, en structurant la pensée et la pratique. On pourra alors la considérer comme un appareil à part entière, au même titre que la perspective, le musée, la photographie ou le cinéma... Nous avons essayé de le démontrer en insistant plus particulièrement sur le rapport perspective / camera obscura, cette dernière semblant en effet paradigmatique d'une vision différente, non réductible à la perspective linéaire, qui transparaît dans l'art hollandais du XVIIe siècle puis dans la peinture romantique allemande du XIXe. Si la camera obscura a été utilisée dès le Moyen-Age par les astronomes arabes, elle ne devient un appareil qu'au XVIIe, car elle génère alors de l'art, des significations, de la pensée... en particulier avec Kepler et Vermeer. Mais l'art hollandais a été longtemps ignoré ou étudié selon les critères de l'art italien, qui privilégie le dessin. C'est pourquoi il nous a paru nécessaire de faire sortir de l'ombre cette " oubliée de l'histoire " qu'est la camera obscura et avec elle, la couleur, la lumière, l'imaginaire... Quel est le monde de la camera obscurci, comment pose-t-elle le problème de l'articulation entre réel et représentation ? Quelle pensée et quel sujet génère-t-elle, quels concepts implique-t-elle ? Nous avons tenté ici de déterminer la spatialité et la temporalité de cette entité technique et poiétique, et plus généralement de comprendre sa philosophie.