share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Extrémité du monde : Relation de saint François Xavier, sur ses voyages et sur sa vie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Extrémité du monde : Relation de saint François Xavier, sur ses voyages et sur sa vie

L'Extrémité du monde : Relation de saint François Xavier, sur ses voyages et sur sa vie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Extrémité du monde : Relation de saint François Xavier, sur ses voyages et sur sa vie"

"J'ai choisi le masque d'un personnage qui a fait une découverte culturelle assez forte pour ébranler ses convictions. Je fais dire à François Xavier : " Je constatai une chose, à savoir qu'en écrivant, je devenais absent du monde, ou j'accentuais cette sorte d'absence qui caractérisait mon séjour au Japon. " J'ai tenté de décrire cette absence, à travers la vie d'un homme qui a passé au Japon le même temps que moi (quatre siècles et demi plus tôt, entre l'été 1549 et l'automne 1551) et a renoncé à sa mission. Face à des adversaires mieux aguerris à la polémique théologique (bouddhiste, bien entendu), il se laissa mourir. J'aimais ce renoncement, cette image si contraire à la vision triomphante des colonisateurs. Je voulais mettre en scène le doute ou l'impossibilité de réduire idéologiquement une autre culture."

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 345  pages
  • Dimensions :  2.4cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 1419.7g
  • Editeur :   Serpent à Plumes (Le) Paru le
  • Collection : Motifs
  • ISBN :  2268061043
  • EAN13 :  9782268061047
  • Classe Dewey :  843.914

D'autres livres de René de Ceccatty

La Dame aux camélias

La société bourgeoise du XIXe siècle tolérait qu'un homme puisse entretenir une liaison, aussi ruineuse fût-elle, avec une courtisane, mais en aucun cas il ne devait s'éprendre d'une de ces demi-mondaines. C'est pourtant ce qui arrive à Armand Duval, qui aime dès le premier regard la plus l...

Alberto Moravia

Entre 1929, année de parution de son premier roman Les Indifférents, et 1990 où il meurt, Alberto Moravia observe l'Italie, voyage à travers le monde dont il analyse l'évolution catastrophique et participe à l'élaboration du roman moderne. Écrivain précoce - il a dix-sept ans lorsque, attei...

Noir souci

Une passion chaste, ainsi peut-on définir le lien qui unit Giacomo Leopardi et Antonio Ranieri dès leur rencontre. Le premier, philosophe et poète, avait à peine plus de trente ans. Mais son génie étouffait dans son environnement familial. Le second, révolutionnaire napolitain en cavale, avai...

Voir tous les livres de René de Ceccatty

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

"J'ai choisi le masque d'un personnage qui a fait une découverte culturelle assez forte pour ébranler ses convictions. Je fais dire à François Xavier : " Je constatai une chose, à savoir qu'en écrivant, je devenais absent du monde, ou j'accentuais cette sorte d'absence qui caractérisait mon séjour au Japon. " J'ai tenté de décrire cette absence, à travers la vie d'un homme qui a passé au Japon le même temps que moi (quatre siècles et demi plus tôt, entre l'été 1549 et l'automne 1551) et a renoncé à sa mission. Face à des adversaires mieux aguerris à la polémique théologique (bouddhiste, bien entendu), il se laissa mourir. J'aimais ce renoncement, cette image si contraire à la vision triomphante des colonisateurs. Je voulais mettre en scène le doute ou l'impossibilité de réduire idéologiquement une autre culture."