share_book
Envoyer cet article par e-mail

François d'Assise vu par les compagnons

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
François d'Assise vu par les compagnons

François d'Assise vu par les compagnons

Collectif,   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "François d'Assise vu par les compagnons"

Mort en 1226, canonisé en 1228, François d'Assise bénéficia dès 1229 d'une biographie officielle, rédigée par Thomas de Celano sur ordre de Grégoire IX. Dans la décennie qui suivit, la légende fut déclinée sous de multiples formes, sans que surgissent d'informations réellement neuves sur l'Assisiate. Il fallut attendre 1240/1241 pour qu'un récit, qu'on appela l'Anonyme de Pérouse et qui s'intitule en fait Du commencement de l'Ordre, vienne offrir des renseignements inédits sur François. En 1244, les autorités de l'Ordre demandèrent aux frères de réunir tout ce qu'ils pouvaient savoir sur le fondateur. En 1246, de Greccio, trois compagnons, Léon, Rufin et Ange, adressèrent au ministre général une lettre qui accompagnait le résultat de leur collecte. Ils disent s'être appuyés, entre autres, sur le témoignage d'un frère Jean, compagnon de Gilles, qui n'est autre que l'auteur Du commencement. Dans le paquet qui suivait la lettre figurait la Légende des trois compagnons : elle englobait le témoignage de Jean, mais apportait des éléments neufs que seul avait pu fournir un proche compagnon de François, comme lui citoyen d'Assise. Dans la collection " Sources franciscaines " où vient d'être livrée l'intégralité de l'oeuvre de Thomas de Celano dédiée à François, il a paru salutaire de donner sans délai un autre point de vue, celui d'une partie des compagnons. Les deux textes principaux du présent volume ont connu des fortunes contraires. Rédigé dans un latin élémentaire, Du commencement eut une infime diffusion et faillit bien être oublié. De plus haute facture, la Légende des trois compagnons fut largement diffusée, mais le doute a plané un moment sur son authenticité. Aujourd'hui, ces deux textes apparaissent comme des témoignages indispensables à la connaissance historique de François d'Assise : avant tout parce qu'ils offrent des éclairages sans équivalent sur sa jeunesse et sa première fraternité ; mais aussi parce qu'ils livrent le point de vue de proches compagnons qui, face aux évolutions du temps, défendirent avec passion une certaine idée de l'Ordre des Frères mineurs et de son fondateur.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 230  pages
  • Dimensions :  2.0cmx14.6cmx20.8cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Cerf Paru le
  • Collection : Sources franciscaines
  • ISBN :  2204088285
  • EAN13 :  9782204088282

D'autres livres de Jacques Dalarun

A l'origine des Fioretti : Les actes du bienheureux François et de ses compagnons

Parmi les récits consacrés à François d'Assise, nul n'a atteint la notoriété des Fioretti qui ont fini par se confondre avec l'image même du " petit pauvre ". Pourtant on sait depuis 1902 que le texte italien n'est que la traduction d'un original latin, plus authentique et plus long. Dans la ...

Vers une résolution de la question franciscaine : La Légende ombrienne de Thomas de Celano

La tradition intellectuelle française a distingué et parfois opposé deux étapes du métier d'historien : la quête des sources et la quête du sens. Distinction opératoire, voire salutaire, si elle ne s'accompagnait d'une distribution des rôles et d'un jugement de valeur. Qualifiée du terme d...

Le Moyen Âge en lumière : Manuscrits enluminés des bibliothèques de France

Voilà un livre où brillent les miniatures, où les lettres ornées sont à l'honneur et les textes omniprésents, où les marges de chaque page en "disent toujours long", auquel s'ajoute un dégradé conduisant de l'écrit à l'image : diagrammes, schémas, cartes, arbres, motifs végétaux ou ar...

Gouverner c'est servir : Essai de démocratie médiévale

"Les premiers seront les derniers, les derniers seront les premiers". Aux XIIe et XIIIe siècles, Abélard, Héloïse, Dominique de Guzman, François et Claire d'Assise, d'autres encore, inventent une forme de gouvernement renversante. Selon eux, le chef d'une communauté doit se faire le dernier de...

Voir tous les livres de Jacques Dalarun

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Mort en 1226, canonisé en 1228, François d'Assise bénéficia dès 1229 d'une biographie officielle, rédigée par Thomas de Celano sur ordre de Grégoire IX. Dans la décennie qui suivit, la légende fut déclinée sous de multiples formes, sans que surgissent d'informations réellement neuves sur l'Assisiate. Il fallut attendre 1240/1241 pour qu'un récit, qu'on appela l'Anonyme de Pérouse et qui s'intitule en fait Du commencement de l'Ordre, vienne offrir des renseignements inédits sur François. En 1244, les autorités de l'Ordre demandèrent aux frères de réunir tout ce qu'ils pouvaient savoir sur le fondateur. En 1246, de Greccio, trois compagnons, Léon, Rufin et Ange, adressèrent au ministre général une lettre qui accompagnait le résultat de leur collecte. Ils disent s'être appuyés, entre autres, sur le témoignage d'un frère Jean, compagnon de Gilles, qui n'est autre que l'auteur Du commencement. Dans le paquet qui suivait la lettre figurait la Légende des trois compagnons : elle englobait le témoignage de Jean, mais apportait des éléments neufs que seul avait pu fournir un proche compagnon de François, comme lui citoyen d'Assise. Dans la collection " Sources franciscaines " où vient d'être livrée l'intégralité de l'oeuvre de Thomas de Celano dédiée à François, il a paru salutaire de donner sans délai un autre point de vue, celui d'une partie des compagnons. Les deux textes principaux du présent volume ont connu des fortunes contraires. Rédigé dans un latin élémentaire, Du commencement eut une infime diffusion et faillit bien être oublié. De plus haute facture, la Légende des trois compagnons fut largement diffusée, mais le doute a plané un moment sur son authenticité. Aujourd'hui, ces deux textes apparaissent comme des témoignages indispensables à la connaissance historique de François d'Assise : avant tout parce qu'ils offrent des éclairages sans équivalent sur sa jeunesse et sa première fraternité ; mais aussi parce qu'ils livrent le point de vue de proches compagnons qui, face aux évolutions du temps, défendirent avec passion une certaine idée de l'Ordre des Frères mineurs et de son fondateur.