share_book
Envoyer cet article par e-mail

Chronologie lacunaire du skateboard 1779-2009

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Chronologie lacunaire du skateboard 1779-2009

Chronologie lacunaire du skateboard 1779-2009

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Chronologie lacunaire du skateboard 1779-2009"

Pour un artiste comme Raphaël Zarka, le skate est avant tout une affaire de formes. Formes du repos, formes du mouvement, elles parcourent sourdement l'histoire de l'art et des sciences, de Galilée à Robert Morris. L'architecture urbaine, mais aussi les modules des skateparks, leur font étrangement écho. Quant à la pratique du skateboard, comme le montre La Conjonction interdite (2003), elle revient toujours à opérer une espèce de " montage " parmi la diversité de matières et de formes offertes par la ville, en dynamisant ou en déstabilisant les structures conçues pour le repos et le confort, au point d'en inverser les fonctions et le sens. Les essais de Raphaël Zarka participent ainsi d'une espèce d'archéologie fantastique ; ils prolongent à leur manière son travail de sculpture et de photographie. La chronologie " lacunaire " présentée dans Une journée sans vague offre une lecture sobre, et même laconique - bien qu'extrêmement informée -, d'une histoire qui a été généralement traitée sur le mode hagiographique par des skateurs de la première heure, " anciens combattants " reconvertis au journalisme ou à la sociologie. Elle rend d'autant plus sensibles les lignes de force qui traversent la pratique du skate et la rattachent à tout un pan de la réflexion contemporaine sur la transmigration des formes et des usages.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 144  pages
  • Dimensions :  1.6cmx13.0cmx20.8cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   B42 Paru le
  • ISBN :  2917855053
  • EAN13 :  9782917855058
  • Langue : Français

D'autres livres de Raphaël Zarka

La conjonction interdite : Suivi de La question est de savoir qui sera le maître

"La Conjonction interdite est en quelque sorte une introduction à la pratique du skateboard. À partir des outils mis en place par Roger Caillois dans son essai Les Jeux et les Hommes (1958), j'ai cherché à décrire le skateboard en tâchant de définir sa place parmi la diversité des jeux et de...

Free Ride : Skateboard, mécanique galiléenne et formes simples

Contrairement à la plus grande partie des terrains de jeux ou de sports, les différents espaces fabriqués pour le skateboard ne sont jamais abstraits. La majorité des skateparks actuels, avec leurs mélanges de courbes, de plans inclinés et de volumes parallélépipédiques, synthétisent l'esp...

Voir tous les livres de Raphaël Zarka

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pour un artiste comme Raphaël Zarka, le skate est avant tout une affaire de formes. Formes du repos, formes du mouvement, elles parcourent sourdement l'histoire de l'art et des sciences, de Galilée à Robert Morris. L'architecture urbaine, mais aussi les modules des skateparks, leur font étrangement écho. Quant à la pratique du skateboard, comme le montre La Conjonction interdite (2003), elle revient toujours à opérer une espèce de " montage " parmi la diversité de matières et de formes offertes par la ville, en dynamisant ou en déstabilisant les structures conçues pour le repos et le confort, au point d'en inverser les fonctions et le sens. Les essais de Raphaël Zarka participent ainsi d'une espèce d'archéologie fantastique ; ils prolongent à leur manière son travail de sculpture et de photographie. La chronologie " lacunaire " présentée dans Une journée sans vague offre une lecture sobre, et même laconique - bien qu'extrêmement informée -, d'une histoire qui a été généralement traitée sur le mode hagiographique par des skateurs de la première heure, " anciens combattants " reconvertis au journalisme ou à la sociologie. Elle rend d'autant plus sensibles les lignes de force qui traversent la pratique du skate et la rattachent à tout un pan de la réflexion contemporaine sur la transmigration des formes et des usages.