share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Capitan : L'héroïne

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Capitan : L'héroïne

Le Capitan : L'héroïne

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Capitan : L'héroïne"

Michel Zévaco (1860-1918) est né à Ajaccio. Ses débuts dans la vie sont turbulents : après un passage dans l'enseignement, il s'engage dans l'armée et tire de cette expérience son premier roman à succès, Boute-Charge (1888). Collaborateur du journal anarchisant de Jules Roque, L'Egalité, Zévaco devient un écrivain militant. Fondateur de syndicats, candidat à différentes élections, pamphlétaire qui tâte de la prison, il se bat sur tous les fronts : contre l'ordre moral, le ministre de l'Intérieur, les Jésuites. C'est dans la presse, sous forme de feuilletons, que paraissent la plupart de ses romans. Ainsi, La Petite République, journal socialiste publie Borgia, Tréboulet, Le Pont des soupirs, le début des Pardaillan. Le succès aidant, il entre au Matin, journal bourgeois, où il est, avec Gaston Leroux, l'auteur le mieux payé de l'époque (un franc la ligne). C'est là qu'il publie la suite des Pardaillan (à partir de 1902), Le Capitan (1906), Nostradamus (1907), et L'Héroïne (1908). Le Capitan et L'Héroïne font revivre une époque chère à Victor Hugo, Vigny et Dumas : celle de Richelieu, de Cinq-Mars et de Marion Delorme. A l'arrière-plan, nous voyons défiler Marie de Médicis, Anne d'Autriche et le jeune Louis XIII. Grâce aux aventures amoureuses du Capitan et de l'Héroïne, nous entrons dans les amours de la royauté et pénétrons dans les cercles de la Cour où les passions de la chair se mêlent étroitement à celles du pouvoir. Si pour ses romans de cape et d'épée Zévaco est le digne successeur de Dumas, il se distingue néanmoins de ce dernier par le caractère politique de ses récits. Chacun de ses personnages incarne une idée, joue un rôle déterminé. Sous le masque de l'histoire, c'est le révolté qui avance, voire le libertaire. C'est ce qui faisait la joie de Sartre, qui, dans Les Mots, évoque avec tendresse et humour ses souvenirs de Zévaco.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 1002  pages
  • Dimensions :  2.8cmx13.2cmx19.6cm
  • Poids : 539.8g
  • Editeur :   Robert Laffont Paru le
  • Collection : Bouquins
  • ISBN :  2221090403
  • EAN13 :  9782221090404
  • Classe Dewey :  843.912
  • Langue : Français

D'autres livres de Michel Zévaco

Don Juan, Tome 2 : Le Roi Amoureux

A Paris, Clother de Ponthus découvre qu'il n'est pas le fils de Philippe de Ponthus mais que ce dernier l'a adopté à la mort de sa mère, Agnès de Sennecour. Le secret de la naissance de Clother se trouve enfoui quelque part dans la chapelle de l'hôtel d'Arronces. Justement, Léonor d'Ulloa hab...

La Marquise de Pompadour, Tome 1 :

Un jour de 1744, Jeanne Poisson, belle jeune femme, rencontre au hasard d'un bois, le roi Louis XV qui chasse et obtient de lui la grâce d'un cerf. Son cœur est alors conquis par le Bien Aimé, ce roi à qui on reproche déjà les fastes de la cour de Versailles et son insouciance vis à vis du pe...

Don Juan

Après la signature du traité de paix entre François Ier et Charles Quint, en 1538, la ville de Gand s'est rebellée. Afin de briser au plus vite cette mutinerie, l'empereur Charles Quint n'a q'une solution : passer avec ses troupes à travers le royaume de François Ier. C'est pourquoi il envoie ...

Le Chevalier de La Barre

Inédit en volume jusqu'à aujourd'hui, Le Chevalier de La Barre est le premier feuilleton historique publié par Michel Zévaco dans Le Journal du Peuple en 1899. Accusé de sacrilège, condamné sur de faux témoignages pour servir d'exemple, torturé et exécuté en 1766 à l'âge de dix-neuf ans...

Voir tous les livres de Michel Zévaco

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Michel Zévaco (1860-1918) est né à Ajaccio. Ses débuts dans la vie sont turbulents : après un passage dans l'enseignement, il s'engage dans l'armée et tire de cette expérience son premier roman à succès, Boute-Charge (1888). Collaborateur du journal anarchisant de Jules Roque, L'Egalité, Zévaco devient un écrivain militant. Fondateur de syndicats, candidat à différentes élections, pamphlétaire qui tâte de la prison, il se bat sur tous les fronts : contre l'ordre moral, le ministre de l'Intérieur, les Jésuites. C'est dans la presse, sous forme de feuilletons, que paraissent la plupart de ses romans. Ainsi, La Petite République, journal socialiste publie Borgia, Tréboulet, Le Pont des soupirs, le début des Pardaillan. Le succès aidant, il entre au Matin, journal bourgeois, où il est, avec Gaston Leroux, l'auteur le mieux payé de l'époque (un franc la ligne). C'est là qu'il publie la suite des Pardaillan (à partir de 1902), Le Capitan (1906), Nostradamus (1907), et L'Héroïne (1908). Le Capitan et L'Héroïne font revivre une époque chère à Victor Hugo, Vigny et Dumas : celle de Richelieu, de Cinq-Mars et de Marion Delorme. A l'arrière-plan, nous voyons défiler Marie de Médicis, Anne d'Autriche et le jeune Louis XIII. Grâce aux aventures amoureuses du Capitan et de l'Héroïne, nous entrons dans les amours de la royauté et pénétrons dans les cercles de la Cour où les passions de la chair se mêlent étroitement à celles du pouvoir. Si pour ses romans de cape et d'épée Zévaco est le digne successeur de Dumas, il se distingue néanmoins de ce dernier par le caractère politique de ses récits. Chacun de ses personnages incarne une idée, joue un rôle déterminé. Sous le masque de l'histoire, c'est le révolté qui avance, voire le libertaire. C'est ce qui faisait la joie de Sartre, qui, dans Les Mots, évoque avec tendresse et humour ses souvenirs de Zévaco.