share_book
Envoyer cet article par e-mail

Un ami de la terre

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Un ami de la terre

Un ami de la terre

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Un ami de la terre"

On l'appelle "l'Éco-vengeur, le Fantôme de Californie, la Hyène humaine". Son vrai nom ? Tyrone O'Shaughnessy Tierwater. Son passe-temps des années 90 à l'origine de ces surnoms ? En environnementaliste qui se respecte, protéger la terre, en particulier les forêts de la pollution humaine. Il faut dire que le constat de Ty sur la Californie de 2025 n'est guère reluisant. À 75 ans, celui qui s'occupe désormais d'animaux menacés (aux doux noms de fleurs) dans une ménagerie digne de celle de Noé constate les dégâts : cyclones, inondations, épidémies dévastent inexorablement la planète. Catastrophe supplémentaire, son ex-femme qui l'a entraîné dans tous les éco-sabotages de l'association "La Terre pour toujours" trente ans plus tôt réapparaît, le contraignant à des souvenirs douloureux. Revenant sur la disparition de sa jeune fille, Sierra, Ty est renvoyé au fondement de son militantisme de l'époque sur les traces de Thoreau et de Muir. Sous les impulsions narquoises de Boyle, le récit fait alors alterner la débâcle vécue au présent par le narrateur avec feu ses déboires éco-terroristes. D'où il ressort que, malgré pléthore de mises en garde, personne n'a enrayé la fin du monde. Quand il ne pense pas aux peines d'emprisonnement purgées pour ses coups d'éclat ou à "la grande biomasse de l'humanité réduite à une sorte de bouillon de culture plein de morve et de reniflements", Ty rumine donc, dans une langue argotique et rude, une vie vouée à l'échec. "Le destin de la terre" a lessivé l'enfant du Baby Boom, le "jeune-vieux" increvable, de sa richesse personnelle comme de ses illusions. Boyle serre son récit comme Ty tient les fauves en respect : une part non négligeable de son talent consiste à délivrer d'amères redéfinitions (l'optimisme n'est qu'un "léger déclin [du] pessimisme") et à faire attendre jusqu'à la p. 376 pour révéler le sort de Sierra en l'expédiant en 3 lignes. Telle est aussi la force des grands romans : traiter l'essentiel comme un moindre détail et élever maints faits anecdotiques à une hauteur que leur nature ne saurait justifier autrement que par l'intention de réjouir le lecteur. --Frédéric Grolleau

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 390  pages
  • Dimensions :  2.6cmx15.0cmx24.0cm
  • Poids : 557.9g
  • Editeur :   Grasset Paru le
  • Collection : Littérature Etrangère
  • ISBN :  2246600014
  • EAN13 :  9782246600015
  • Classe Dewey :  813.54
  • Langue : Français

D'autres livres de T. Coraghessan Boyle

América

Un soir, regagnant le lotissement où il réside, loin du centre de Los Angeles, dans une nature demeurée vierge, Delaney manque écraser un passant. C'est un " chicano ", un Mexicain entré clandestinement en Californie, et qui vit dans une misérable cabane avec América, sa femme. Cet incident v...

Riven Rock

Si les personnages de T.C.Boyle incarnent les dysfonctionnements d'un pays à la dérive, dans Riven Rock, ouvrage inspiré d'un fait divers, l'auteur brosse un tableau au vitriol d'une Amérique bourgeoise et bien pensante. Stanley McCormick, fils de l'inventeur de la moissonneuse-batteuse, épouse...

Aux bons soins du docteur Kellogg

Que se passe-t-il dans la ville-champignon de Battle Creek, aux Etats-Unis, pour qu'elle soit envahie, en cette année 1907, par des célébrités venues du monde entier ? C'est que le Dr Kellogg, l'inventeur du corn-flake, du beurre de cacahuète et des succédanés de café, vient d'y installer so...

Voir tous les livres de T. Coraghessan Boyle

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

On l'appelle "l'Éco-vengeur, le Fantôme de Californie, la Hyène humaine". Son vrai nom ? Tyrone O'Shaughnessy Tierwater. Son passe-temps des années 90 à l'origine de ces surnoms ? En environnementaliste qui se respecte, protéger la terre, en particulier les forêts de la pollution humaine. Il faut dire que le constat de Ty sur la Californie de 2025 n'est guère reluisant. À 75 ans, celui qui s'occupe désormais d'animaux menacés (aux doux noms de fleurs) dans une ménagerie digne de celle de Noé constate les dégâts : cyclones, inondations, épidémies dévastent inexorablement la planète. Catastrophe supplémentaire, son ex-femme qui l'a entraîné dans tous les éco-sabotages de l'association "La Terre pour toujours" trente ans plus tôt réapparaît, le contraignant à des souvenirs douloureux. Revenant sur la disparition de sa jeune fille, Sierra, Ty est renvoyé au fondement de son militantisme de l'époque sur les traces de Thoreau et de Muir. Sous les impulsions narquoises de Boyle, le récit fait alors alterner la débâcle vécue au présent par le narrateur avec feu ses déboires éco-terroristes. D'où il ressort que, malgré pléthore de mises en garde, personne n'a enrayé la fin du monde. Quand il ne pense pas aux peines d'emprisonnement purgées pour ses coups d'éclat ou à "la grande biomasse de l'humanité réduite à une sorte de bouillon de culture plein de morve et de reniflements", Ty rumine donc, dans une langue argotique et rude, une vie vouée à l'échec. "Le destin de la terre" a lessivé l'enfant du Baby Boom, le "jeune-vieux" increvable, de sa richesse personnelle comme de ses illusions. Boyle serre son récit comme Ty tient les fauves en respect : une part non négligeable de son talent consiste à délivrer d'amères redéfinitions (l'optimisme n'est qu'un "léger déclin [du] pessimisme") et à faire attendre jusqu'à la p. 376 pour révéler le sort de Sierra en l'expédiant en 3 lignes. Telle est aussi la force des grands romans : traiter l'essentiel comme un moindre détail et élever maints faits anecdotiques à une hauteur que leur nature ne saurait justifier autrement que par l'intention de réjouir le lecteur. --Frédéric Grolleau