share_book
Envoyer cet article par e-mail

Giverny, Chez Claude Monet

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Giverny, Chez Claude Monet

Giverny, Chez Claude Monet

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Giverny, Chez Claude Monet"

Extrait du quatrième de couverture Marc Elder nous fait pénétrer dans l'intimité de Claude Monet, ses confidences dévoilant toutes les facettes de sa personnalité. Le ton de leurs échanges est résolument amical et le style parfois anecdotique du récit est aussi empreint d'une grande admiration. Une promenade dans les jardins de Giverny, façonnés lentement et qui lui procuraient tant de fierté, est propice aux révélations sur les sources d'inspiration du peintre. Désirant fleurir le bassin qu'il venait d'ouvrir, Claude Monet raconte qu'il choisit par hasard sur un catalogue des nymphéas. « J'ai mis du temps à comprendre mes nymphéas », confie-t-il, « et puis tout d'un coup j'ai eu la révélation des féeries de mon étang. J'ai pris ma palette Depuis ce temps je n'ai guère d'autre modèle ». La Seine fut aussi une inépuisable source d'inspiration. En janvier 1889, il la peignait sur la glace, piochant pour fixer son chevalet et son pliant. Plus tard, il se fit construire un atelier dans une barque, pouvant ainsi guetter les effets de la lumière d'un crépuscule à l'autre. Monet confie aussi son amour pour la mer, la Bretagne et ses îles toujours différentes, gardant le souvenir d'impressions merveilleuses d'aube du monde, et un certain dégoût pour le homard Il dresse le portrait de ses contemporains, parfois sans complaisance, comme Courbet qui aimait faire le magnifique : « C'était une raison pour s'admirer davantage », parfois teinté d'admiration, comme Manet : « C'était un être exquis, sensible, qui souffrait d'être molesté, mal compris », ou encore plein de tendresse, comme... © Micberth

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • Editeur :   Livre Histoire Paru le
  • Collection : DFDH
  • ISBN :  2758602849
  • EAN13 :  9782758602842
  • Classe Dewey :  759.4

D'autres livres de Marc Elder

A Giverny chez Claude Monet: suivi de « Claude Monet : années d'épreuves » par François Thiébault-Sisson (1900)

« J’ai mis du temps à comprendre mes nymphéas, confie-t-il, et puis tout d’un coup j’ai eu la révélation des féeries de mon étang. J’ai pris ma palette. Depuis ce temps je n’ai guère eu d’autre modèle. » C’est par Giverny et son bassin de nymphéas – choisis au hasard sur...

Voir tous les livres de Marc Elder

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Extrait du quatrième de couverture Marc Elder nous fait pénétrer dans l'intimité de Claude Monet, ses confidences dévoilant toutes les facettes de sa personnalité. Le ton de leurs échanges est résolument amical et le style parfois anecdotique du récit est aussi empreint d'une grande admiration. Une promenade dans les jardins de Giverny, façonnés lentement et qui lui procuraient tant de fierté, est propice aux révélations sur les sources d'inspiration du peintre. Désirant fleurir le bassin qu'il venait d'ouvrir, Claude Monet raconte qu'il choisit par hasard sur un catalogue des nymphéas. « J'ai mis du temps à comprendre mes nymphéas », confie-t-il, « et puis tout d'un coup j'ai eu la révélation des féeries de mon étang. J'ai pris ma palette Depuis ce temps je n'ai guère d'autre modèle ». La Seine fut aussi une inépuisable source d'inspiration. En janvier 1889, il la peignait sur la glace, piochant pour fixer son chevalet et son pliant. Plus tard, il se fit construire un atelier dans une barque, pouvant ainsi guetter les effets de la lumière d'un crépuscule à l'autre. Monet confie aussi son amour pour la mer, la Bretagne et ses îles toujours différentes, gardant le souvenir d'impressions merveilleuses d'aube du monde, et un certain dégoût pour le homard Il dresse le portrait de ses contemporains, parfois sans complaisance, comme Courbet qui aimait faire le magnifique : « C'était une raison pour s'admirer davantage », parfois teinté d'admiration, comme Manet : « C'était un être exquis, sensible, qui souffrait d'être molesté, mal compris », ou encore plein de tendresse, comme... © Micberth