share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Guerres maritimes : La Marine à vapeur 1855-1905

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Guerres maritimes : La Marine à vapeur 1855-1905

Les Guerres maritimes : La Marine à vapeur 1855-1905

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Guerres maritimes : La Marine à vapeur 1855-1905"

Au XIXe siècle, les grandes marines d'Europe connaissent une extraordinaire révolution. Durant la première moitié du XIXe siècle, la hiérarchie navale est dominée de façon hégémonique par la Grande-Bretagne, face à une France maritime sortie déchue des guerres de la Révolution et de l'Empire. L'épine dorsale des flottes est alors le bateau en bois et à voile et la Grande-Bretagne, bien que première puissance industrielle, répugne à intégrer le progrès technique par crainte de ruiner sa prééminence. Or, un demi-siècle plus tard, la marine française s'est hissée à la seconde place dans la course et couvre de son pavillon tous les océans du monde avec la ferme intention d'exploiter sa position de challenger. Elle perturbe l'équilibre naval, prépare la revanche, défie la toute-puissante Royal Navy. Jouant la carte de l'innovation et de la propulsion vapeur, la France des "modernes" invite à explorer et à appliquer les filières de l'innovation : l'hélice, l'obus explosif, les constructions métalliques et le blindage. Avec le Napoléon, la France prend la tête du progrès technique. La propulsion à voile devient secondaire et la Royal Navy est ridiculisée quand le Napoléon laisse sur place les voiliers de sa majesté. La marine de guerre est alors le premier instrument militaire qui intègre les avancées de la révolution industrielle. Incontestablement commandée par les mutations du cuirassé, la seconde moitié du XIXe siècle est faite de tâtonnements d'impasses, de retours en arrière. La voile paraît condamnée mais ne disparaît que dans les années 1880. Quant au cuirassé, il devient peu à peu un monstre coûteux, détrôné par le torpilleur. La Première Guerre mondiale sonne définitivement la fin du cuirassé, au profit d'une arme nouvelle qui s'apprête à révolutionner les puissances maritimes du XXe siècle : le sous-marin. Dans cet ouvrage abondamment documenté, Richard Hill analyse les enjeux des grandes marines d'Europe, leurs expansions, leurs innovations techniques, leurs stratégies. Un panorama et une analyse détaillés de la course à laquelle se livrent, dans la seconde moitié du XIXe siècle, les grandes puissances maritimes d'Europe - la France et la Grande-Bretagne - et qui annonce les principales forces politiques et militaires du XXe siècle.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 224  pages
  • Dimensions :  1.4cmx19.8cmx26.6cm
  • Poids : 1079.5g
  • Editeur :   Editions Autrement Paru le
  • Collection : Atlas des guerres
  • ISBN :  2746701626
  • EAN13 :  9782746701625
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Au XIXe siècle, les grandes marines d'Europe connaissent une extraordinaire révolution. Durant la première moitié du XIXe siècle, la hiérarchie navale est dominée de façon hégémonique par la Grande-Bretagne, face à une France maritime sortie déchue des guerres de la Révolution et de l'Empire. L'épine dorsale des flottes est alors le bateau en bois et à voile et la Grande-Bretagne, bien que première puissance industrielle, répugne à intégrer le progrès technique par crainte de ruiner sa prééminence. Or, un demi-siècle plus tard, la marine française s'est hissée à la seconde place dans la course et couvre de son pavillon tous les océans du monde avec la ferme intention d'exploiter sa position de challenger. Elle perturbe l'équilibre naval, prépare la revanche, défie la toute-puissante Royal Navy. Jouant la carte de l'innovation et de la propulsion vapeur, la France des "modernes" invite à explorer et à appliquer les filières de l'innovation : l'hélice, l'obus explosif, les constructions métalliques et le blindage. Avec le Napoléon, la France prend la tête du progrès technique. La propulsion à voile devient secondaire et la Royal Navy est ridiculisée quand le Napoléon laisse sur place les voiliers de sa majesté. La marine de guerre est alors le premier instrument militaire qui intègre les avancées de la révolution industrielle. Incontestablement commandée par les mutations du cuirassé, la seconde moitié du XIXe siècle est faite de tâtonnements d'impasses, de retours en arrière. La voile paraît condamnée mais ne disparaît que dans les années 1880. Quant au cuirassé, il devient peu à peu un monstre coûteux, détrôné par le torpilleur. La Première Guerre mondiale sonne définitivement la fin du cuirassé, au profit d'une arme nouvelle qui s'apprête à révolutionner les puissances maritimes du XXe siècle : le sous-marin. Dans cet ouvrage abondamment documenté, Richard Hill analyse les enjeux des grandes marines d'Europe, leurs expansions, leurs innovations techniques, leurs stratégies. Un panorama et une analyse détaillés de la course à laquelle se livrent, dans la seconde moitié du XIXe siècle, les grandes puissances maritimes d'Europe - la France et la Grande-Bretagne - et qui annonce les principales forces politiques et militaires du XXe siècle.