share_book
Envoyer cet article par e-mail

Marengo : Une victoire politique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Marengo : Une victoire politique

Marengo : Une victoire politique

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Marengo : Une victoire politique"

Marengo. Ce nom sonne à l'unisson des batailles napoléoniennes, Arcole, Rivoli, Austerlitz, Iéna, Friedland, Wagram, la Moskawa. Pourtant, avant l'arrivée des renforts de Desaix, Marengo était presque une défaite. La défaite de celui qui venait par son coup d'Etat, de s'autoproclamer Premier Consul de la République. Il s'en fallut de peu que Marengo ne remit en cause son pouvoir. Mais ce fut une victoire le 14 juin 1800. Cette victoire, Bonaparte la voulait. Il voulait grâce à elle confondre ses détracteurs opposants de tous bords, Royalistes, néo-jacobins, idéologues, généraux jaloux de son pouvoir. Par la mort de Desaix, tué en pleine charge, Marengo fut un triomphe. Alors à qui attribuer ce succès ? A Bonaparte ? A Desaix ? L'Histoire est injuste. Elle n'a retenu que le nom de Napoléon. Notre première ambition sera donc d'étudier la bataille dans son déroulement, et de l'évoquer soit par des représentations du temps, soit par des objets, souvenirs de Bonaparte et de Desaix en particulier. Le bicentenaire de la bataille de Marengo fournit l'occasion d'étudier les conditions générales qui déterminèrent la relance de la guerre contre la république française en 1799. Ces conditions sont de natures diverses. Militaires bien évidemment, en raison des conquêtes par les armées françaises des Pays-Bas, de l'Italie, de l'Egypte, mais aussi et surtout politiques et sociales. Cette exposition fournit l'occasion d'étudier en détail les circonstances de la bataille, tant d'un point de vue tactique que stratégique ; elle permettra aussi d'analyser son iconographie, en particulier le célèbre tableau de David Passage des Alpes et celui de Girodet intitulé Ossian accueillant dans son paradis les héros morts pendant les guerres de la Liberté. On reconnaît, dans le tableau de Girodet, Joubert, Desaix, Kléber, Hoche, etc..., tous les généraux ou officiers dont la mort laissa le champ libre à Bonaparte.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 180  pages
  • Dimensions :  1.4cmx16.6cmx24.0cm
  • Poids : 557.9g
  • Editeur :   Réunion Des Musées Nationaux Paru le
  • Collection : RMN ALBUMS EXPO
  • ISBN :  2711840107
  • EAN13 :  9782711840106

D'autres livres de Jérémie Benoît

Le chamanisme : Origine et expansion de la culture indo-européenne

Cet ouvrage se propose, à travers une série d'études ponctuelles, de montrer les liens qui existent entre cultures chamanique et indo-européenne. L'auteur étudie la diffusion de la culture indo-européenne, son adaptation à de nouvelles religions, dites monothéistes et révélées, dont les m...

Les dames de Trianon

Jérémie Benoit est conservateur en chef du Petit Trianon....

Voir tous les livres de Jérémie Benoît

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Marengo. Ce nom sonne à l'unisson des batailles napoléoniennes, Arcole, Rivoli, Austerlitz, Iéna, Friedland, Wagram, la Moskawa. Pourtant, avant l'arrivée des renforts de Desaix, Marengo était presque une défaite. La défaite de celui qui venait par son coup d'Etat, de s'autoproclamer Premier Consul de la République. Il s'en fallut de peu que Marengo ne remit en cause son pouvoir. Mais ce fut une victoire le 14 juin 1800. Cette victoire, Bonaparte la voulait. Il voulait grâce à elle confondre ses détracteurs opposants de tous bords, Royalistes, néo-jacobins, idéologues, généraux jaloux de son pouvoir. Par la mort de Desaix, tué en pleine charge, Marengo fut un triomphe. Alors à qui attribuer ce succès ? A Bonaparte ? A Desaix ? L'Histoire est injuste. Elle n'a retenu que le nom de Napoléon. Notre première ambition sera donc d'étudier la bataille dans son déroulement, et de l'évoquer soit par des représentations du temps, soit par des objets, souvenirs de Bonaparte et de Desaix en particulier. Le bicentenaire de la bataille de Marengo fournit l'occasion d'étudier les conditions générales qui déterminèrent la relance de la guerre contre la république française en 1799. Ces conditions sont de natures diverses. Militaires bien évidemment, en raison des conquêtes par les armées françaises des Pays-Bas, de l'Italie, de l'Egypte, mais aussi et surtout politiques et sociales. Cette exposition fournit l'occasion d'étudier en détail les circonstances de la bataille, tant d'un point de vue tactique que stratégique ; elle permettra aussi d'analyser son iconographie, en particulier le célèbre tableau de David Passage des Alpes et celui de Girodet intitulé Ossian accueillant dans son paradis les héros morts pendant les guerres de la Liberté. On reconnaît, dans le tableau de Girodet, Joubert, Desaix, Kléber, Hoche, etc..., tous les généraux ou officiers dont la mort laissa le champ libre à Bonaparte.