share_book
Envoyer cet article par e-mail

LE REVE DE L'HOMME LUCIDE

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
LE REVE DE L'HOMME LUCIDE

LE REVE DE L'HOMME LUCIDE

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "LE REVE DE L'HOMME LUCIDE"

Une panoplie de plus venait s'ajouter à ma collection. Un statut d'écrivain, des invitations chez les libraires, dans les salons, à la radio-télévision. Parce que j'étais rassurant, moi qui n'étais qu'instabilité et colère. Parce que j'étais amusant, moi qui n'étais pas drôle. Et je les leur servais, ces platitudes, parce que je les connaissais toutes, parce que j'étais l'anxiolytique social fabriqué par la société pour ne pas la décevoir. Ainsi allais-je partout, presque partout, pour ne pas décevoir. Mais ce n'était pas moi qui m'y rendais. C'était toujours l'autre, le bon garçon, le caméléon, celui de qui j'avais l'air. Alors, si pendant toutes ces années j'avais été un autre, qui étais-je vraiment ? Le Dr Zénnegger avait vu juste. Je n'étais personne. Un possédé ne peut être personne."

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 400  pages
  • Dimensions :  2.8cmx14.0cmx20.0cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Volumen Paru le
  • ISBN :  2283024889
  • EAN13 :  9782283024881

D'autres livres de Philippe Ségur

Métaphysique du chien - Prix Renaudot des Lycéens 2002

« Ce que j'avais à faire m'apparut alors clairement. Je m'habillai et sortis sans fermer la porte. Je laissai le lit défait, mes papiers sur la table, une pomme sur la cheminée et tout ce que j'avais été jusqu'à ce jour. J'abandonnai mes livres, mes disques et mes misérables poèmes dans ...

Métaphysique du chien - Prix Renaudot des Lycéens 2002

CE QUE j'AVAIS à FAIRE m'apparut alors clairement. Je m'habillai et sortis sans fermer la pore. Je laissai le lit défait, mes papiers sur la table, une pomme sur la cheminée et tout ce que j'avais été jusqu'à ce jour. J'abandonnai mes livres, mes disques et mes misérables poèmes dans un peti...

Seulement l'amour

A 44 ans, Hippolyte Sicher a tout réussi. Neuropsychiatre dans un grand hôpital, il mène en solitaire une vie bercée par son amour de la musique et de la phytothérapie. Un jour, en écoutant un vieux tube de Depeche Mode, il découvre qu'il peut remonter le temps... Médecin le jour, explorateu...

Seulement l'amour

A quarante-quatre ans, Hippolyte Sicher a tout réussi. Lui qui a entrepris des études médicales parce qu'il ne faisait pas confiance aux toubibs, est devenu neuropsychiatre dans un grand hôpital parisien. Entouré d'une secrétaire complaisante et d'un ami exubérant, Hippolyte Sicher mène une ...

Voir tous les livres de Philippe Ségur

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Une panoplie de plus venait s'ajouter à ma collection. Un statut d'écrivain, des invitations chez les libraires, dans les salons, à la radio-télévision. Parce que j'étais rassurant, moi qui n'étais qu'instabilité et colère. Parce que j'étais amusant, moi qui n'étais pas drôle. Et je les leur servais, ces platitudes, parce que je les connaissais toutes, parce que j'étais l'anxiolytique social fabriqué par la société pour ne pas la décevoir. Ainsi allais-je partout, presque partout, pour ne pas décevoir. Mais ce n'était pas moi qui m'y rendais. C'était toujours l'autre, le bon garçon, le caméléon, celui de qui j'avais l'air. Alors, si pendant toutes ces années j'avais été un autre, qui étais-je vraiment ? Le Dr Zénnegger avait vu juste. Je n'étais personne. Un possédé ne peut être personne."