share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le vent pleure Marie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le vent pleure Marie

Le vent pleure Marie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le vent pleure Marie"

En 1950, Rodolphe Koechlin rapporta de La Nouvelle-Orléans un disque de Louis Armstrong dans un Constellation à hélices. Ou était-ce en 1951? Qu’importe. La légende de la famille tient dans cette phrase. Car ce n’est évidemment pas un hasard si Philippe, le fi ls de Rodolphe, fonda par la suite la mythique revue Rock & Folk. L’attrait pour les musiques nouvelles, c’est ce disque qui l’avait suscité. Pourtant la légende serait incomplète si on oubliait d’évoquer Marie, la femme de Philippe, elle-même initiée au jazz par la bonne de ses parents, qui cirait les parquets en swinguant. Ni Charles, l’oncle compositeur et critique musical. La légende devient saga. Courant sur plus de cent ans, traversant deux guerres, elle raconte la transmission de ces deux passions que furent la musique et la presse, si puissantes qu’elles semblèrent atténuer les deuils et augmenter les joies, mais surtout souder ses protagonistes au-delà des liens du sang. De la construction de la tour Eiff el (dessinée par un Koechlin!) aux années Mitterrand et en passant par Woodstock, elle embrasse le siècle que l’histoire retiendra peut-être, qui sait, comme celui du jazz et du rock. Son narrateur? Stéphane, le fi ls de Marie et Philippe. Profession? Écrivain, bien sûr, mais aussi critique musical…

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 600  pages
  • Dimensions :  4.6cmx15.4cmx23.4cm
  • Poids : 1179.3g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : Littérature Française
  • ISBN :  2213654476
  • EAN13 :  9782213654478

D'autres livres de Stéphane Koechlin

Blues pour Jimi Hendrix

Comme Anubis dans la mythologie égyptienne, Yazid est le gardien d'un mort, Jimi Hendrix. Il porte des fleurs sur sa tombe, soigne sa postérité, veille à sa gloire... Vingt ans après sa disparition, il lui a consacré un festival à Paris, avec une soirée à l'Olympia qui a bouleversé sa vie....

Michael Jackson, la chute de l'ange

Le 25 juin 2009, l'ange de la pop s'est envolé. Son ultime tournée est ajournée à jamais. D'autres que lui chanteront Gone Too Soon. Peut-on comprendre la prodigieuse émotion soulevée par la disparition de Michael Jackson sans avoir à l'esprit qu'il fut à dix ans l'enfant chéri de la scène...

La légende du Baron rouge

Partant pour la guerre, le jeune baron prussien Manfred von Richthofen emporte le souvenir de ses parties de chasse dans les forêts de Silésie, les paysages de son enfance et l'image de sa mère, fière de le voir prendre sa place dans une longue lignée de militaires. Il chevauche, altier, martia...

Voir tous les livres de Stéphane Koechlin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En 1950, Rodolphe Koechlin rapporta de La Nouvelle-Orléans un disque de Louis Armstrong dans un Constellation à hélices. Ou était-ce en 1951? Qu’importe. La légende de la famille tient dans cette phrase. Car ce n’est évidemment pas un hasard si Philippe, le fi ls de Rodolphe, fonda par la suite la mythique revue Rock & Folk. L’attrait pour les musiques nouvelles, c’est ce disque qui l’avait suscité. Pourtant la légende serait incomplète si on oubliait d’évoquer Marie, la femme de Philippe, elle-même initiée au jazz par la bonne de ses parents, qui cirait les parquets en swinguant. Ni Charles, l’oncle compositeur et critique musical. La légende devient saga. Courant sur plus de cent ans, traversant deux guerres, elle raconte la transmission de ces deux passions que furent la musique et la presse, si puissantes qu’elles semblèrent atténuer les deuils et augmenter les joies, mais surtout souder ses protagonistes au-delà des liens du sang. De la construction de la tour Eiff el (dessinée par un Koechlin!) aux années Mitterrand et en passant par Woodstock, elle embrasse le siècle que l’histoire retiendra peut-être, qui sait, comme celui du jazz et du rock. Son narrateur? Stéphane, le fi ls de Marie et Philippe. Profession? Écrivain, bien sûr, mais aussi critique musical…