share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les jeunes face à l'emploi

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les jeunes face à l'emploi

Les jeunes face à l'emploi

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les jeunes face à l'emploi"

La question du rapport entre les jeunes et l'emploi est au coeur du débat social, et ceci n'est pas étonnant, car c'est probablement une des questions les plus importantes. Nos sociétés contemporaires, on le sait, reposent sur l'innovation et le changement social. Dans ces conditions, elles ne peuvent être gérées uniquement par les individus les plus âgés, censés incarner la tradition et la routine. Comment faire en sorte que les générations montantes aient la place qui leur revient légitimement dans la responsabilité de la conduite des affaires d'une nation ? L'ouvrage de José Rose permet de faire le point sur le problème crucial de l'insertion professionnelle des jeunes et, en même temps, d'esquisser une problématique de recherche originale. Dans une première phase, l'auteur examine une série de questions dont les réponses peuvent être aujourd'hui esquissées grâce à la multiplication des données empiriques et des travaux de synthèse sur le sujet. Qu'est-ce que la jeunesse ? À quoi sert l'école ? Les politiques d'emploi sont-elles réellement efficaces ? Comment expliquer le chômage des jeunes en France ? Existe-t-il un marché du travail de la jeunesse ? À l'issue de ces interrogations, José Rose aboutit à la conclusion suivante : la jeunesse ne forme pas une catégorie à part, mais un ensemble socialement construit ("La jeunesse n'est qu'un mot", nous dit P. Bourdieu). Dans ces conditions, il importe de réfléchir sur la transition professionnelle en général, c'est-à-dire sur les modes de structuration de celle-ci, la diversité de ses rôles, plutôt que de centrer l'attention sur un groupe social particulier. On tire également de cette conclusion un corollaire important : il y a lieu de réfléchir sur la transformation actuelle du rapport salarial. Il y a un processus global de transformation des rapports du travail marqué par la sous-utilisation de la formation initiale, la redéfinition des statuts d'emploi, la diversification des parcours selon les secteurs et types d'activité. Ce processus n'est pas spécifique aux jeunes et va s'étendre progressivement à d'autres catégories de population. Ainsi les nouvelles formes d'emploi ne concernent pas seulement les jeunes. Ceux-ci apparaissent comme une population expérimentale (une "armée industrielle de réserve" ?), et la condition qui leur est faite ne fait que préfigurer ce qui sera plus tard le sort des autres. C'est donc la recompostion globale du rapport salarial qu'il faut penser, ainsi que le mouvement de régulation associé des économies. Si l'on admet cette hypothèse générale, on en tire une série de conclusions utiles pour le décideur. Pour résoudre le chômage des jeunes, il faut éviter de les poser comme population particulière et agir sur un registre plus transversal : interventions macroéconomiques de création d'emplois publics et privés, recherche de nouvelles formes de régulation centrées sur la réduction du temps de travail, l'articulation différente des temps professionnels et sociaux, le développement du secteur non marchand, la réorganisation des rapports entre l'emploi et la formation. Mais faut-il admettre l'hypothèse de José Rose ? Comme le notent bon nombre d'observateurs, les "rapports de génération" occupent de plus en plus l'espace social, et on peut penser que l'âge est une variable sociologique pertinente, permettant de discriminer les comportements au moins autant que la traditionnelle catégorie socio-professionelle. Peut-on, dans ces conditions, affirmer qu'il n' a pas de "problème des jeunes" en tant que tel ? -- Philippe Deubel --

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 260  pages
  • Dimensions :  2.2cmx15.4cmx21.8cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Desclée De Brouwer Paru le
  • Collection : Sociologie économique
  • ISBN :  2220042944
  • EAN13 :  9782220042947
  • Classe Dewey :  331.34

D'autres livres de José Rose

Des formations pour quels emplois ?

La formation initiale doit-elle être ajustée aux évolutions prévisibles des emplois ? Faut-il davantage " professionnaliser " les formations ? Faut-il les spécialiser ou assurer une formation plus générale permettant de s'adapter à ces évolutions ? Tous les décideurs du champ emploi-format...

Voir tous les livres de José Rose

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

La question du rapport entre les jeunes et l'emploi est au coeur du débat social, et ceci n'est pas étonnant, car c'est probablement une des questions les plus importantes. Nos sociétés contemporaires, on le sait, reposent sur l'innovation et le changement social. Dans ces conditions, elles ne peuvent être gérées uniquement par les individus les plus âgés, censés incarner la tradition et la routine. Comment faire en sorte que les générations montantes aient la place qui leur revient légitimement dans la responsabilité de la conduite des affaires d'une nation ? L'ouvrage de José Rose permet de faire le point sur le problème crucial de l'insertion professionnelle des jeunes et, en même temps, d'esquisser une problématique de recherche originale. Dans une première phase, l'auteur examine une série de questions dont les réponses peuvent être aujourd'hui esquissées grâce à la multiplication des données empiriques et des travaux de synthèse sur le sujet. Qu'est-ce que la jeunesse ? À quoi sert l'école ? Les politiques d'emploi sont-elles réellement efficaces ? Comment expliquer le chômage des jeunes en France ? Existe-t-il un marché du travail de la jeunesse ? À l'issue de ces interrogations, José Rose aboutit à la conclusion suivante : la jeunesse ne forme pas une catégorie à part, mais un ensemble socialement construit ("La jeunesse n'est qu'un mot", nous dit P. Bourdieu). Dans ces conditions, il importe de réfléchir sur la transition professionnelle en général, c'est-à-dire sur les modes de structuration de celle-ci, la diversité de ses rôles, plutôt que de centrer l'attention sur un groupe social particulier. On tire également de cette conclusion un corollaire important : il y a lieu de réfléchir sur la transformation actuelle du rapport salarial. Il y a un processus global de transformation des rapports du travail marqué par la sous-utilisation de la formation initiale, la redéfinition des statuts d'emploi, la diversification des parcours selon les secteurs et types d'activité. Ce processus n'est pas spécifique aux jeunes et va s'étendre progressivement à d'autres catégories de population. Ainsi les nouvelles formes d'emploi ne concernent pas seulement les jeunes. Ceux-ci apparaissent comme une population expérimentale (une "armée industrielle de réserve" ?), et la condition qui leur est faite ne fait que préfigurer ce qui sera plus tard le sort des autres. C'est donc la recompostion globale du rapport salarial qu'il faut penser, ainsi que le mouvement de régulation associé des économies. Si l'on admet cette hypothèse générale, on en tire une série de conclusions utiles pour le décideur. Pour résoudre le chômage des jeunes, il faut éviter de les poser comme population particulière et agir sur un registre plus transversal : interventions macroéconomiques de création d'emplois publics et privés, recherche de nouvelles formes de régulation centrées sur la réduction du temps de travail, l'articulation différente des temps professionnels et sociaux, le développement du secteur non marchand, la réorganisation des rapports entre l'emploi et la formation. Mais faut-il admettre l'hypothèse de José Rose ? Comme le notent bon nombre d'observateurs, les "rapports de génération" occupent de plus en plus l'espace social, et on peut penser que l'âge est une variable sociologique pertinente, permettant de discriminer les comportements au moins autant que la traditionnelle catégorie socio-professionelle. Peut-on, dans ces conditions, affirmer qu'il n' a pas de "problème des jeunes" en tant que tel ? -- Philippe Deubel --