share_book
Envoyer cet article par e-mail

Marie-Salope ou La jeune fille et la vie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Marie-Salope ou La jeune fille et la vie

Marie-Salope ou La jeune fille et la vie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Marie-Salope ou La jeune fille et la vie"

Le titre, d'abord. Faut-il préciser qu'il s'agit d'une expression assez couramment répandue dans le Nord de la France, en particulier dans les Ardennes, et désignant une jeune fille ou une femme qui n'aurait pas de la propreté une idée très conventionnelle ? L'adolescente, dans Marie-Salope, s'emploie surtout à réfuter les jugements préconçus qui l'entourent, à exprimer sa sensibilité, à exercer son esprit joueur et à briser, à ses dépens souvent, les limites auxquelles elle se heurte ; ce qui la mène à se rendre clandestinement chez un homme, étranger au village et passant pour bizarre aux yeux de tous, monsieur Hervé. " Un livre qu'on grille comme une cigarette avec des bouillonnements de révolte dans la tête [...] Une écriture qui piaffe, une révolte comme cent chevaux dressés, parqués, serrés qui vont craquer l'enclos, une rapidité de style, des dialogues, des dialogues ! secs, nets, précis ! " Libération, 1976. " Gisèle Bienne fit une entrée fracassante dans les lettres avec son roman Marie-Salope. C'était au temps de l'explosion du féminisme, il y a à peu près un quart de siècle. À le relire aujourd'hui, on s'aperçoit que ce texte est avant un tout un cri de douleur, venu des blessures de l'enfance. Et, comme on ne guérit jamais des blessures de l'enfance, il semble que la romancière n'en aura jamais fini avec ce thème. [...] Voilà ce que l'on devine, ou ce que l'on sent, à la lecture de ces ouvrages. Mais si l'on rencontre l'auteur qui vit à Reims, l'impression est toute autre. Gisèle Bienne est une femme plutôt gaie, ouverte aux autres, et qui ne manque pas d'humour. " Roger Grenier.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 185  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.0cmx20.2cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Climats Paru le
  • ISBN :  2841582612
  • EAN13 :  9782841582617

D'autres livres de Gisèle Bienne

La chasse à l'enfant

Longtemps, Jack a fui. Il ne s'est pas présenté à un examen, il est descendu d'un train, il a quitté sa famille de gens bien, il s'est évadé d'un internat, d'une maison de correction, d'une caserne, il a passé une frontière. Il a fui les questions, les étiquettes, les brimades et les [.....

Un cheval sans papiers

Sujet : Mylène, jeune parisienne, est en vacances chez son oncle dans la vallée de la Haute Tarentaise. Elle est à 2000 mètres d'altitude lorsqu'elle croise Marco, un cheval noir au regard étrange, aux sabots fissurés, et couvert de cicatrices. Mylène voit en lui un fougueux destrier à la...

Le cavalier démonté

Sujet: En novembre 1964, lorsque la télévision fait son apparition dans les foyers, ils sont quatre rescapés de la Grande Guerre à se retrouver régulièrement au café d'un village de l'est de la France. L'un est une gueule cassée, deux autres ont été blessés. Le quatrième est revenu indem...

Chicago, je reviendrai

Surtout, profite de ton séjour aux États-Unis... Yes, all right, répond Sylvie, comme chaque fois. Mais ce n'est pas en jouant au bridge et au tennis, ni en restant enfermée dans sa chambre avec son dictionnaire d'anglais, encore moins en pratiquant le dating avec des lycéens attardés et bouto...

Voir tous les livres de Gisèle Bienne

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le titre, d'abord. Faut-il préciser qu'il s'agit d'une expression assez couramment répandue dans le Nord de la France, en particulier dans les Ardennes, et désignant une jeune fille ou une femme qui n'aurait pas de la propreté une idée très conventionnelle ? L'adolescente, dans Marie-Salope, s'emploie surtout à réfuter les jugements préconçus qui l'entourent, à exprimer sa sensibilité, à exercer son esprit joueur et à briser, à ses dépens souvent, les limites auxquelles elle se heurte ; ce qui la mène à se rendre clandestinement chez un homme, étranger au village et passant pour bizarre aux yeux de tous, monsieur Hervé. " Un livre qu'on grille comme une cigarette avec des bouillonnements de révolte dans la tête [...] Une écriture qui piaffe, une révolte comme cent chevaux dressés, parqués, serrés qui vont craquer l'enclos, une rapidité de style, des dialogues, des dialogues ! secs, nets, précis ! " Libération, 1976. " Gisèle Bienne fit une entrée fracassante dans les lettres avec son roman Marie-Salope. C'était au temps de l'explosion du féminisme, il y a à peu près un quart de siècle. À le relire aujourd'hui, on s'aperçoit que ce texte est avant un tout un cri de douleur, venu des blessures de l'enfance. Et, comme on ne guérit jamais des blessures de l'enfance, il semble que la romancière n'en aura jamais fini avec ce thème. [...] Voilà ce que l'on devine, ou ce que l'on sent, à la lecture de ces ouvrages. Mais si l'on rencontre l'auteur qui vit à Reims, l'impression est toute autre. Gisèle Bienne est une femme plutôt gaie, ouverte aux autres, et qui ne manque pas d'humour. " Roger Grenier.