share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le diable et autres récits

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le diable et autres récits

Le diable et autres récits

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le diable et autres récits"

C'est en France, dans les années 1930 - la décennie de la misère et des textes en prose -, que Marina Tsvétaeva, dans des appartements lugubres à Meudon, puis à Clamart et à Vanves, écrivit les trois textes composant ce recueil : Le Diable, Ma mère et la musique et La Maison du vieux Pimène. Trois textes qui livrent le motif obsédant de la vie de Tsvétaeva, dominée par les trois M : la Mort, la Mère, les Mots. La mort, qui rôde et fauche dans la maison d'enfance. La mère, impétueuse, géniale, inaccessible, qui voulut imposer à sa fille une vocation de musicienne. Les mots, incarnés par le Diable, à l'appel duquel l'enfant répondit comme Marc Aurèle à Dieu: " C'est à toi que je suis redevable du cercle enchanté de ma solitude, qui m'accompagne partout. " Marina Tsvétaeva fait le récit de la fidélité à sa vocation avec ascétisme et lyrisme, exaltation et cynisme. C'est une prose froide et ensorceleuse, pieuse et vengeresse, au sortir de laquelle une seule question se pose " Comment ça va la vie, après la lecture de Marina Tsvétaeva ? " Linda Lê.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 156  pages
  • Dimensions :  1.2cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Biblio Romans
  • ISBN :  2253932396
  • EAN13 :  9782253932390
  • Classe Dewey :  891.742
  • Langue : Français

D'autres livres de Marina Tsvetaeva

Vivre dans le feu

Tout cela, Marina l'a écrit, avec une minutie poignante, poursuivant sans relâche son monologue dans des cahiers de brouillon et des carnets. Seule la mort l'a empêchée d'en faire un livre. Pour établir ce qui constitue une véritable autobiographie de Tsvetaeva, Tzvetan Todorov a extrait [....

Oeuvres : Tome 1, Prose autobiographique

Pourquoi une édition des oeuvres est-elle nécessaire et bienvenue ? Les oeuvres en russe de MT ont connu bien des vicissitudes : interdites en Union Soviétique, publiées à l'étranger dans des éditions tronquées. Depuis 1995, une 1ère édition en russe des œuvres complètes de MT, augmenté...

Insomnie et autres poèmes

Marina Tsvétaïéva (1892-1941) est aujourd'hui reconnue comme l'un des grands poètes du XXe siècle. Femme de tous les paradoxes, à la fois russe et universelle, prosaïque et sublime, elle commence très jeune à écrire et à publier. Prise dans la tourmente révolutionnaire après l'écraseme...

Voir tous les livres de Marina Tsvetaeva

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

C'est en France, dans les années 1930 - la décennie de la misère et des textes en prose -, que Marina Tsvétaeva, dans des appartements lugubres à Meudon, puis à Clamart et à Vanves, écrivit les trois textes composant ce recueil : Le Diable, Ma mère et la musique et La Maison du vieux Pimène. Trois textes qui livrent le motif obsédant de la vie de Tsvétaeva, dominée par les trois M : la Mort, la Mère, les Mots. La mort, qui rôde et fauche dans la maison d'enfance. La mère, impétueuse, géniale, inaccessible, qui voulut imposer à sa fille une vocation de musicienne. Les mots, incarnés par le Diable, à l'appel duquel l'enfant répondit comme Marc Aurèle à Dieu: " C'est à toi que je suis redevable du cercle enchanté de ma solitude, qui m'accompagne partout. " Marina Tsvétaeva fait le récit de la fidélité à sa vocation avec ascétisme et lyrisme, exaltation et cynisme. C'est une prose froide et ensorceleuse, pieuse et vengeresse, au sortir de laquelle une seule question se pose " Comment ça va la vie, après la lecture de Marina Tsvétaeva ? " Linda Lê.