share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Grenier

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Grenier

Le Grenier

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Grenier"

Ça commence dans la haine, ou plutôt dans la "gerbe" comme dit la narratrice. Une haine tournée vers son amant, fuyant, menteur. Un amant en somme. Un amant plus âgé qu'elle "avale" et qu'elle vient "dégueuler" dans son grenier, long monologue, sorte de journal intime et secret, fourre-tout de la mémoire, où se cognent les souvenirs d'enfance, la relation au père et à la mère, et les douleurs amoureuses du jour. "Mon grenier est une panse ouverte dans laquelle macèrent les choses mortes, vivantes, douces, amères, chatoyantes, invisibles, qui poinçonnent ma vie. Mes fruits rongés par les vers pondent des larves." Un grenier dans lequel s'ajoutent toutes les revendications d'une jeune femme, qui s'ennuie les dimanches, jalouse de n'être pas la légitime, et qui ira jusqu'à coucher avec le fils de son amant, jusqu'à la maternité ! Claire Castillon signe là un roman juste. Juste dans l'air du temps. Trash comme il faut, entre Baise-moi de Virginie Despentes et La Nouvelle Pornographie de Marie Nimier (qui marquait cependant une distance à travers le jeu de fiction), avec des mots crus, hard. On y parle de foutre, de boule, de queue et de trou. Un vrai jeu de billard. Mais, au fil des pages, on se lasse du jeu, de ses provocations, comme s'il était, en fin de compte, joué par des amateurs. Bien sympathiques amateurs, certes mais amateurs tout de même. --Céline Darner --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 186  pages
  • Dimensions :  1.6cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Littérature & Documents
  • ISBN :  2253153656
  • EAN13 :  9782253153658
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de C. Castillon

La Reine Claude

" C'est l'histoire de ma vie qui a croisé la tienne, c'est l'histoire de nos nerfs en crise, de deux malades qui n'ont que l'amour pour moteur, la rage de rester haut. C'est l'histoire de deux têtes capables de se saborder pour que l'autre ne meure pas. C'est l'histoire du sillon creusé depuis ce...

Voir tous les livres de C. Castillon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ça commence dans la haine, ou plutôt dans la "gerbe" comme dit la narratrice. Une haine tournée vers son amant, fuyant, menteur. Un amant en somme. Un amant plus âgé qu'elle "avale" et qu'elle vient "dégueuler" dans son grenier, long monologue, sorte de journal intime et secret, fourre-tout de la mémoire, où se cognent les souvenirs d'enfance, la relation au père et à la mère, et les douleurs amoureuses du jour. "Mon grenier est une panse ouverte dans laquelle macèrent les choses mortes, vivantes, douces, amères, chatoyantes, invisibles, qui poinçonnent ma vie. Mes fruits rongés par les vers pondent des larves." Un grenier dans lequel s'ajoutent toutes les revendications d'une jeune femme, qui s'ennuie les dimanches, jalouse de n'être pas la légitime, et qui ira jusqu'à coucher avec le fils de son amant, jusqu'à la maternité ! Claire Castillon signe là un roman juste. Juste dans l'air du temps. Trash comme il faut, entre Baise-moi de Virginie Despentes et La Nouvelle Pornographie de Marie Nimier (qui marquait cependant une distance à travers le jeu de fiction), avec des mots crus, hard. On y parle de foutre, de boule, de queue et de trou. Un vrai jeu de billard. Mais, au fil des pages, on se lasse du jeu, de ses provocations, comme s'il était, en fin de compte, joué par des amateurs. Bien sympathiques amateurs, certes mais amateurs tout de même. --Céline Darner --Ce texte fait référence à l'édition Broché .